- Publicité -

Mondial : la Belgique prend la porte, la Croatie continue

La Belgique, troisième du Mondial-2018, a quitté la Coupe du monde dès le premier tour ce jeudi à Doha après avoir buté sur la Croatie (0-0), malgré trois énormes occasions de Lukaku en fin de match.

- Publicité -

Luka Modric et ses équipiers, finalistes malheureux de l’édition précédente, poursuivent eux l’aventure.

Deuxièmes du groupe F dominé par le Maroc (vainqueur jeudi du Canada), les hommes au damier rencontreront lundi le premier du groupe E, celui de l’Espagne, de l’Allemagne, du Costa Rica et du Japon.

La déception doit être immense pour la génération dite dorée des Courtois, Hazard, entré seulement en toute fin de match, et autre De Bruyne qui abattait peut-être sa dernière carte dans un grand tournoi cet automne au Qatar.

Pour certains joueurs belges, largement trentenaires (à l’image des défenseurs Jan Vertonghen et Toby Alderweireld), cette rencontre a donc eu les allures d’un jubilé.

Victorieux mais laborieux face au Canada (1-0) avant de couler face au Maroc (0-2), les Diables Rouges, qui devaient s’imposer jeudi pour poursuivre l’aventure, ont été incapables de marquer. Les occasions n’ont pourtant pas manqué enfin de rencontre après l’entrée au jeu de Lukaku.

– Lukaku si proche du but –

Quitte à être éliminés, les joueurs du plat pays ont voulu le faire en mode « guerrier », avait prévenu le capitaine Eden Hazard à la veille du choc.

Le sélectionneur espagnol de la Belgique a d’ailleurs joué son va-tout en surprenant dès l’avant-match avec quatre changements par rapport à l’équipe qui avait pris l’eau (0-2) quatre jours plus tôt face au Maroc.

Plutôt que de s’en remettre aux Hazard (en laissant les frères Eden et Thorgan sur le banc), Roberto Martinez a préféré occuper les flancs avec Yannick Carrasco et Dries Mertens.

Et aux avant-postes, Romelu Lukaku, convalescent, n’étant toujours pas apte à débuter un match, c’est Leandro Trossard qui a été chargé d’évoluer en faux 9.

En alignant trois flèches aux avant-postes, Martinez pensait bien surprendre. Mais ce sont les Croates qui se sont créés la première occasion dès la dixième seconde sur un tir mal cadré d’Ivan Perisic.

Les Belges ont connu une autre grosse frayeur dès la 16e min, quand un penalty sifflé pour une faute de Carrasco a finalement été annulé à la suite d’un hors-jeu de Kramaric repéré par le VAR.

Pour le reste, on a revu à de rares moments seulement des bribes de l’équipe si séduisante en 2018, qui a trôné près de quatre ans en tête du classement Fifa.

Surtout grâce à l’entrée au jeu à la pause de Romelu Lukaku (qui n’avait joué que 38 minutes depuis la fin août), lequel a directement pesé sur la physionomie du match.

Le meilleur buteur de l’histoire de la sélection (65 buts) s’est créé une première occasion, de la tête, trois minutes après sa montée au jeu avant de servir de point d’appui très précieux aux joueurs de la deuxième ligne, puis de trouver le poteau du but de Dominik Livakovic à l’heure de jeu.

Mais face à des Croates, qui n’avaient besoin que d’un nul pour être qualifiés, les Belges se sont exposés à des contres, forçant Thibaut Courtois à intervenir avec brio à quatre reprises (50, 53, 54, 67e).

Et Lukaku regrettera longtemps les occasions manquées dans les dernières secondes, comme à la 90e quand il n’avait plus qu’à pousser le ballon dans le but vide au lieu de maladroitement l’amortir de la poitrine.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour