L’IWF Online Youth Cup, organisée par la Fédération péruvienne d’haltérophilie (FPH), a fait parvenir les dates de compétitions aux pays participants ainsi que la liste des pays inscrits. Au total, 62 pays prendront part à cette rencontre virtuelle qui se tiendra du 15 au 18 novembre. Quant aux cadets (-17 ans) mauriciens, ils seront en action dans cinq catégories en masculin et en féminin respectivement.

Un nombre de 424 participants, dont 196 filles, venant de 62 pays est attendu pour cette première, qui est une compétition mondiale d’haltérophilie en ligne. Les catégories au programme sont les suivantes en masculin : 49 kg, 55 kg, 61 kg, 67 kg, 73 kg, 81 kg, 89 kg, 96 kg, 102 kg et +102 kg. En féminin, les cadettes se disputeront les premières places chez les 40 kg, 45 kg, 49 kg, 55 kg, 59 kg, 64 kg, 71 kg, 76 kg, 81 kg et +81 kg. Les deux catégories où la compétition risque d’être un peu plus rude sont le 73 kg en masculin et le 55 kg en féminin compte tenu du nombre de participants.

En effet, les concurrents en 73 kg ont dû être répartis en quatre groupes, alors qu’en 55 kg en trois groupes. Maurice sera représentée par Yannick Pama dans la première catégorie citée avec un poids d’entrée de 110 kg. Quant au 55 kg féminin, c’est Johanne Leckning qui tentera de relever le défi, inscrivant 90 kg. La chaîne de télévision ESPN diffusera le signal à l’international.

« La synchronisation des athlètes doit être proche de la perfection. La Coupe du monde de la jeunesse assure un spectacle de haut niveau, très polyvalent et avec des athlètes faisant de leur mieux pour se rapprocher des records personnels, pousser les records nationaux ou établir un record du monde. Tout cela, sous la supervision minutieuse du regard exigeant de millions de téléspectateurs », a communiqué le Bureau de presse et de communication de la FPH.

Du côté de la Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMH), il y a un grand enthousiasme à l’idée de prendre part à cette rencontre. Les leveurs de fonte et les parents seront invités à venir soutenir leurs enfants. La compétition en ligne au niveau local se tiendra au centre national de Vacoas, selon les jours et les horaires de chacun. Il est à noter que dans la catégorie cadets à Maurice, il y a entre 25 et 30 pratiquants. « Nous ne nous sommes pas engagés à faire un exploit. Ce sont des jeunes qui représentent une autre génération et l’avenir. Chacun d’entre eux essaiera de réaliser sa meilleure performance », soutient Ravi Bhollah, entraîneur national.

La sélection mauricienne

Ce dernier explique que les championnats du monde cadets devaient avoir lieu durant cette même période cette année. En raison de la Covid-19, la FPH a voulu dans ce même esprit organiser l’IWF Online Youth Cup. De grosses pointures telles que la Russie, la Turquie, la Bulgarie et les États-Unis, entre autres, seront en action. Cette rencontre virtuelle donnera une indication du niveau mondial.

En ce qui concerne la sélection, à Maurice, elle a été établie d’après une première liste soumise par les entraîneurs et de là une liste finale a été constituée en prenant en considération l’assiduité. « Nous avons reçu l’invitation vers le 3 octobre et il était impossible d’organiser une compétition entre cette date et la date limite pour les enregistrements. Après que les entraîneurs ont envoyé leur liste, nous l’avons arrêtée à dix participants. Nous ne pouvons pas préparer un athlète pour une grande compétition en un mois. De ce fait, nous avons retenu ceux qui sont competition ready et competition fit », souligne Ravi Bhollah.

Malheureusement, le centre régional de Rodrigues ne pourra pas prendre part à l’IWF Online Youth Cup. L’un des critères de participation est que les participants utilisent des barres de compétition. Or, Rodrigues détient uniquement des équipements d’entraînement. « Nous aurions voulu que Rodrigues y participe, car nous connaissons de bons éléments venant de l’île. Nous avons pu les voir en action lors des derniers Jeux de la CJSOI », fait ressortir Ravi Bhollah.

Une réunion technique de la FMH aura lieu la semaine prochaine pour discuter des détails techniques de l’organisation. « En temps normal, un tournoi cadets n’attire pas autant de participants. Cette foi, comme la compétition se fera en ligne, elle est accessible à un plus grand nombre. Le niveau sera très élevé, il faudra s’attendre à des records internationaux, mais qui ne seront pas homologués. À travers le monde, il y a eu des compétitions sur le plan régional et continental en ligne. Nous avons un peu appris de cela en visionnant certaines vidéos. Sur le plan mondial, avec ce format, c’est une première. Il y a un panel qui jugera la compétition en ligne. Nos leveurs sont très enthousiastes et curieux de faire une compétition comme celle-ci. Certains ont commencé l’année dernière et sont excités à l’idée d’avoir déjà l’opportunité de prendre part à une rencontre de cette envergure. Ils sont prêts et veulent y participer », laisse entendre Ravi Bhollah.