Au sommet du Pouce

Escalader sept montagnes en sept heures pile. Un groupe de sept jeunes passionnés de randonnées ont relevé le défi, mardi dernier. William Thévenau, Victoria Duthil, Irfaan Foolchand, Vashish Nuckcched, Tawsiq Jamal, Davish Domah et Jos Stephan Luchesi ont escaladé sept montagnes en sept heures uniquement, et ce d’une seule traite. Pourquoi  ? Pour se sentir vivre tout simplement, nous ont-ils tous répondu à l’unanimité. Rencontre.

«  Métro, dodo, boulot. » Cette expression populaire en Europe est désormais le quotidien de bien de jeunes Mauriciens qui passent leur temps entre leur lieu de travail et leur chambre à coucher. Un rythme de vie qui nous éloigne pourtant de l’essentiel. «  J’adore tout ce qui est randonnées, escalade, natation  », nous dit d’emblée William Théveneau, qui a vécu plus de 10 ans en Australie avant de rentrer au pays il y a deux ans. C’est, en fait, grâce à ce Mauricien passionné que nous sommes tombés sur cette fameuse vidéo sur YouTube, où il raconte l’aventure qu’ont vécu ces sept amis au sommet de la Montagne des Signaux, de Quoin Bluff, de Point Black Mountain, Goat Mountain, Snail Rock Mountain, et de la montagne du Pouce  ! Une aventure qui a pourtant commencé au hasard, soit la veille de la fameuse ascension des sept montagnes, mardi dernier.

Victoria Duthi admirant le paysage

« Ma copine Victoria et moi, nous avons reçu un message d’un de nos amis, Irfaan Foolchand, lundi, vers 22h, qui nous invitait à escalader ces sept montagnes en une journée. Et bien sûr, on a tout de suite dit oui », se rappelle William Thévenau.

Le lendemain, les 7 randonneurs amateurs, mais avérés se rejoignent au pied de la montagne des Signaux. « Le comble c’est qu’on ne se connaissait pas tous, mais au final, on est tous devenus de très bons amis, car nous sommes tous tout aussi fous  ! » dit-il. « C’est vrai qu’il s’agissait d’une organisation à la dernière minute. On a rencontré Irfaan il y a deux mois, alors que nous souhaitions visiter la cascade 500 pieds de Chamarel et c’est en cherchant sur Instagram que je suis tombée sur Irfaan. Et depuis, on va à la découverte de tellement de choses », ajoute pour sa part Victorial Duthil, qui a vécu longtemps aux Seychelles. « Là-bas, déjà je faisais des randonnées, des fois seule », nous dit-elle.

Grande passionnée de randonnées et de sorties en plein air, la jeune femme ne regrette pas une seule seconde cette expérience. « Ce n’était pas aussi simple, et par moments, c’était très technique, il nous fallait utiliser des cordes, mais ça en valait la peine. » Victoria Duthil aime les grands espaces, et cela se sent. « Je me sens heureuse quand j’arrive au sommet d’une montagne ou à la fin d’un parcours. Je me sens vivre. C’est l’amour de ma vie, en fait. Si je ne suis pas dans la mer, je suis sur une montagne, c’est comme ça », nous dit-elle. Un amour que partage d’ailleurs «  l’ami fou  » derrière cette aventure, Irfaan Foolchand.

« J’ai toujours été spontané dans ma prise de décision d’où mon invitation lancée la veille pour le lendemain  ! Cela fait 5 ans depuis que je fais du trekking, et de la randonnée à ce rythme-là », nous dit ce dernier. « L’idée de faire ces sept montagnes d’une seule traite me trottait dans la tête depuis longtemps, et en fait, je n’attendais que le bon moment.»
Ainsi, avec l’expertise de Tawsiq Foolchand, fondateur de Taws exploration, qui a lui fait les sept montagnes à quatre reprises, la petite équipe s’agrandit en quelques heures. Éducateur à plein temps, Tawsiq Foolchand a décidé de réunir autour de son groupe Taws exploration, des férus de randonnées. «Il n’y a pas assez de métiers dans ce domaine, et pourtant, il y a tant de choses à découvrir ici. Mais j’encourage les Mauriciens à faire plus de randonnées tout en respectant les règles de sécurité. Les jeunes tombent dans la drogue, l’alcool, alors qu’il y a tant de belles choses à découvrir.»

D’ailleurs, Vashish Nuckcched. Membre de Taws Exploration, il est lui aussi ravi de cette expérience. «Notre objectif était de tout finir en sept heures et on a réussi, sauf qu’en cours de route, nous avons eu quelques soucis, car il y avait beaucoup de sentiers boisés et on a dû se frayer un chemin entre les lianes. Faire une telle randonnée avec le soleil de Port-Louis sous un soleil de plomb, ce n’est pas évident », dit-il, «on avait emporter chacun 3 litres d’eau, et après quelques heures à peine, on avait tout bu, on a dû boire l’eau d’une source naturelle.»

Bref, de vrais petits explorateurs. «Une journée mémorable qui était finalement plus dure mentalement que physiquement, car il faut se préparer en amont avant de se dire qu’on va escalader sept montagnes en un jour », confie, pour sa part, Davish Domah, qui tout de suite a répondu à l’invitation lundi soir. «La vie sédentaire ne me plaisait plus, et j’ai rencontré des amis, dont Irfaan, qui m’a fait découvrir ce sport qui me procure une sensation de bien-être totale », dit-il. «Et d’ailleurs, on ne fait jamais la même montagne deux fois, car c’est toujours une expérience différente, un paysage différent.»

Jos Stephan Luchesi est aussi de cet avis. Après avoir vécu plusieurs années en Australie où il a eu l’occasion de faire quelques grands parcours de randonnées, il a décidé de continuer à Maurice. « J’ai toujours eu envie de faire le Moka Range », avoue-t-il. «Et pas des moindres, car c’est un parcours pour des randonneurs aguerris. Il nous a fallu ramper sous les “lalyann serf” par moments, mais c’était une très belle aventure.» Il conseille ainsi aux autres de leurs emboîter le pas, tout en restant « safe » et en ayant les bonnes chaussures. En attendant, la prochaine aventure, les sept amis continuent d’explorer l’île à leur rythme. Un bel exemple à suivre.
Et suivre leurs aventures, rendez-vous sur la page Youtube WillTevs.