Navin Ramgoolam

juin 28, 2015

Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, a commenté hier l’affaire Betamax, entre autres choses. Dans le sillage de la publication du projet de Nine-Year Schooling du nouveau gouvernement, ce parti suggère à la ministre de tutelle une large concertation avec ses anciens prédécesseurs ayant eu en partage un même désir d’en finir avec le Certificate of Primary Education (CPE).

Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, a commenté hier l’affaire Betamax, entre autres choses. Dans le sillage de la publication du projet de Nine-Year Schooling du nouveau gouvernement, ce parti suggère à la ministre de tutelle une large concertation avec ses anciens prédécesseurs ayant eu en partage un même désir d’en finir avec le Certificate of Primary Education (CPE).

juin 28, 2015

Certains se sont emballés. Mais ce fut un nouvel emballement futile, inutile et vain. Xavier Duval cassant la baraque? Mais c’est de la fiction, voyons. Il peut bien dire qu’il n’est pas content et faire savoir qu’il pense mériter mieux en terme de portion du gâteau à répartir entre partenaires du gouvernement, mais son parcours a depuis bien longtemps achevé de démontrer que ses prétendues sautes d’humeur et son insatisfaction affichée ne sont toujours que du vent. La course au collier mairal vient d’apporter une nouvelle preuve de sa constance en politique, de sa posture, plutôt indécente, qui est de demeurer coûte que coûte au gouvernement, quel qu’il soit d’ailleurs. Le leader du PMSD réconfortera son électorat en lui promettant une meilleure répartition de fauteuils de maire la prochaine fois. Et on peut parier que, la prochaine fois, même sans aucun maire, comme l’avait un temps suggéré Anil Gayan, le PMSD sera toujours au gouvernement, le pouvoir même relatif pouvant balayer toutes les humiliations.

Certains se sont emballés. Mais ce fut un nouvel emballement futile, inutile et vain. Xavier Duval cassant la baraque? Mais c’est de la fiction, voyons. Il peut bien dire qu’il n’est pas content et faire savoir qu’il pense mériter mieux en terme de portion du gâteau à répartir entre partenaires du gouvernement, mais son parcours a depuis bien longtemps achevé de démontrer que ses prétendues sautes d’humeur et son insatisfaction affichée ne sont toujours que du vent.

juin 26, 2015
  • Interrogatoire “Under Warning” simultané de l’ancien ministre Rajesh Jeetah et de son beau-frère, Veekram Bhunjun, aux Casernes centrales la semaine prochaine
  • L’ex-ministre Jeetah rattrapé par sa participation à un comité ministériel avalisant le choix du groupe Bhunjun pour le contrat-jackpot de Rs 10 milliards à Betamax
  • L’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, fait faux bond aux enquêteurs de la CyberCrime Unit de la police pour la suite de son audition

La deuxième enquête confiée au Central CID dans le cadre de l’opération Lakaz Lerwa Lion avec la première arrestation de l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, le vendredi 6 février dernier, devrait être bouclée au plus tard à la mi-juillet. En effet, le dossier de la Betamax Saga, avec un contrat-jackpot de Rs 10 milliards alloué au groupe Bhunjun sans passer par les appels d’offres, entame ces jours-ci sa dernière ligne droite. Ainsi, la semaine prochaine, les deux derniers principaux protagonistes, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, et son beau-frère, le Chief Executive Officer (CEO) du groupe Bhunjun, Veekram Bhunjun, seront interrogés Under Warning et en simultané par les limiers de la CyberCrime Unit avec pour Chief Enquiring Officer, le sergent Ruchaia. De son côté, le Deputy Prime Minister et leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, pourrait également être entendu à titre de témoin au cours de la semaine prochaine avec en background le rapport des consultants du privé soumis en novembre 2009.

