Vincent Florens

août 22, 2015

Alors que la France s’apprête à accueillir en décembre 2015 un événement international majeur avec la 21e Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations unies sur les Changements Climatiques (COP21), l’Institut Français de Maurice dédie son programme de la rentrée aux problématiques écologiques et environnementales. Exposition, débats, projections… Une semaine pour s’interroger et entrevoir des solutions possibles pour l’avenir de la planète.

Alors que la France s’apprête à accueillir en décembre 2015 un événement international majeur avec la 21e Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations unies sur les Changements Climatiques (COP21), l’Institut Français de Maurice dédie son programme de la rentrée aux problématiques écologiques et environnementales. Exposition, débats, projections… Une semaine pour s’interroger et entrevoir des solutions possibles pour l’avenir de la planète.

mai 2, 2014

La revue scientifique Trends in ecology and evolution s’est fait l’écho d’une réflexion sur le rôle et l’influence des scientifiques dans la préservation de l’environnement et de la biodiversité, qui concerne en réalité aussi bien la communauté scientifique que les gardes forestiers, les associations militantes, les propriétaires terriens, les cadres des ministères de l’Agriculture ou/et de l’Écologie ainsi que les élus censés veiller à l’application des mesures préconisées par les flatteuses chartes que leur gouvernement s’est engagé à respecter. Vincent Florens, du département de biologie de l’Université de Maurice, a pris part à ce débat dans le courrier de la revue et en apportant son témoignage mauricien.

La revue scientifique Trends in ecology and evolution s’est fait l’écho d’une réflexion sur le rôle et l’influence des scientifiques dans la préservation de l’environnement et de la biodiversité, qui concerne en réalité aussi bien la communauté scientifique que les gardes forestiers, les associations militantes, les propriétaires terriens, les cadres des ministères de l’Agriculture ou/et de l’Écologie ainsi que les élus censés veiller à l’applicati

April 18, 2014

Nous devons souvent aux experts et aux biotechnologies de pointe de Kew Gardens une bonne part de notre biodiversité et de la connaissance qui en a été développée. Or comme l’ont annoncé dernièrement la BBC et le Guardian, plus de 120 postes pourraient être supprimés dans ce sanctuaire international de l’écologie et de la recherche. Un déficit de £ 5 millions a été annoncé pour la prochaine année financière, défi qu’en 250 ans d’existence, cette institution n’a jamais connu. Malgré l’augmentation des revenus propres et des contributions privées, l’accroissement du nombre de visiteurs et l’inscription au patrimoine mondial, le gouvernement britannique continue de couper sa dotation budgétaire. Une pétition en ligne a réuni 10 000 signatures.

Nous devons souvent aux experts et aux biotechnologies de pointe de Kew Gardens une bonne part de notre biodiversité et de la connaissance qui en a été développée. Or comme l’ont annoncé dernièrement la BBC et le Guardian, plus de 120 postes pourraient être supprimés dans ce sanctuaire international de l’écologie et de la recherche.

octobre 12, 2013

Les botanistes et écologues Vincent Florens et Claudia Baider ont décrit cette année, dans la revue spécialisée Phytotaxa, la nouvelle espèce Eugenia alletiana, sa morphologie, son écologie et ses besoins vitaux.

Les botanistes et écologues Vincent Florens et Claudia Baider ont décrit cette année, dans la revue spécialisée Phytotaxa, la nouvelle espèce Eugenia alletiana, sa morphologie, son écologie et ses besoins vitaux. De taille moyenne, cet arbre endémique de Maurice aux gros fruits et jolies fleurs blanches a besoin d’un coup de pouce si l’on ne veut pas qu’il disparaisse totalement de nos forêts.

January 11, 2013

Il nous reste très peu de forêts humides originelles, qui couvrent en surface moins de 5 % du territoire mauricien et sont déjà dégradées, mais celles-ci présentent des atouts intéressants, tels qu’une densité et un taux d’endémisme parmi les plus forts des îles tropicales océaniques. Seule une étude statistique particulièrement pointilleuse sur la diversité végétale de ces forêts pouvait permettre de faire le point sur ces questions. Vincent Florens l’a menée de 2006 à 2010 avec la contribution de trois autres écologues. Publiés l’an dernier dans la revue scientifique Biodiversity and Conservation, ses résultats renouvellent la réflexion sur le choix des sites de gestion de la conservation et leur management.

Il nous reste très peu de forêts humides originelles, qui couvrent en surface moins de 5 % du territoire mauricien et sont déjà dégradées, mais celles-ci présentent des atouts intéressants, tels qu’une densité et un taux d’endémisme parmi les plus forts des îles tropicales océaniques. Seule une étude statistique particulièrement pointilleuse sur la diversité végétale de ces forêts pouvait permettre de faire le point sur ces questions.

juin 6, 2012

Le biologiste mauricien Vincent Florens vient de publier dans le magazine international Science en date du 1er juin un courrier dans lequel il alerte la communauté scientifique sur le sort que le gouvernement mauricien risque de réserver à la dernière espèce de chauve-souris survivante du pays, suite à une demande des producteurs de fruits. Une seule existe encore sur notre île sur les trois espèces présentes initialement.

Le biologiste mauricien Vincent Florens vient de publier dans le magazine international Science en date du 1er juin un courrier dans lequel il alerte la communauté scientifique sur le sort que le gouvernement mauricien risque de réserver à la dernière espèce de chauve-souris survivante du pays, suite à une demande des producteurs de fruits. Une seule existe encore sur notre île sur les trois espèces présentes initialement.

mai 12, 2012

Le « Pandanus pyramidalis » allait être considéré comme éteint lorsque les spécialistes en ont retrouvé une population – avec des mâles, des femelles et de très jeunes plants –, une quinzaine d’années après la mort du dernier plant connu.

Le « Pandanus pyramidalis » allait être considéré comme éteint lorsque les spécialistes en ont retrouvé une population – avec des mâles, des femelles et de très jeunes plants –, une quinzaine d’années après la mort du dernier plant connu. Avant que le futur réservoir de Rivière-des-Anguilles n’inonde le site, il faudra alors consentir à l’effort nécessaire pour ne pas détruire cette espèce unique au monde.

April 14, 2012

Nous sommes tellement habitués aux banians qui abondaient à Maurice avant le développement urbain et routier, ou encore aux plantes d’appartements de la même famille que sont les Ficus et autres caoutchoucs, que nous n’imaginons guère que certaines des variétés appartenant à ce genre puissent être rares…

Nous sommes tellement habitués aux banians qui abondaient à Maurice avant le développement urbain et routier, ou encore aux plantes d’appartements de la même famille que sont les Ficus et autres caoutchoucs, que nous n’imaginons guère que certaines des variétés appartenant à ce genre puissent être rares… Et pourtant, il existe cinq Ficus indigènes aux Mascareignes, certains étant communs et d’autres particulièrement rares si ce n’est très menacés, comme le Ficus den

February 11, 2012

Une liane sans feuille qui prend racine entre les roches, couvre les falaises de sa chevelure hirsute… La Cynanchum scopulosum offre ce surprenant spectacle aux visiteurs du Coin-de-Mire, cet îlot qui compte parmi les plus dégradés de Maurice d’un point de vue écologique.

Une liane sans feuille qui prend racine entre les roches, couvre les falaises de sa chevelure hirsute… La Cynanchum scopulosum offre ce surprenant spectacle aux visiteurs du Coin-de-Mire, cet îlot qui compte parmi les plus dégradés de Maurice d’un point de vue écologique.

February 4, 2012

La description complète d’une plante et même parfois la détermination de son origine peut rivaliser avec les enquêtes de police les plus complexes, nécessitant parfois des recoupements de données sur plus de deux siècles !

La description complète d’une plante et même parfois la détermination de son origine peut rivaliser avec les enquêtes de police les plus complexes, nécessitant parfois des recoupements de données sur plus de deux siècles ! Un arbuste des sous-bois mauriciens, le Badula ovalifolia, illustre bien ce travail de fourmi des spécialistes de la flore et des écosystèmes.

January 21, 2012

Environ mille pieds de tambalacoques prospèrent à Maurice notamment à Brise-Fer, Mare-Longue, Macchabée, Ferney, Bassin-Blanc, Bel-Ombre, au Pouce et même pour l’un d’entre eux dans un parc privé de Curepipe.

Environ mille pieds de tambalacoques prospèrent à Maurice notamment à Brise-Fer, Mare-Longue, Macchabée, Ferney, Bassin-Blanc, Bel-Ombre, au Pouce et même pour l’un d’entre eux dans un parc privé de Curepipe. De la famille des sapotaceae, cet arbre se distingue par une longévité exceptionnelle qui peut avoisiner les mille ans et sa hauteur dominante dans la canopée des forêts hautes de Maurice.

January 13, 2012

Le vacoas ou pandanus, de la famille des pandanaceae, est une des plantes tropicales les plus utilisées dans certaines îles du Pacifique. Il sert par exemple à fabriquer l’habitat traditionnel, à faire de la vannerie, des bijoux et des vêtements et pour certains usages cosmétiques.

Le vacoas ou pandanus, de la famille des pandanaceae, est une des plantes tropicales les plus utilisées dans certaines îles du Pacifique. Il sert par exemple à fabriquer l’habitat traditionnel, à faire de la vannerie, des bijoux et des vêtements et pour certains usages cosmétiques. Les fruits ou drupes, qui se conservent facilement, étaient jadis cuits et mangés en cas de disette.

January 7, 2012

Les scientifiques Vincent Florens et Claudia Baider visitent régulièrement la montagne du Pouce depuis plusieurs mois pour y observer et recenser les espèces botaniques. Outre l’observation, le prélèvement d’échantillons et l’inventaire des espèces rares, leurs visites les amènent à prendre des initiatives pour que les espèces les plus précieuses ne soient ni envahies par leurs concurrentes exotiques et envahissantes, ni dévorées ou abîmées par quelques prédateurs.

Les scientifiques Vincent Florens et Claudia Baider visitent régulièrement la montagne du Pouce depuis plusieurs mois pour y observer et recenser les espèces botaniques.

January 7, 2012

Le spécialiste des sciences de l’environnement, Vincent Florens, a publié jeudi dans la revue spécialisée australienne Nature, un courrier dans lequel il en appelle au soutien de la communauté scientifique internationale pour infléchir les nouveaux règlements imposés aux chercheurs et aux étudiants de l’Université de Maurice depuis avril 2011, concernant les observations et recherches de terrain dans les sites du Parc national de Maurice.

Le spécialiste des sciences de l’environnement, Vincent Florens, a publié jeudi dans la revue spécialisée australienne Nature, un courrier dans lequel il en appelle au soutien de la communauté scientifique internationale pour infléchir les nouveaux règlements imposés aux chercheurs et aux étudiants de l’Université de Maurice depuis avril 2011, concernant les observations et recherches de terrain dans les sites du Parc national de Maurice.

août 19, 2011

La revue scientifique The Holocene a publié en juillet dernier un article très documenté sur Mare-aux-Songes, dont la coordination a été assurée par le scientifique hollandais Kenneth Rijsdijk. Celui-ci a rassemblé les données de quinze chercheurs dont trois sont basés à Maurice, pour faire le constat plein d’enseignement que les sécheresses drastiques qui sont à l’origine de la mortalité massive survenue sur ce site il y a 4 000 ans, n’ont pour autant pas entraîné la disparition des espèces concernées…

juillet 21, 2011

Lorsqu’il s’agit de faune ou de flore endémique et indigène, chaque espèce compte, aussi minuscule soit-elle et aussi insignifiante puisse-t-elle paraître. C’est le cas des escargots. Maurice abrite environ 80 espèces d’escargots indigènes, dont 45 sont endémiques. Alors que les 36 autres espèces endémiques ont disparu, la plupart de celles restantes sont en danger d’extinction.

Lorsqu’il s’agit de faune ou de flore endémique et indigène, chaque espèce compte, aussi minuscule soit-elle et aussi insignifiante puisse-t-elle paraître. C’est le cas des escargots. Maurice abrite environ 80 espèces d’escargots indigènes, dont 45 sont endémiques. Alors que les 36 autres espèces endémiques ont disparu, la plupart de celles restantes sont en danger d’extinction.