e gauche à droite : Sarada Moothosamy, Head of Finance and Management à la MCCI, Marday Venkatasamy le président sortant de la MCCI, Guillaume Hugnin le nouveau président de la MCCI, Namita Jagarnath Hardowar, la vice-présidente et le secrétaire général Dr Yousouf Ismaël
La Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice (MCCI) a tenu sa 171e assemblée générale annuelle, ce vendredi, 23 juillet, à l’hôtel Le Labourdonnais Waterfront, Caudan, à Port-Louis. A l’issu de l’assemblée, de nouveaux membres du conseil de la MCCI ont été élus, dont un nouveau président : Guillaume Hugnin.
 
Des timbres commémoratifs ont été offerts aux quatre ministres, Renganaden Padayachy, Nandho Bodha, Soomilduth Bholah et Yogida Sawmynaden, par le président sortant de la MCCI, Marday Venkatasamy. Plusieurs personnalités des secteurs public et privé, les membres du corps diplomatique et des consuls honoraires étaient aussi présents.
 
Dans son allocution, le ministre Padayachy, a affirmé que le gouvernement « est tourné vers le développement d’un écosystème des affaires à Maurice ». « La crise sanitaire a joué un rôle d’accélérateur dans la prise de décisions efficientes et efficaces », a-t-il rappelé. 
 
Le ministre Bodha, pour sa part, a parlé de la nécessité d’avoir un leadership dans le monde des affaires et de renforcer la synergie pour une collaboration étroite. A l’heure actuelle, a-t-il indiqué, des équipes techniques de Maurice et de France sont en contact via visio-conférence, à la demande du président français, Emmanuel Macron, pour travailler sur les cinq lacunes afin que Maurice soit conforme aux règlements du Groupe d’action financière. « Huit experts de l’UE seront à Maurice en août 2020 pour aider davantage le pays au niveau des cinq sous-comités travaillant sur ces cinq lacunes », a-t-il annoncé.
 
Quant au ministre Bholah, il a fait ressortir que la MCCI demeure un partenaire privilégié et a toujours collaboré sur divers fronts stratégiques, notamment au niveau de l’exportation, de l’investissement, des négociations commerciales, de l’arbitrage et du renforcement des capacités. Cependant, a-t-il précisé, un changement fondamental des méthodes de production traditionnelles est requis en raison de la pandémie de Covid-19. « Cette crise sanitaire a démontré que l’agilité, la flexibilité et l’automatisation sont des conditions sine qua non pour assurer la survie et que la technologie peut être un puissant catalyseur », a déclaré le ministre. 
 
Lors de son discours, le ministre Sawmynaden a exprimé sa gratitude à la MCCI pour avoir soutenu le gouvernement dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. « Assurer la disponibilité continue des produits de base et garantir l’absence de perturbation dans les chaînes d’approvisionnement et de distribution étaient un défi en soi », a-t-il dit.