Pour son retour parmi ses troupes au Sun Trust, hier, avec des réunions successives du Bureau politique et du Comité central du MSM, le Premier ministre et leader de L’Alliance Morisien, Pravind Jugnauth, donne l’impression de soigner encore les cicatrices politiques de ces dernières semaines. Et surtout, il semble encore se remettre du coup du direct de l’évêque de Port-Louis, le cardinal Maurice Piat, dans son homélie lors du pèlerinage du Père Laval dans la soirée du 8 septembre. Il a clairement fait comprendre qu’il ne s’attendait nullement à avoir à prendre connaissance de la teneur de cette intervention, tout en regrettant l’absence de remerciements de la part du diocèse de Port-Louis pour des dépenses de l’ordre de Rs 15 millions chaque année à Sainte-Croix à cette occasion. C’est ce que Week-End a appris de sources ayant participé aux délibérations d’hier. Il devait également s’en prendre à de grosses pointures du secteur privé, en particulier celles dans l’hôtellerie, pour avoir jeté leur poids derrière la marche citoyenne du samedi 29 août à Port-Louis. À la sortie de ces deux réunions, Pravind Jugnauth n’a pas fait de déclaration à la presse, se rendant directement à une fonction dans sa circonscription de Quartier-Militaire/Moka (No 8).

Les réunions du Bureau politique et du Comité central d’hier marquaient le retour de Pravind Jugnauth au QG du Sun Trust et constituaient l’occasion pour le leader du parti de partager son constat de la situation et de passer en revue les derniers développements survenus sur l’échiquier, notamment les réactions et analyses découlant de la gestion de la crise de COVID-19, le naufrage et la marée noire du MV Wakashio au large de Pointe-d’Esny, sans oublier la perte de trois vies humaines et un quatrième, le capitaine Moswadeck Bheenick, toujours porté manquant en mer, tous des employés de la Mauritius Ports Authority (MPA) dans des circonstances dramatiques à Pointe-Roches-Noires dans la soirée du 31 août.

Mais ceux présents dans la salle de réunion du Sun Trust auront retenu l’amère déception, pas encore digérée du PM, au sujet de la contre-offensive de l’évêque de Port-Louis lors de la messe solennelle marquant le pèlerinage du Père Laval. Ceux interrogés à l’issue de la réunion affirment que Pravind Jugnauth et son entourage ne s’attendaient pas à une telle réception. D’autant plus que la veille, soit le 7 septembre, le PM avait cru faire le nécessaire pour calmer les ardeurs des responsables de l’Église catholique avec la remise de l’acte de décès du Père Laval au même cardinal Piat en présence du vicaire-général, le Père Jean-Mauruce Labour.

“Ine fer tousala. Ine siport zott. 15 miyon sak banané, bizin asizer (Père Laval) pou tende tousala”, aurait déclaré en substance le PM en faisant état des relations entre l’Église et le gouvernement tout en faisant état de l’absence de remerciements venant du diocèse de Port-Louis à ce sujet. Les dirigeants du MSM, y compris Pravind Jugnauth, n’auraient pas caché leur déception quant à la teneur de l’homélie du cardinal Piat, prononcé le 8 septembre à l’occasion du pèlerinage de Père Laval. Le nouvel état-major du Sun Trust, soit celui constitué à l’issue des élections de novembre 2019, n’aurait pas bien digéré les allusions faites par le cardinal dans son discours par rapport aux squatters et la politique de logements sociaux. “Dan komie plaform cardinal Piat kominik ek nou. Me zame li fin vin avek so lalis 50 dimoun ki li pe dir là. Nou atan ki li fer nou gagn sa lalis 50 demander ki lor lalis là pou nou gete ki finn arivé”, aurait-on fait comprendre lors des échanges d’hier.

“Une foule politique”

Abordant les revendications de rue et, en particulier, la marche citoyenne du 29 août dernier organisée par Bruneau Laurette, le leader du MSM, qui n’a pas emboîté le pas à la station de télévision nationale, la MBC, aurait laissé entendre qu’il y a une grosse affluence car “les partis politiques de l’opposition” ont grossi ce rassemblement en mobilisant leurs partisans dans les rues de Port-Louis. Il ajoute que c’est “une foule politique” qui s’est fait entendre dans les rues de la capitale lors de cette manifestation.

Pravind Jugnauth souligne avoir pris note de la participation de grosses pointures du secteur privé dans cette manifestation, en ciblant notamment des hôteliers. Depuis ces derniers temps, il ne rate aucune occasion pour dénoncer les puissants lobbies exerçant des pressions sur lui ainsi que le gouvernement pour la réouverture des frontières du pays. Il ajoute que ceux qui sont contre “la politique COVID-19 de mon gouvernement” tentent par tous les moyens “de faire monter les enchères” dans la conjoncture. “Mo kone tre bien seki pase ek ki ban dimounn pe fer sa ban zafer-là par deryer. Me mo pa pou cede. Sekirite pei ek lepep avan tou”, s’est-il appesanti.

Le PM est aussi revenu sur les dessous de la gestion du dossier du MV Wakashio et a réaffirmé que le gouvernement ainsi que les ministres responsables de cette affaire ont tous fait avec les moyens réels dont dispose le pays. Il a indiqué qu’il est quelque peu surpris par l’attitude affichée par les États-Unis ou encore le Royaume-Uni quant à leur soutien accordé à Maurice dans le cadre de l’Oil Spill au large de Pointe D’Esny et de Mahébourg. Il a mis en avant des doutes quant au déploiement des moyens par ces deux super-puissances pour aider Maurice, dressant un parallèle avec le contentieux diplomatique au sujet des réclamations sur l’archipel des Chagos.

Par ailleurs, le leader de L’Alliance Morisien n’aurait pipé mot en qui concerne ses intentions quant à la tenue des élections villageoises ou encore municipales, et ce, malgré la forte présence des conseillers des villes et des villages lors de la réunion du Comité central. Il a aussi demandé à ses partisans, hier, de ne pas entrer dans les provocations communales qui ont lieu en ce moment tout en restant mobilisés sur le terrain. “Pa rant dan piez nominal, ek pas sa ban provokasion ki pe ena là ki pou akil gouvernman”, aurait-il fait comprendre.