  • Interrogatoire “Under Warning” simultané de l’ancien ministre Rajesh Jeetah et de son beau-frère, Veekram Bhunjun, aux Casernes centrales la semaine prochaine
  • L’ex-ministre Jeetah rattrapé par sa participation à un comité ministériel avalisant le choix du groupe Bhunjun pour le contrat-jackpot de Rs 10 milliards à Betamax
  • L’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, fait faux bond aux enquêteurs de la CyberCrime Unit de la police pour la suite de son audition
juin 25, 2015

En politique particulièrement, il n’y a que deux attitudes possibles qu’un leader peut adopter lorsque, de manière récurrente, son parti enregistre des échecs électoraux. Soit il quitte volontairement son poste comme le font traditionnellement les dirigeants des partis anglais, soit, au contraire, il persiste à continuer à lutter en rêvant à des lendemains meilleurs. Il n’y a d’ailleurs aucune interdiction faite à quiconque de rêver, surtout s’il engage toute la volonté, l’énergie et la détermination nécessaires pour transformer son rêve en réalité.

En politique particulièrement, il n’y a que deux attitudes possibles qu’un leader peut adopter lorsque, de manière récurrente, son parti enregistre des échecs électoraux. Soit il quitte volontairement son poste comme le font traditionnellement les dirigeants des partis anglais, soit, au contraire, il persiste à continuer à lutter en rêvant à des lendemains meilleurs.

juin 25, 2015

La prochaine étape dans l’enquête confiée au Central CID sur le contrat jackpot de Rs 10 milliards alloué à Betamax du groupe Bhunjun devra être consacrée à l’interrogatoire et l’inculpation provisoire du Chief Executive Officer Veekram Bhunjun.

  • Xavier Duval : « Au sein de l’ancien gouvernement, il y avait beaucoup de voix discordantes concernant le dossier de Betamax »
  • Deux cautions de Rs 15 000 et deux reconnaissances de dettes de Rs 1 million chacune pour la remise en liberté provisoire de l’ex-PM Navin Ramgoolam
juin 24, 2015
  • Navin Ramgoolam, accusé d’avoir proféré des menaces contre l’ancien ministre Gowressoo : « Si to pa fer sign sa kontra Betamax-la, donn to demision »
  •      L’ancien PM également inculpé de 
complot avec l’ex-DPM Anil Bachoo et Veekram Bhunjun pour favoriser Betamax en vue du contrat jackpot de Rs 10 milliards

Compte tenu du scandale Betamax et du contrat-jackpot de Rs 10 milliards en faveur du groupe Bhunjun, l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam a subi, hier, sa cinquième arrestation en 19 semaines et en même temps ses onzième et douzième inculpations provisoires. Lors de sa comparution devant la magistrate Nadiyya Dauhoo en Cour de Port-Louis, il a eu à fournir deux cautions pour retrouver la liberté provisoire.  La police n’a as objecté à la liberté sous cautio. Lors de son interrogatoire, hier, Navin Ramgoolam a rejeté les accusations contre lui en soutenant que le choix de Betamax du groupe Bhunjun relevait du conseil des ministres.

Compte tenu du scandale Betamax et du contrat-jackpot de Rs 10 milliards en faveur du groupe Bhunjun, l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam a subi, hier, sa cinquième arrestation en 19 semaines et en même temps ses onzième et douzième inculpations provisoires. Lors de sa comparution devant la magistrate Nadiyya Dauhoo en Cour de Port-Louis, il a eu à fournir deux cautions pour retrouver la liberté provisoire.  La police n’a as objecté à la liberté sous cautio.

juin 23, 2015

Depuis hier matin, l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam a maintenu le suspense quant à son arrivée au QG du Central CID en vue de son interrogatoire Under Warning dans l’enquête sur l’affaire Betamax, avec un contrat jackpot de Rs 10 milliards au groupe Bhunjun. Finalement, après des échanges entre ses conseils légaux et les responsables de ce dossier au Central CID, il devait fixer l’heure du rendez-vous aux Casernes centrales à 13 h.

