L'outsider Black Cat Back (Akash Aucharuz) touche le but en vainqueur et relègue le super favori Alysaasaat (Nooresh Juglall) à 0,50 longueur

Il avait effectué un retour fracassant à la compétition il y a quinze jours en l’emportant avec la manière alors même qu’il n’avait pas couru pendant près d’un an. Malgré cela, ils étaient peu nombreux à croire dans les chances de Black Cat Back samedi, comme l’atteste sa cote généreuse de 14/1. Ce produit de Black Minnaloushe leur a donné tort en s’imposant une nouvelle fois de bout en bout, cette fois sous la conduite d’Akash Aucharuz. S’il a permis au jockey mauricien de goûter à sa toute première victoire dans une classique au Champ de Mars, Black Cat Back a offert à Ramapatee Gujadhur sa cinquième Coupe d’Or depuis qu’il a pris les rênes de la casaque bleu électrique et écharpe rouge en 2002. Après Hinterland (2004), Chief Warrior (2006), Tandragee (2012) et Ready To Attack (2017), c’est donc Black Cat Back qui a fait flotter haut ses couleurs dans la dernière classique de la saison. Black Cat Back a aussi permis à Ramapatee Gujadhur et les siens de remporter leur deuxième classique cette saison après avoir épinglé la Duchesse avec Ehsaan. Bravo à lui, à son fils Gopal et à tous ceux qui se sont occupés de Black Cat Back pour lui permettre de retrouver son meilleur niveau alors qu’il y a quelques mois encore, sa carrière était inscrite en pointillée.
Sans diminuer les mérites de Black Cat Back qui, en classe pure, n’avait rien à envier aux Undercover Agent ou autre Alyaasaat, le déroulement de cette Coupe d’Or 2020 a laissé un goût d’inachevé. Pour une course de ce standing, on s’attendait à mieux de la part des acteurs. Autant dire qu’on a été déçus de certaines prestations. Si Akash Aucharuz a fait la course qu’on attendait de lui allait, on ne peut en dire autant de ses autres collègues. Autant Corne Orffer et Bernard Fayd’herbe ont été impériaux sur Spring Man et Double Games respectivement, autant ont-ils été en dessous de la moyenne dans la Coupe d’Or. Sans compter la tactique d’Imran Chisty sur Puget Sound, dont on n’a pas trop compris le fondement.
Pour en revenir à Black Cat Back, après s’être emparé de la tête après cent mètres de course, Akash Aucharuz a bien dosé le pas de son cheval, allant jusqu’à piéger ses adversaires en réduisant l’épreuve à un sprint. En effet, c’est entre les 1200m et les 600m que Black Cat Back a construit sa victoire. Et là, on se demande pourquoi Corne Orffer n’a pas cru bon de déboîter et prendre les choses en main, ou à la rigueur placer son cheval aux trois-quarts du meneur pour qu’il n’endorme pas le peloton. En se basant sur les dires de Ricky Maingard à l’effet qu’Undercover Agent ne sait pas sprinter, on est en droit de se poser des questions.
Quid du favori Alyaasaat ? Il a lui aussi fait sa course, mais sa tâche a été rendue compliquée par les tactiques employées par Fayd’herbe et Chisty. À la route, il a été pris au piège, avec Marauding l’enfermant, et devant lui Haylor et Puget Sound. Nooresh Juglall, qui avait l’intention de sortir à cet instant, a dû se raviser en redirigeant sa monture à l’intérieur. Là également, manque de chance, puisqu’Undercover Agent n’avançait pas comme voulu. Pendant qu’il rongeait son frein derrière le représentant de Ricky Maingard, Black Cat Back avait pris la poudre d’escampette. Dès lors, on savait que cela allait être mission impossible de rattraper Black Cat Back. Après s’être assuré que son cheval emprunte la meilleure trajectoire, Nooresh Juglall s’est démené comme un beau diable en vue de refaire de son retard. Alyaasaat a grappillé du terrain à chaque foulée, mais le but est arrivé trop tôt. Il n’a échoué qu’à 0,40L du vainqueur. Quant à Undercover Agent, il n’a pas été en mesure de changer de vitesse et on est d’avis que Corne Orffer porte une grosse part de responsabilité dans sa défaite. Marauding, qui s’est montré ardent dans le parcours, a terminé à 6L de son compagnon de box.
————————————————
Les autres courses : Les outsiders à la fête en fin de journée

1. Take Off Mode-Roby Bheekary, un duo qui marche bien. En l’absence de ses récents vainqueurs et dans un lot à sa portée, ce pensionnaire de Shirish Narang ne s’est pas fait prier pour renouer avec le succès en dépit d’une ligne moyenne au départ. Pour dire vrai, son cavalier a bien joué le coup sur la partie initiale. Après avoir vu que Dunzie et Birthday Boy luttaient pour le commandement, il a placé son cheval dans le box seat et a attendu le dernier virage pour amorcer son attaque et faire la différence sans avoir eu à puiser dans se réserves devant la jument Dunzie, qui confirme qu’elle est de retour à un bon niveau. Si elle obtient un engagement à sa portée sur une distance rallongée, on est d’avis qu’elle pourrait ouvrir son compteur au Champ de Mars. Kings Empire a surpris plus d’un par son très bon finish sur une distance nettement réduite. C’est toutefois un compétiteur qui ne reproduit pas ses performances et qui demeure erratique. Birthday Boy n’a lui pas été en mesure de courir en progrès. Il est toujours une grosse déception pour son entourage.

2. Le duel entre The Forerunner et Thomas Henry n’a pas eu lieu. Le pensionnaire de Ramapatee Gujadhur a dominé de la tête et des épaules ses concurrents et n’a pas eu d’adversaires à sa mesure en dépit d’un parcours éreintant le nez au vent et une transition qui est toujours difficile à faire (990m-1450m). Sur cette performance, ce compétiteur devrait gravir les échelons à Maurice et sera un candidat sérieux pour le championnat des 3-ans en 2021. Au contraire de ses deux dernières tentatives, Gordonstoun était intéressé à prendre le train à son compte cette fois. The Forerunner s’était montré lent au départ et c’en était fini de ses chances. Devant lui, Amandla était dans une position idéale. Les choses se sont décantées au dernier virage. Thomas Henry a accroché Gordonstoun et l’a dominé à la mi-ligne droite. Sur les barres, Amandla a fait un bel effort sans pour autant pouvoir prendre la mesure du pensionnaire de Ramapatee Gujadhur. Il peut débloquer son compteur en l’absence de son vainqueur la prochaine fois.

3. Double Games a remis ça, et de quelle manière ! Il n’aurait toutefois jamais vaincu sans l’expertise de Bernard Fayd’herbe, qui a démontré une nouvelle fois qu’il était le meilleur cavalier qui exerce au Champ de Mars actuellement. Alors que Pierre Corne Orffer voulait prendre la direction des opérations, tout comme Euroklidon sur la partie initiale, Double Games s’était retrouvé en épaisseur. Fayd’herbe a repris sa monture et a été en mesure de trouver la meilleure position possible sur les barres derrière le meilleur dos possible, celui de Crazy Charlie. La course s’est déroulée tambour battant avec Sand Path à l’avant. Travelling Man, qui avait sans raison tenté de sauter Sand Path avec sa bonne ligne, était le nez au vent avant que Ballantine Hall ne le précède durant le parcours. Sand Path a imprimé un bon train à l’épreuve avec dans son dos Crazy Charlie, qui évoluait devant Double Games. Bernard Fayd’herbe a fait le move gagnant en prenant la première option sur Crazy Charlie au dernier virage. Une avance qu’il a conservée jusqu’au but devant Till Dawn, auteur du meilleur finish. Crazy Charlie a pris une honorable troisième place, alors qu’on est d’avis que Travelin Man l’aurait emporté avec une plus judicieuse monte de son jockey. Il sera un os dur à croquer la prochaine fois, alors que la course de Ballantine Hall doit être mise aux oubliettes.

4. Dark Force n’a pas tremblé et a offert à son entraîneur sa première victoire de la journée, le deuxième pour ce compétiteur cette année, son huitième succès depuis qu’il est en action au Champ de Mars. À bien y voir, c’est un vaillant compétiteur qui donne toujours le meilleur de lui-même et qui est un des plus rapides sur notre turf. Avec sa bonne ligne, il ne s’est donc pas fait prier pour prendre la direction des opérations et il a été en mesure de diriger le train à sa guise. Son principal concurrent, Rock Manor, s’était comme souvent montré quelque peu lent sur la partie initiale et son cavalier a préféré courir en épaisseur sur tout le parcours pour ne pas être trop loin de Dark Force, alors qu’il y avait la possibilité de suivre sur les barres en midfield. Pendant ce temps, le pensionnaire de Ricky Maingard dirigeait les choses comme bon lui semblait en tête et il était évident qu’il n’allait pas être battu au dernier virage tellement il était facile. Il l’a emporté sans avoir eu à puiser dans ses réserves. Les choses devraient toutefois à partir de là se corser pour lui dans une classe plus compétitive. Zenzero a pris une honorable deuxième place, tandis que la belle fin de course de Mr Hardy ne nous a pas échappé, alors qu’il évoluait pour la première fois sous ses nouvelles couleurs. Sur cette performance, il faudra le suivre sur une distance rallongée lors de journée réservée aux chevaux n’ayant pas gagné cette année.

5. Dynamite Jack a confirmé son étendard de favori de brillante manière. Il est clair qu’il s’entend à merveille avec Jameer Allyhosain, avec lequel il demeure invaincu en deux tentatives. Alors qu’on pensait que Itdawnedonme, qui avait pour lui l’as au départ, allait se montrer le plus prompt au départ avec l’apport des œillères australiennes, tel ne fut pas le cas et Bernard Fayd’herbe a sauté sur l’occasion pour prendre la tête. Jameer Allyhosain a aussi bien réagi et a placé sa monture devant celle de Swapneel Rama, et c’est là qu’il remporte la course. Promissory a imprimé un bon train à la course et c’est Hakeem qui a été le premier à fondre sur lui au dernier virage. À ce stade, Dynamite Jack ne demandait qu’à être décalé pour produire son effort et une fois que cela a été fait, il n’a fait qu’une bouchée de ses concurrents lors de l’emballage final. Sur cette performance, il est évident qu’il possède encore une marge de progrès et on est en droit de penser qu’il devrait encore monter en puissance la saison prochaine. Hakeem n’a pas démérité compte tenu des circonstances, alors que Viking Trail a une nouvelle fois été battu par sa mauvaise ligne. C’est un compétiteur qui évolue à un bon niveau et qui gagnera s’il est bien loti au départ avant la fin de la saison. Captain Flynt devrait également offrir une meilleure copie avec une meilleure ligne la prochaine fois.

6. La sixième épreuve a vu la victoire de Spring Man, qui a offert le doublé à Ricky Maingard et au jockey Pierre Corne Orffer. Il faut saluer la belle monte du Sud-Africain, qui a donné toutes les chances à son cheval malgré le fait qu’il revenait après deux mois. C’est au passage devant les tribunes pour la première fois qu’il a remporté sa course quand il a pu placer Spring Man entre Lemon Drop Shot, le meneur, et Consul Of War. Lemon Drop Shot, qui rempilait pour la deuxième semaine consécutive sur 1850m, a imprimé une allure modérée à l’épreuve et Orffer n’en demandait pas mieux. Anticipant que son cheval pouvait être à court de racing fitness, il a attendu les derniers 300 mètres pour passer franchement à l’offensive. Dans la dernière ligne droite, Spring man n’a pas eu de mal à reprendre Lemond Drop Shot, avant de repousser avec assurance l’attaque de Red Mars. Ce dernier a voyagé en one-off dans son pas sur tout le trajet, mais n’a pas été en mesure de passer la surmultipliée sous sa lourde charge de 61,5 kg. Consul Of War est revenu sur le tard pour chiper le deuxième accessit à Lemon Drop Shot, lequel a sans doute ressenti le poids de courir un deuxième semaine de suite. La déception est venue de Inn A Million, qui est resté trop décroché pour espérer influencer l’épreuve.

8. C’est sous la pluie et sur une piste détrempée que la huitième épreuve a été courue. Si sur le papier Kaydens Pride faisait figure d’épouvantail, avec la détérioration de la piste, ses adversaires pouvaient espérer. C’est ainsi que, profitant de sa remise de 4 kg, le jeune Abhishek Sonaram a propulsé Do Or Dare dans la position tête et corde malgré la présence du véloce Alssakhra à son intérieur. Le plus difficile ayant été fait, le jeune apprenti a dicté le pas de son cheval à la perfection pendant que les autres s’affairaient à éviter les jets de boue. On savait que c’en était fini pour Kaydens Pride, qui était déjà couvert de boue aux 800m, et que la victoire ne pouvait que revenir à un des chevaux de tête, à savoir Do Or Dare ou Power Tower. L’issue ne fit plus de doute quand Do Or Dare est passé franchement à l’attaque aux 450m. Il a laissé sur place Power Tower, alors que Kaydens Pride peinait à rester dans le coup. C’est en solide vainqueur que l’élève de Preetam Daby a abordé la dernière ligne droite qu’il a survolée pour reléguer Power Tower à plus de 7L. Bien que troisième, Kaydens Pride s’est retrouvé à près de 9L du vainqueur, tandis que les autres se sont retrouvés encore plus loin. À noter que la neuvième épreuve a par la suite été annulée suite aux averses qui ont continué à s’abattre sur la capitale.