- Publicité -

Lors d’une session le mois dernier : Un incident dans une piscine sous enquête

Selon nos informations, un élève se serait retrouvé en difficulté avant d’être secouru par un sauveteur qui était heureusement proche de la scène Nombreux sont ceux qui se demandent pour quelle raison les sports coaches d’expérience du ministère des Sports ont été mutés ailleurs que dans les piscines

Qui endossera la responsabilité en cas de problème dans l’une des piscines appartenant à l’État et gérée par le Mauritius Sports Council (MSC) ? C’est la question qui est posée après avoir pris connaissance d’un incident qui se serait produit le mois dernier dans une piscine appartenant à l’État et qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Ne serait-ce l’intervention d’un sauveteur, l’élève venu faire de la natation scolaire aurait été en grand danger. Selon nos informations, le MSC a été informé de cet incident et une enquête ouverte.

- Publicité -

C’est une affaire qui a interloqué plus d’un fin mai. Un élève de Grade 4 se serait retrouvé en difficulté pendant une session de natation scolaire, alors qu’il était censé être sous la responsabilité d’un encadrement technique. Fort heureusement, un sauveteur qui suivait la scène a été prompt à réagir. Ainsi, apprenons-nous, une enquête aurait été initiée au niveau du MSC pour faire la lumière sur cet incident.

Ce qui s’est passé, le mois dernier, a traumatisé plus d’un. Inimaginable pour d’autres qui sont des habitués des piscines depuis des années. Ces mêmes habitués qui avaient attiré notre attention, il y a quelques semaines, quant à la décision de remplacer les sports coaches du ministère des Sports au niveau des piscines appartenant à l’État, mais géré par le MSC. La formation des recrus avait alors été questionnée. « Nombreux sont les entraîneurs employés au ministère des Sports qui faisaient du très bon travail grâce à leur connaissance et leur expérience en la matière. Toutefois, ils ont été mutés à des tâches administratives dans d’autres infrastructures ! Est-ce vraiment raisonnable et dans l’intérêt de la discipline ? », se demande-t-on.

D’autant qu’on précise que les sport coaches ont beaucoup aidé au niveau des écoles de natation, non seulement en assurant la sécurité des jeunes nageurs, mais aussi en contribuant à les former, les aider à progresser et à intégrer ensuite les clubs dans les meilleures conditions. Cela fait que beaucoup de questions demeurent, pour l’heure, sans réponse.

Les nouveaux venus ont-ils les mêmes qualifications et qualités requises, sinon mieux, que ceux qui étaient, dans le passé, basés aux piscines ? Tous les critères de formation des cadres ont-ils été respectés, afin de s’assurer que la transition se fasse dans les meilleures conditions ? « On veut bien que les jeunes entraîneurs aient leur chance. Ont-ils au moins été formés selon les normes, afin d’être en mesure d’assurer la sécurité des nageurs ? », fait-on ressortir.

Cet incident, précisons-le, devra être pris très au sérieux par le ministère des Sports, au même titre que le ministère de l’Education et le MSC surtout. D’autant que l’instance de Belle-Rose bénéficiera d’un budget conséquent de Rs 60M pour l’année financière 2022/23 contrairement aux Rs 34.5M de 2021/22, soit une hausse de Rs 25.5M !

Stephan Toussaint s’est d’ailleurs vanté, lors des débats budgétaires, de cette augmentation tout en parlant de la responsabilité de son ministère de veiller à ce « que les Mauriciens pratiquent une activité physique et sportive de manière régulière. Ce n’était pas le cas avant, et là je dois dire que le Mauritius Sports Council reçoit un budget chaque année pour mettre en avant différents programmes dans ce sens sous Active Mauritius. »
Ainsi, Stephan Toussaint est d’avis que la natation scolaire aidera de nombreux jeunes à apprendre à nager. Mais s’est-il au moins assuré, avec ses hauts cadres et le MSC surtout, si tous les paramètres ont été respectés pour que cela se fasse dans des conditions optimales ? C’est la question qui est posée après l’incident de mai dernier.

a

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour