Philippe Hao Thyn Voon ne compte pas soumettre sa démission en tant que président du Comité olympique mauricien (COM). Dans une déclaration au Mauricien, ce matin, il maintient qu’il n’est pas question d’associer ce poste et sa carrière sportive déjà longue de 60 ans au rapport dans l’affaire des turbines de la station de Saint-Louis dans lequel sa compagnie, PAD & Co.est citée. Toutefois, il souligne qu’il est disposé à se retirer de la présidence si les membres de l’instance olympique proposent une motion en ce sens lors d’une assemblée générale.

À ceux qui réclament sa démission, Philippe Hao Thyn Voon met en avant le fait qu’il est devenu depuis une bonne quinzaine d’années un partenaire minoritaire au sein de la compagnie dont il a été le fondateur au cours des années 1980. « J’ai quasiment tout légué à mon fils Alain, et je ne suis plus impliqué dans les affaires courantes de la compagnie. Qui plus est, je ne siège dans aucun comité et je ne négocie plus de contrats. » Pour étayer ses dires, le président du COM met de l’avant le fait que les autorités ne l’ont pas personnellement pointé du doigt et que c’est son fils qui a été convoqué au quartier général de l’ICAC ce matin.

Selon Philippe Hao Thyn Voon, il s’agit de créer une démarcation entre sa carrière sportive et ce rapport de la Banque Africaine de Développement. « J’ai côtoyé onze ministres de la Jeunesse et des Sports au cours de ma longue carrière sportive et j’ai apporté une énorme contribution au comité olympique mauricien. » Et d’ajouter : « Je ne compte pas démissionner, car je n’ai rien fait de mal et je n’ai commis aucune faute en tant que dirigeant sportif. »

Reste que le président du COM ne s’est pas fait que des amis au cours de sa carrière sportive. S’il bénéficie du soutien des membres de son comité, celui qui occupe également la vice-présidence de l’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA) devra sans doute faire face à ses détracteurs qui viennent mettre en avant le sens de l’éthique et qui exerceront la pression voulue afin qu’il rende son tablier. Pour rappel, Philippe Hao Thyn Voon nous avait récemment souligné son intention de briguer un nouveau mandat à la présidence du COM au cours de l’assemblée générale élective qui devrait se tenir en 2022.