Image d'illustration : cellules de prison

C’est le cri d’alarme de ceux qui entourent et encadrent les détenues à la Women’s Prison, qui se situe dans le compound de la prison de Beau-Bassin.

« Depuis vendredi dernier, quand trois premiers cas positifs ont été détectés sur trois détenues, soit une Mauricienne, une Russe et une Ougandaise, et que celles-ci ont été transférées à la Special Prison for Women (SPW) de Barkly où elles sont traitées pour le Covid-19, nous n’avons cessé de faire des demandes au ministère de la Santé de nous donner des moyens, ou d’organiser des dépistages au sein de la prison des femmes », fait-on comprendre dans les milieux concernés en ajoutant que « la situation est certainement grave, à l’intérieur. »

Ce que confirme des proches des détenues : « nou konn dan ki kondisyon zot ete andan. Dakor ena inpe lespas, me zot inpe enn lor lot. Ek osi, fode pa bliye ena buku ki gagn relasion ansam. Nou per ki viris la propaz vit !”

Ce risque est également évoqué par ceux qui travaillent de près avec ces détenues : « Si on ne les dépiste pas au plus tôt, on va avoir de grosses surprises et ce ne sera pas agréable du tout. Surtout pour les officiers : la pression pour cette gestion va être terrible ! »