- Publicité -

Mondial: avec son joker Füllkrug l’Allemagne tient tête à l’Espagne et garde espoir

Grâce à une égalisation dans les dix dernières minutes de son joker Niklas Füllkrug, l’Allemagne a arraché le match nul contre l’Espagne (1-1) dimanche soir et conserve ses chances de qualification pour les huitièmes du Mondial-2022.

- Publicité -

Pour éviter une nouvelle piteuse sortie avant même la phase à élimination directe comme en 2018 en Russie, les joueurs de Hansi Flick devront absolument s’imposer jeudi soir (22h00 locales), toujours au stade Al Bayt d’Al Khor, contre le Costa Rica, et compter sur une  victoire ou un match nul de l’Espagne contre le Japon.

L’Espagne de son côté n’aura pas le droit à l’erreur face aux imprévisibles Japonais, capables de renverser l’Allemagne lors de leur premier match (2-1) puis de céder contre le Costa Rica dimanche après-midi

« On a assisté à un match d’égal à égal et c’est le plus important. C’est gigantesque ce que l’équipe a réalisé, je suis fier », s’est réjoui le sélectionneur allemand Hansi Flick, qui retient la réaction d’orgueil de ses joueurs.

En mal d’avant-centre de qualité, elle qui a compté dans ses rangs par le passé parmi les meilleurs de la planète, de Gerd Müller à Miroslav Klose en passant par Jürgen Klinsmann, l’Allemagne s’en est remise dimanche soir à un quasi trentenaire qui n’avait pas une seule sélection à la mi-novembre au moment de l’annonce des 26 joueurs retenus par Flick.

A 29 ans, Niklas Füllkrug a bénéficié de son excellent début de saison avec son club, le Werder Brême (deuxième meilleur buteur de Bundesliga derrière le Français de Leipzig Christopher Nkunku), et de la blessure de l’attaquant de Leipzig Timo Werner à deux semaines du Mondial, pour pousser les portes de la Nationalmannschaft.

Et le voilà avec déjà deux buts en trois matches disputés avec la sélection, puisque pour sa première apparition, il avait marqué en amical contre Oman (1-0) juste avant la compétition au Qatar.

« Nous souhaitions impérativement renverser ce match, c’était important pour les sensations. On a encore une marge de progression. Il ne faut pas s’emballer maintenant, mais on peut espérer que tout se passe bien dans le dernier match », a commenté Lücke, surnom du sauveur providentiel de la Mannschaft, en raison de ses « dents du bonheur ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour