Faits divers

juillet 22, 2016

La charge provisoire d’homicide involontaire, qui pesait depuis le 9 juin dernier sur le skipper de la pirogue Love, Louis Heyward Marie, a été rayée hier à la mi-journée en cour de district de Flacq. Cela suite à une motion déposée en ce sens par son avocat, Me Chetan Baboolall. L’avocat du Parquet, Me Pravin Harrah, n’y a pas objecté. Par ailleurs, l’enquête judiciaire présidée par la Senior Magistrate Navina Parsuramen s’est poursuivie, hier, avec les dépositions de L’ASP Reddy Lutchmoodoo, responsable de la National Coast Guard (NCG) dans l’Est et le Sud, des Constable Ramchurn, affecté à la Divisional Supporting Unit (DSU) de Flacq, et du Constable Bunowah, de la NCG de Deux Frères. Ce dernier était aux commandes du heavy duty boat lors de l’opération de sauvetage après que le bateau s’est renversé.

La charge provisoire d’homicide involontaire, qui pesait depuis le 9 juin dernier sur le skipper de la pirogue Love, Louis Heyward Marie, a été rayée hier à la mi-journée en cour de district de Flacq. Cela suite à une motion déposée en ce sens par son avocat, Me Chetan Baboolall. L’avocat du Parquet, Me Pravin Harrah, n’y a pas objecté.

juillet 22, 2016

Outre le Chairman Emeritus de la BAI, Dawood Ajum Rawat, qui bénéficie de la protection de la France de par l'absence d'un traité d’extradition, l’ancien Chief Executive Officer du groupe BAI et “Blue-Eyed Boy” du premier nommé, Saleem Eshan Beebeejaun, est l’un des rates “Top Guns” à ne pas être inquiété par le Central CID. Toutefois, les dernières indications disponibles tendent à confirmer que la partie de “Kouk Kasyet”, livrée par le fils de l’ancien Deputy Prime Minister du gouvernement de Navin Ramgoolam, dans le cadre de l’opération “Daylight Robbery”, devrait prendre fin incessamment. D’autres sources bien informées au QG du Central CID avancent que la décision de convoquer Saleem Eshan Beebeejaun a déjà été prise depuis la première quinzaine de ce mois et qu’en principe, il devrait se présenter à l’Interrogation Room très prochainement. Le principal dossier qui devra être évoqué avec l’ancien CEO du groupe BAI concerne la “Round Tripping Transaction” de Rs 3,9 milliards avec la Banque des Mascareignes vers 15h45 le 31 décembre 2009 pour maquiller l’échec de l’Insolvency Test de la compagnie d’assurances de Dawood Rawat, qui était déjà en situation de banqueroute.

Outre le Chairman Emeritus de la BAI, Dawood Ajum Rawat, qui bénéficie de la protection de la France de par l'absence d'un traité d’extradition, l’ancien Chief Executive Officer du groupe BAI et “Blue-Eyed Boy” du premier nommé, Saleem Eshan Beebeejaun, est l’un des rates “Top Guns” à ne pas être inquiété par le Central CID.

juillet 20, 2016
  • En cas de réussite des opérations de renflouage, le cargo en détresse battant pavillon libérien destiné à la casse, vu qu’il a été déclaré « Constructive total loss and beyond repair »
  • La thèse du sabotage de plus en plus plausible avec la double reconstitution des faits à bord en début de semaine menée par l’escouade de l’ASP Joseph du Central CID
  • Les secrets décryptés du Voyage Date Recorder (boîte noire) soumis aux autorités mauriciennes la semaine prochaine
  • La facture de réclamations du gouvernement, de Rs 13 millions actuellement, pourrait grimper à plus de Rs 20 millions, sans compter les dégâts à l’environnement marin

Six semaines après le naufrage du MV Benita, cargo de quelque 45 000 tonnes battant pavillon libérien, survenu au large de Mahébourg, des manœuvres décisives de renflouage devraient être enclenchées dès samedi.

Six semaines après le naufrage du MV Benita, cargo de quelque 45 000 tonnes battant pavillon libérien, survenu au large de Mahébourg, des manœuvres décisives de renflouage devraient être enclenchées dès samedi. C’est ce qui ressort des dernières délibérations au niveau de la cellule de crise mise en place sous la supervision du Director of Shipping, et ce en étroite collaboration avec le commandement de la National Coast Guard (NCG) et de la direction de l’Environnement.

juillet 18, 2016

La plainte logée par Navin Ramgoolam, jugeant « anticonstitutionnelles » les perquisitions effectuées à son domicile de Riverwalk, sera de nouveau appelée devant le Master and Registrar de la Cour suprême demain. Les défendeurs dans cette affaire – soit l’État, le commissaire de police (CP) et trois magistrats – devront communiquer leur “stand” par rapport à la motion de Navin Ramgoolam. Ce dernier avait soutenu, par le biais d’un document déposé par son avouée, Me Booneswur Seewaj, que ses portables saisis contenaient des informations sensibles.

La plainte logée par Navin Ramgoolam, jugeant « anticonstitutionnelles » les perquisitions effectuées à son domicile de Riverwalk, sera de nouveau appelée devant le Master and Registrar de la Cour suprême demain. Les défendeurs dans cette affaire – soit l’État, le commissaire de police (CP) et trois magistrats – devront communiquer leur “stand” par rapport à la motion de Navin Ramgoolam.

juillet 18, 2016
  • Le complexe commercial Phœnix-Les-Halles, loué à CFAO, le concessionnaire de Mercedes-Benz, ne sera pas mis en vente
  • Clinique Apollo-Bramwell : location de Rs 50 M par an et Management Contract de Rs 630 M avec le “Preferred Bidder” Omega Ark plc

Quinze mois après l’écroulement de l’empire Rawat et avec l’adjudication des joyaux de la couronne BAI, soit les actions au sein de Britam (Kenya) et la clinique Apollo-Bramwell, la National Insurance Company Ltd (NIC), qui a pris la relève de ce groupe d’assurance, passe à une autre étape. En effet, dès le début de la présente année financière, le Board de la National Insurance Company Ltd a pris la décision de faire un toilettage des investissements du groupe Rawat dans le cadre d’un exercice de “Rebalancing of Portfolio”. Un tri a déjà été effectué dans la gamme de propriétés immobilières et foncières, qui ont été transférées par le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola. Les premières propriétés foncières sont mises sur le marché alors que dans d’autres cas, des discussions de gré à gré avec d’éventuels acquéreurs sont en cours pour d’autres deals fonciers.

Quinze mois après l’écroulement de l’empire Rawat et avec l’adjudication des joyaux de la couronne BAI, soit les actions au sein de Britam (Kenya) et la clinique Apollo-Bramwell, la National Insurance Company Ltd (NIC), qui a pris la relève de ce groupe d’assurance, passe à une autre étape.

juillet 17, 2016

Les images de l’attentat terroriste de la Promenade des Anglais à Nice dans la soirée du 14 juillet sont des plus cruelles. Le poids lourd, engagé dans une course-suicide menée par le Franco-Tunisien, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, n’a rien épargné sous ses pneus. Les enfants et les jeunes, venus assister aux feux d’artifice sur le front de la Méditerranée en cette nuit de Fête nationale française, ont payé un lourd tribut à cette haine.

  • L’ambassadeur Joël Rault : « A ce jour, l’ambassade de Paris n’a reçu aucun appel de Mauriciens en détresse ou de Mauriciens cherchant des proches à Nice »
juillet 17, 2016

Indépendamment de la panne sèche que connaissent depuis au moins le début de l’année des composantes majeures du scandale financier du groupe BAI avec un préjudice évalué par la Banque de Maurice à Rs 25 milliards, la police arrive difficilement à se dépêtrer de la controverse dans deux autres enquêtes d’intérêt public.

  • A 4h08  le 27 mai (DB Entry No 18): “Mr Seerungen stated  that he has already recovered his car and will not proceed with any declaration”
  • A 13h26 le 26 juin (OB 14415/2016):        « How is it that Prince Saven called for the police if ever it was like this, reported a case which occurred on 27 June 2016 around midnight, that is a day before the occurrence »
juillet 16, 2016

La soirée du 14 juillet 2016 restera gravée pendant longtemps dans la mémoire de Clément, un Mauricien installé à Nice avec des membres de sa famille. Peut-être plus encore, car les images accablantes de la scène de carnage sur ce qui faisait la fierté de Nice, sa célèbre Promenade des Anglais, sur le front de la Méditerranée, continuent de l’assaillir. Participant professionnellement aux opérations de secours déclenchées après l’attentat – commis par un Franco-Tunisien au volant d’un poids lourd blanc, fonçant sur la foule et faisant, selon le dernier décompte, 84 victimes et 18 blessés dont le pronostic vital est engagé ainsi que des centaines d’autres victimes traitées dans ces centres hospitaliers, il a été témoin de scènes atroces. Toutefois, il ne cessera de souligner, dans un kreol morisien savoureux : « Bondie ti ar mwa le 14 ziyet ! »

La soirée du 14 juillet 2016 restera gravée pendant longtemps dans la mémoire de Clément, un Mauricien installé à Nice avec des membres de sa famille. Peut-être plus encore, car les images accablantes de la scène de carnage sur ce qui faisait la fierté de Nice, sa célèbre Promenade des Anglais, sur le front de la Méditerranée, continuent de l’assaillir.

juillet 15, 2016

Le terrorisme a frappé une nouvelle fois en plein cœur de la France, peu après les feux d’artifice sur la Promenade des Anglais à Nice pour marquer les festivités traditionnelles du 14 juillet. Ce matin, les autorités françaises dressaient un premier lourd bilan, soit 84 morts et 18 blessés jugés graves, et également une cinquantaine de blessés légers et 120 autres personnes choquées ou prises en charge par les secours. Il va sans dire que les chiffres évolueront en cours de journée mais la psychose du terrorisme prend le dessus. Dans une première réaction à l’effroi et à l’horreur de cet attentat terroriste, après celui du Bataclan et des environs du Stade de France dans la nuit du vendredi 13 novembre de l’année dernière, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, n’a pu cacher sa stupéfaction devant cet acte condamné dans aucune réserve.

Charlène Rose-Marotel, mariée à un Niçois : « Nous avons peur de consulter la liste des victimes, où devraient figurer sans doute des noms de nos amis et voisins »
Clément, un Mauricien, membre de l’équipe de secours et de renfort : « Des images de guerre, des poussettes laissées, des jouets d’enfants écrasés, des corps partout »

juillet 14, 2016

Des membres du personnel de la National Property Fund Ltd (NPFL), organisme responsable du remboursement des victimes du BAI Ponzi Scheme sous le Super Cash Back Gold et la Bramer Assets Management Ltd, ont porté plainte dans la journée au Central CID. 

Des membres du personnel de la National Property Fund Ltd (NPFL), organisme responsable du remboursement des victimes du BAI Ponzi Scheme sous le Super Cash Back Gold et la Bramer Assets Management Ltd, ont porté plainte dans la journée au Central CID. Ils soutiennent que suite à la manifestation organisée par le tandem Salim Muthy et Rama Valayden à Port-Louis, hier, avec des menaces à peine voilées à leur égard, ils ne se sentent plus en sécurité dans l’exercice de leurs fonctions.

juillet 24, 2016

La dernière fois que Joachim Giuseppe Paumero a été aperçu remonte à 4h30, le samedi 16 juillet, près d’une boutique située à quelques mètres de l’usine sucrière de Médine. Il n’a plus donné signe de vie depuis. Ses proches ont rapporté sa disparition au poste de police de Bambous aux alentours de 11 h, le même jour, et une enquête a été ouverte. Le disparu étant injoignable sur son cellulaire depuis, les enquêteurs attendent un Judge’s Order afin de retracer ses derniers appels téléphoniques.

La dernière fois que Joachim Giuseppe Paumero a été aperçu remonte à 4h30, le samedi 16 juillet, près d’une boutique située à quelques mètres de l’usine sucrière de Médine. Il n’a plus donné signe de vie depuis. Ses proches ont rapporté sa disparition au poste de police de Bambous aux alentours de 11 h, le même jour, et une enquête a été ouverte.

juillet 24, 2016

L’enquête judiciaire présidée par la Senior Magistrate Navina Parsuramen pour faire la lumière sur les circonstances du drame de Grande-Rivière Sud-Est ayant coûté la vie à quatre personnes dont deux enfants s’est poursuivie jeudi avec l’audition de l’ASP Reddy Luthmoodoo, responsable de la National Coast Guard (NCG) dans l’Est et le Sud, du constable Ramchurn affecté à la Divisional Supporting Unit (DSU) de Flacq et du constable Bunowah de la NCG de Deux Frères. Le dernier nommé était aux commandes du heavy duty boat lors de l’opération de sauvetage après que le bateau s’était renversé. Par ailleurs, la charge provisoire d’homicide involontaire qui pesait depuis le 9 juin dernier sur Louis Heyward Marie, le skipper de la pirogue Love, a été rayée jeudi en Cour de District de Flacq. Cela suite à une motion déposée par son avocat, Me Chetan Baboolall.

L’enquête judiciaire présidée par la Senior Magistrate Navina Parsuramen pour faire la lumière sur les circonstances du drame de Grande-Rivière Sud-Est ayant coûté la vie à quatre personnes dont deux enfants s’est poursuivie jeudi avec l’audition de l’ASP Reddy Luthmoodoo, responsable de la National Coast Guard (NCG) dans l’Est et le Sud, du constable Ramchurn affecté à la Divisional Supporting Unit (DSU) de Flacq et du constable Bunowah de la NCG de Deux Frères.

juillet 24, 2016

Si la formation d’une dépression tropicale, Abela, dimanche dernier, a surpris tous les Mauriciens en cette période hivernale, la station météo de Vacoas indique que, côté température, “l’hiver 2016 est normal”. Elle ajoute cependant qu’avoir des tempêtes tropicales en hiver est un phénomène rare. Surtout que les températures de l’hiver 2016, notamment durant le mois de juillet, sont proches de la moyenne saisonnière, soit une maximale de 22°C durant la journée et une minimale de 16°C durant la nuit sur le Plateau central. Sur les côtes, la température évoluera entre 26°C durant la journée et 17°C durant la nuit. En raison des anticyclones qui traversent au sud des Mascareignes durant cette période de l’année, des épisodes de froid continu avec un temps venteux s’étalant sur plusieurs jours pourront être ressentis.

Si la formation d’une dépression tropicale, Abela, dimanche dernier, a surpris tous les Mauriciens en cette période hivernale, la station météo de Vacoas indique que, côté température, “l’hiver 2016 est normal”. Elle ajoute cependant qu’avoir des tempêtes tropicales en hiver est un phénomène rare.

juillet 23, 2016

La demande logée devant la Cour suprême par le Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, pour contester le jugement de cette même instance devant le Privy Council dans le cas de Pravind Jugnauth, dans l’affaire MedPoint, sera de nouveau appelée devant le chef juge Keshoe Parsad Matadeen ce 25 juillet. L’homme de loi de Pravind Jugnauth, Me Désiré Basset, SC, qui avait obtenu un renvoi lors de la dernière audience, devra soumettre les points d’objection. Suivant ce “counter appeal”, la Cour suprême devra fixer une date pour écouter les arguments. Toutefois, l’instance part en congé à partir du 29 juillet. Ce n’est donc pas avant le prochain trimestre, qui reprend le 5 septembre, que les débats auront lieu.

La demande logée devant la Cour suprême par le Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, pour contester le jugement de cette même instance devant le Privy Council dans le cas de Pravind Jugnauth, dans l’affaire MedPoint, sera de nouveau appelée devant le chef juge Keshoe Parsad Matadeen ce 25 juillet. L’homme de loi de Pravind Jugnauth, Me Désiré Basset, SC, qui avait obtenu un renvoi lors de la dernière audience, devra soumettre les points d’objection.

juillet 23, 2016

La magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour intermédiaire, a rayé une accusation d’attentat à la pudeur portée contre un habitant d’Anse-Jonchée. Ce dernier était accusé d’avoir attenté à la pudeur de sa belle-sœur lorsqu’elle dormait. Toutefois, la magistrate devait donner plus de crédit à la version de l’accusé, notant que la belle-sœur avait donné des versions contradictoires en cour.

La magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour intermédiaire, a rayé une accusation d’attentat à la pudeur portée contre un habitant d’Anse-Jonchée. Ce dernier était accusé d’avoir attenté à la pudeur de sa belle-sœur lorsqu’elle dormait. Toutefois, la magistrate devait donner plus de crédit à la version de l’accusé, notant que la belle-sœur avait donné des versions contradictoires en cour.

juillet 23, 2016

Poursuivie par l’Independent Commission against Corruption (ICAC), Yoshika Audit, esthéticienne, avait été reconnue coupable par la Cour intermédiaire sous cinq charges de blanchiment d’argent. Le magistrat Azam Neerooa l’avait condamnée le 26 mars 2014 à payer une amende de Rs 235 000 pour les cinq charges et avait également ordonné la saisie des biens qu’elle avait hérités de son défunt époux, dont des terres et des voitures. Cette veuve d’un ex-employé de banque a été reconnue coupable de complicité des activités frauduleuses de son défunt mari et d’avoir en sa possession Rs 613 350, somme que ce dernier avait détournée d’une banque où il était employé. Elle avait fait appel de sa condamnation. Si la Cour a réduit l'amende imposée à Rs 110 000, elle a toutefois maintenue la saisie de ses biens.

Poursuivie par l’Independent Commission against Corruption (ICAC), Yoshika Audit, esthéticienne, avait été reconnue coupable par la Cour intermédiaire sous cinq charges de blanchiment d’argent. Le magistrat Azam Neerooa l’avait condamnée le 26 mars 2014 à payer une amende de Rs 235 000 pour les cinq charges et avait également ordonné la saisie des biens qu’elle avait hérités de son défunt époux, dont des terres et des voitures.

juillet 23, 2016

L'ancien ingénieur responsable de la National Development Unit, l'époux de l’ex-PPS Pratibha Bholah, Hurrydeo Bholah, a été débouté en Cour suprême dans un jugement rendu ce 22 juillet. Le chef juge Keshoe Parsad Matadeen et le juge David Chan Kan Cheong ont en effet rejeté sa demande de révision judiciaire, contestant sa suspension. Le “double bench” a considéré le fait que l'ex-ingénieur avait fait l'objet d'une enquête policière et avait été arrêté, et ce dans le cadre des contrats alloués par la NDU après les “flash floods” de 2013.

L'ancien ingénieur responsable de la National Development Unit, l'époux de l’ex-PPS Pratibha Bholah, Hurrydeo Bholah, a été débouté en Cour suprême dans un jugement rendu ce 22 juillet. Le chef juge Keshoe Parsad Matadeen et le juge David Chan Kan Cheong ont en effet rejeté sa demande de révision judiciaire, contestant sa suspension.

juillet 23, 2016

L’affaire logée par Me Akil Bissessur, réclamant le gel du versement des allocations mensuelles de Rs 282 000 à sir Anerood Jugnauth en tant que Premier ministre, sera débattue devant le chef juge Keshoe Parsad Matadeen le 2 septembre. Me Désiré Basset, qui défend les intérêts du Premier ministre, avait logé des points de droits pour contester la demande de Me Bissessur. 

L’affaire logée par Me Akil Bissessur, réclamant le gel du versement des allocations mensuelles de Rs 282 000 à sir Anerood Jugnauth en tant que Premier ministre, sera débattue devant le chef juge Keshoe Parsad Matadeen le 2 septembre. Me Désiré Basset, qui défend les intérêts du Premier ministre, avait logé des points de droits pour contester la demande de Me Bissessur.  

juillet 23, 2016

Les suspects Saminaden Vyapooree, 45 ans, et Sew Seetohul, 25 ans, ont participé à une reconstitution des faits, hier matin, à la rue Charles Renaud, Eau Coulée, dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Anwar Nandoo, survenu au petit matin le lundi 11 juillet. Ils ont, l’un après l’autre, expliqué aux enquêteurs comment s’étaient passés les derniers instants de la victime, âgée de 54 ans, le jour fatidique. L’opération s’est déroulée en présence du nouveau patron du CCID, l’Assistant Commissaire de Police (ACP) Devenand Reekoye.

Les suspects Saminaden Vyapooree, 45 ans, et Sew Seetohul, 25 ans, ont participé à une reconstitution des faits, hier matin, à la rue Charles Renaud, Eau Coulée, dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Anwar Nandoo, survenu au petit matin le lundi 11 juillet. Ils ont, l’un après l’autre, expliqué aux enquêteurs comment s’étaient passés les derniers instants de la victime, âgée de 54 ans, le jour fatidique.

juillet 23, 2016

« Le cadavre mutilé qui avait été retrouvé mercredi dernier dans un champ de cannes à Petit-Raffray ne peut être celui de Shrimathi Alleear, comme l’avait prétendu sa fille Anouska », soutient un policier proche du dossier. Appelée à identifier le pied de la victime, Anouska Alleear a déclaré que « ce n’est pas le pied de ma mère ».