  • L’ex-DPM Beebeejaun : « J’ai été sanctionné par un remaniement ministériel en 2008 pour avoir défendu la nécessité d’un International Tender pour le contrat Betamax (Rs 10 milliards) »
  • Robert Konfortion confirme avoir fait un don de Rs 500 000 à l’ancien Premier ministre en guise de récompense « pour sa bonne gestion de l’économie en période de crise »
juin 23, 2015

Des cinq enquêtes instruites jusqu’ici contre l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, et ayant atteint un stade avancé, un premier “case file” est en route pour l’Office of the Director of Public Prosecutions par le Central CID.

  • L’homme d’affaires “Vire Mam” Rakesh Gooljaury, “star witness” contre l’ex-PM sur les incidents du 2 au 3 juillet 2011
juin 22, 2015

La nouvelle séance d’interrogatoire Under Warning avec encore une arrestation de l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, par le Central CID, a été reportée. Le rendez-vous, pris pour ce matin aux Casernes centrales, a été renvoyé probablement à demain. Ce suspect sur qui pèsent déjà dix inculpations provisoires devait être entendu sur le dossier du contrat jackpot de Rs 10 milliards accordé au groupe Bhunjun dans l’affaire Betamax pour le compte de la State Trading Corporation. De ce fait, l’intermède a été assuré par la convocation formelle de Robert Konfortion, expert-comptable de chez Kemp Chatteris, interrogé par rapport aux enveloppes et documents dans les trois coffres-forts saisis en la résidence de Navin Ramgoolam à River Walk le vendredi 6 février dernier.

La nouvelle séance d’interrogatoire Under Warning avec encore une arrestation de l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, par le Central CID, a été reportée. Le rendez-vous, pris pour ce matin aux Casernes centrales, a été renvoyé probablement à demain. Ce suspect sur qui pèsent déjà dix inculpations provisoires devait être entendu sur le dossier du contrat jackpot de Rs 10 milliards accordé au groupe Bhunjun dans l’affaire Betamax pour le compte de la State Trading Corporation.

juin 22, 2015

Ram Seegobin, un des responsables de Lalit, procède à une analyse à la suite des dernières élections municipales. Au-delà du résultat et de l’abstention, il est d’avis que les villes passent par une période difficile. L’incapacité des conseils municipaux à prendre des décisions sans l’aval du gouvernement central et l’exode vers les quartiers ruraux huppés d’une certaine catégorie de la population en sont la cause, souligne-t-il. Et d’ajouter que le phénomène s’accentuera avec la création des huit Smart Cities. Au plan politique, il estime que le 120-0 ne signifie pas que l’Alliance Lepep a un chèque en blanc.

Ram Seegobin, un des responsables de Lalit, procède à une analyse à la suite des dernières élections municipales. Au-delà du résultat et de l’abstention, il est d’avis que les villes passent par une période difficile. L’incapacité des conseils municipaux à prendre des décisions sans l’aval du gouvernement central et l’exode vers les quartiers ruraux huppés d’une certaine catégorie de la population en sont la cause, souligne-t-il.

juin 21, 2015

Il y a nécessité d'espacer la tenue des différentes élections si la volonté existe réellement de diminuer le taux d'abstention. Seul un électeur sur trois a voté !
Des élections gagnées même avec 65% des électeurs ne se rendant pas aux urnes, demeurent, malgré tout, des élections gagnées.

Il y a nécessité d'espacer la tenue des différentes élections si la volonté existe réellement de diminuer le taux d'abstention. Seul un électeur sur trois a voté !
Des élections gagnées même avec 65% des électeurs ne se rendant pas aux urnes, demeurent, malgré tout, des élections gagnées. Et, ce n'est certes pas Lalians Lepep  qui fera la fine bouche.

juin 21, 2015

Du rôle majeur de la presse jusqu'aux relations entre journalistes et la police ou les hommes politiques, en passant par les dernières élections municipales, ou les affaires BAI et Ramgoolam, le journaliste mexicain Eduardo Cue, en mission de formation à Maurice, a donné son point de vue éclairant en répondant aux questions de Week-End en fin de semaine avant son départ.

Du rôle majeur de la presse jusqu'aux relations entre journalistes et la police ou les hommes politiques, en passant par les dernières élections municipales, ou les affaires BAI et Ramgoolam, le journaliste mexicain Eduardo Cue, en mission de formation à Maurice, a donné son point de vue éclairant en répondant aux questions de Week-End en fin de semaine avant son départ.

juin 20, 2015

Le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, a rencontré la presse hier à l’issue de la réunion du bureau politique de ce parti. Il a estimé que l’alliance gouvernementale qui, à son sens, est composée de quatre partis le MSM, le PMSD, le ML et le MP d’Alan Ganoo, n’a obtenu que 18,6 % de l’électorat urbain contre 10,9 % au MMM. Loin d’être un vote d’adhésion, avance-t-il.

Le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, a rencontré la presse hier à l’issue de la réunion du bureau politique de ce parti. Il a estimé que l’alliance gouvernementale qui, à son sens, est composée de quatre partis le MSM, le PMSD, le ML et le MP d’Alan Ganoo, n’a obtenu que 18,6 % de l’électorat urbain contre 10,9 % au MMM. Loin d’être un vote d’adhésion, avance-t-il.

juin 20, 2015

L’ancien président de la république, Kailash Purryag, est sorti de son mutisme, hier après-midi, pour répondre aux allégations de l’ancien trésorier du parti Travailliste, Law Hing Choy Kang Foong, alias Ah Fat. Celui-ci, interrogé par le Central CID, en présence de son homme de loi, Me Neelkanth Dulloo, avait déclaré que dans l’affaire du compte conjoint avec le leader du Travailliste, Navin Ramgoolam, il avait pris le relais de Kailash Purryag suite à son élection à la présidence de la république en 2012.

L’ancien président de la république, Kailash Purryag, est sorti de son mutisme, hier après-midi, pour répondre aux allégations de l’ancien trésorier du parti Travailliste, Law Hing Choy Kang Foong, alias Ah Fat.

juin 19, 2015

   During the nine years of Dr. Navin Ramgoolam’s government, MMM, MSM and other political groups blamed MBC for being intrinsically biased and unfair towards them. They condemned the way the corporation was being run and with firmness, they held its successive General Directors responsible for encouraging prejudice and manipulation of information at the national TV station.

  During the nine years of Dr. Navin Ramgoolam’s government, MMM, MSM and other political groups blamed MBC for being intrinsically biased and unfair towards them. They condemned the way the corporation was being run and with firmness, they held its successive General Directors responsible for encouraging prejudice and manipulation of information at the national TV station.

juin 19, 2015

Le Joint Account numéro […]49074 à la Mauritius Account, présenté comme étant le compte du Parti travailliste n’a pas encore livré ses secrets. La nouvelle séance d’interrogatoire Under Caution de l’ancien trésorier du Labour Law Hing Choy Kang Foong, alias Ah Fat, au QG du Central CID hier, n’a pas permis d’en savoir plus au sujet des bénéficiaires des retraits relevés au cours de ces dernières années. Sauf qu’il a apporté un élément d’information susceptible de relancer l’intérêt autour des circonstances de la décision subite de Kailash Purryag de soumettre sa démission de la présidence de la République le vendredi 29 mai dernier. Tout au long de l’exercice d’hier, le dénommé Ah Fat a soutenu ne rien savoir des transactions bancaires de Navin Ramgoolam.

  • L’ex-trésorier du PTr maintient : « Mo pa konn nanyen dan sa bann kont-la »
  • Law Hing Choy Kang Foong, alias Ah Fat, déjà sur la liste des convoqués pour interrogatoire dans le scandale du contrat jackpot de Rs 10 milliards de Betamax
juin 19, 2015

Du « petit parti », ainsi que l’avait qualifié l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam il y a quelques mois, le MSM s’est donc hissé au rang de — non pas à celui de « plus grand parti » — celui qui aura presque certainement décimé les deux « grands partis » qui s’adjugeaient de ce titre lors de la dernière campagne électorale, en l’occurrence le PTr et le MMM !

Du « petit parti », ainsi que l’avait qualifié l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam il y a quelques mois, le MSM s’est donc hissé au rang de — non pas à celui de « plus grand parti » — celui qui aura presque certainement décimé les deux « grands partis » qui s’adjugeaient de ce titre lors de la dernière campagne électorale, en l’occurrence le PTr et le MMM !

juin 18, 2015

L’ancien trésorier du Parti travailliste Law Hing Choy Kang Foong, alias Ah Fat, est retourné au QG du Central CID plus tôt que prévu, soit dès cet après-midi, pour un nouveau round d’interrogatoire. Même si cet exercice se déroule Under Caution, l’ancien Senior Adviser de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam ne court aucun risque d’être inculpé provisoirement car il sera entendu à titre de témoin sur le volet des avoirs de Navin Ramgoolam dans le cadre de l’opération Lakaz Lerwa Lion.

  • L’ancien trésorier du Labour, accompagné de son homme de loi, Me Neelkant Dulloo, entendu à titre de témoin cet après-midi au Central CID
  • La Suisse sollicitée par les autorités mauriciennes pour obtenir la confirmation de comptes bancaires opérés au nom de l’ex-PM Navin Ramgoolam
juin 18, 2015

La plainte logée par l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam sur « l’anticonstitutionnalité » des perquisitions faites en ses résidences en février dernier a été appelée aujourd’hui devant le Deputy Master and Registrar de la Cour suprême, Shameem Hamuth-Laulloo. Me Karen Purson, qui représente les défendeurs, a demandé que certains extraits de la plainte soient retirés.

La plainte logée par l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam sur « l’anticonstitutionnalité » des perquisitions faites en ses résidences en février dernier a été appelée aujourd’hui devant le Deputy Master and Registrar de la Cour suprême, Shameem Hamuth-Laulloo. Me Karen Purson, qui représente les défendeurs, a demandé que certains extraits de la plainte soient retirés.

juin 17, 2015

Au point où nous en sommes, il serait inutile de revenir sur la débâcle du MMM ou sur le forfait historique du Parti Travailliste. Ce qu’il faut surtout en déduire, c’est que deux individus, deux leaders bornés et avides de pouvoir, auront suffi pour priver la République de Maurice, une démocratie moderne, d’une opposition saine et réactive. À leurs palmarès, le sabordage des deux partis nationaux les plus respectés de l’électorat.

Au point où nous en sommes, il serait inutile de revenir sur la débâcle du MMM ou sur le forfait historique du Parti Travailliste. Ce qu’il faut surtout en déduire, c’est que deux individus, deux leaders bornés et avides de pouvoir, auront suffi pour priver la République de Maurice, une démocratie moderne, d’une opposition saine et réactive. À leurs palmarès, le sabordage des deux partis nationaux les plus respectés de l’électorat.

juin 17, 2015

Les dirigeants de l’Alliance Lepep se sont exprimés hier, sur leur victoire de 120-0 aux municipales de dimanche dernier. Pravind Jugnauth est d’avis que ce score démontre bien le soutien de la population, contrairement à ce qui se disait après les générales de décembre 2014. Pour lui, le MMM est au plus bas de son histoire après ce nouvel échec. Ivan Collendavelloo a réitéré son souhait de rassembler les militants, tandis que Mamade Kodabaccus a félicité Port-Louis pour sa « maturité ».