« Le cadavre mutilé qui avait été retrouvé mercredi dernier dans un champ de cannes à Petit-Raffray ne peut être celui de Shrimathi Alleear, comme l’avait prétendu sa fille Anouska », soutient un policier proche du dossier. Appelée à identifier le pied de la victime, Anouska Alleear a déclaré que « ce n’est pas le pied de ma mère ».

juillet 22, 2016

La division métropolitaine de l’ADSU a récupéré un colis renfermant un total de 737 g d'héroïne, d'une valeur estimée à Rs 11 055 000, dans une poubelle près d’un pont de la route de Pailles lundi vers 22h. Une opération de surveillance a ensuite eu lieu jusqu'à 14h30 hier. En vain. L’enquête suit son cours.

La division métropolitaine de l’ADSU a récupéré un colis renfermant un total de 737 g d'héroïne, d'une valeur estimée à Rs 11 055 000, dans une poubelle près d’un pont de la route de Pailles lundi vers 22h. Une opération de surveillance a ensuite eu lieu jusqu'à 14h30 hier. En vain. L’enquête suit son cours.

juillet 22, 2016

Steven St-Pierre, 33 ans, ne fait plus l’objet de poursuite devant les Assises. Il répondait d’une accusation de “attempt to transport dangerous drugs, with averments of trafficking”. Toutefois, lors de l’appel de l’affaire hier, Me Raj Baungally, avocat de la poursuite, a logé une motion d’arrêt des procédures contre le prévenu, car la drogue qui a été saisie dans le cadre de cette affaire doit être réexaminée par la Forensic Science Laboratory (FSL).

Steven St-Pierre, 33 ans, ne fait plus l’objet de poursuite devant les Assises. Il répondait d’une accusation de “attempt to transport dangerous drugs, with averments of trafficking”. Toutefois, lors de l’appel de l’affaire hier, Me Raj Baungally, avocat de la poursuite, a logé une motion d’arrêt des procédures contre le prévenu, car la drogue qui a été saisie dans le cadre de cette affaire doit être réexaminée par la Forensic Science Laboratory (FSL).

juillet 21, 2016

Le procès intenté au député Jean-Claude Barbier et à son complice présumé, Selvanaden Mootoosamy, pour l'agression de deux activistes rouges à La Tour Koenig en 2013, s'est poursuivi hier au tribunal de Port-Louis. Toutefois, l'audition des témoins n'a pu se poursuivre. Me Nithiraj Bisnatsing, l'avocat de la poursuite, a suggéré qu'il soit remplacé étant donné qu'il a un lien de parenté avec un des témoins potentiels que la défense compte appeler. Le procès a été ajourné au 29 août.

Le procès intenté au député Jean-Claude Barbier et à son complice présumé, Selvanaden Mootoosamy, pour l'agression de deux activistes rouges à La Tour Koenig en 2013, s'est poursuivi hier au tribunal de Port-Louis. Toutefois, l'audition des témoins n'a pu se poursuivre.

juillet 21, 2016

Le procès intenté à l’homme d’affaires Michel de Ravel de l’Argentière, accusé d’attouchements sexuels et d’attentats à la pudeur sur huit fillettes en 1998, a démarré sur le fond devant la Cour intermédiaire hier. La poursuite, représentée par Me Roshan Santokee, a appelé plusieurs témoins, dont le Main Enquiring Officer, le SI Daujee, lequel avait enregistré six dépositions de l’accusé. À la police, Michel de Ravel a nié une partie des allégations portées contre lui par les huit plaignantes. Il soutient que certaines d’entre elles ont été influencées par leurs amies. Le procès a été ajourné au 28 septembre.

Le procès intenté à l’homme d’affaires Michel de Ravel de l’Argentière, accusé d’attouchements sexuels et d’attentats à la pudeur sur huit fillettes en 1998, a démarré sur le fond devant la Cour intermédiaire hier. La poursuite, représentée par Me Roshan Santokee, a appelé plusieurs témoins, dont le Main Enquiring Officer, le SI Daujee, lequel avait enregistré six dépositions de l’accusé.