Les dirigeants de l’Alliance Lepep se sont exprimés hier, sur leur victoire de 120-0 aux municipales de dimanche dernier. Pravind Jugnauth est d’avis que ce score démontre bien le soutien de la population, contrairement à ce qui se disait après les générales de décembre 2014. Pour lui, le MMM est au plus bas de son histoire après ce nouvel échec.

juin 17, 2015

 C'est devenu comme un rituel. À chaque changement de régime, ce depuis plus de deux décennies, la réforme du système éducatif revient sur le tapis et le nouveau gouvernement n'a pas dérogé à la règle en présentant un Concept Paper au Conseil des ministres le 15 mai dernier. Mais la question que l'on se pose : ce nouveau plan de réforme ira-t-il jusqu'au bout ou connaîtra-t-il le même sort que celui de presque tous les autres rapports précédents qui ont pourtant englouti des ressources humaines et financières faramineuses mais qui moisissent aujourd'hui dans un tiroir au ministère de l'Éducation. Il convient de reconnaître que la réforme la plus significative avait été apportée en 2003 lorsque la construction des dizaines de collèges à travers le pays avait alors permis l'abolition du ranking au CPE et l'admission au secondaire selon le système de régionalisation, les star schools ayant alors été converties en Form VI colleges. Or, pour des raisons bassement politiques, le régime ramgoolamien qui prenait le relais en juillet 2005, décidait de tout remettre à plat et de retourner à l'ancien système qui continue, par conséquent, à broyer l'avenir des milliers d'enfants chaque année, particulièrement ceux provenant des régions défavorisées.

 C'est devenu comme un rituel. À chaque changement de régime, ce depuis plus de deux décennies, la réforme du système éducatif revient sur le tapis et le nouveau gouvernement n'a pas dérogé à la règle en présentant un Concept Paper au Conseil des ministres le 15 mai dernier.

juin 17, 2015
  • Ah Fat Lan Hing Choy confronté aux transactions sur le compte conjoint portant le numéro […] 49074 à la MCB au nom du Labour
  • Des membres de l’état-major du Parti travailliste pourraient être convoqués pour des auditions sur les contributions et dépenses encourues
  • Navin Ramgoolam pourrait être de nouveau interrogé et inculpé provisoirement dans l’affaire du contrat jackpot Betamax de Rs 10 milliards d’ici la fin de la semaine

L’ancien trésorier du Parti travailliste, Ah Fat Lan Hing Choy, qui s'est lavé les mains des comptes bancaires du parti, devra faire un come-back au QG du Central CID dans un avenir pas trop lointain.

L’ancien trésorier du Parti travailliste, Ah Fat Lan Hing Choy, qui s'est lavé les mains des comptes bancaires du parti, devra faire un come-back au QG du Central CID dans un avenir pas trop lointain. C’est ce que Le Mauricien a appris de sources sûres aux Casernes centrales après les auditions de Cyril Wong, Personal Banker à la Mauritius Commercial Bank de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam.

juin 15, 2015

Marquées par un taux d’abstention record de l’ordre de 64,4 % — soit le plus élevé de ces 20 dernières années —, les élections municipales d’hier ont permis à l’Alliance Lepep de signer une victoire “balye karo” aux dépens du MMM. Les résultats du jour s’apparentent à un “remake” des municipales du dimanche 2 octobre 2005 où le gouvernement de l’Alliance Sociale (PTr/PMSD) dirigé par Navin Ramgoolam avait balayé l’alliance MSM/MMM des cinq villes juste après les élections générales du 3 juillet 2005. La seule différence entre les résultats du scrutin d’octobre 2005 et celui d’hier est qu’il y a dix ans de cela, l’opposition avait pu faire élire quatre conseillers sur les 126 sièges à pourvoir dans les cinq villes. Par contre pour le dépouillement du jour, tout semblait pointer à la mi-journée vers un “walk-over” de l’Alliance Lepep de 120/0 — sauf un suspense de courte durée dans le Ward 5 de la capitale avec un faible espoir du MMM de pouvoir « kas pisso ». Tout le long du dépouillement, le candidat MMM Saïd Gaffoor devait représenter une sérieuse menace pour la candidate de l’Alliance Lepep Zaynab Bibi Aulum, vu le mince écart qui les séparait.

Marquées par un taux d’abstention record de l’ordre de 64,4 % — soit le plus élevé de ces 20 dernières années —, les élections municipales d’hier ont permis à l’Alliance Lepep de signer une victoire “balye karo” aux dépens du MMM.