Bruneau Laurette a lancé ce dimanche 6 décembre la plateforme Linion Sitwayin à l’auditorium Octave Wiehé à Réduit. Cette plateforme, « qui n’est en aucun cas un parti politique (…) constituée d’une équipe de professionnels dans leurs domaines, a pour but d’apporter un soutien pour une société meilleure », affirme Bruneau Laurette.

Les responsables travailleront sur leurs axes de développement respectif, dont l’alimentation, l’environnement, la pauvreté, la culture, la santé, le travail et le logement entre autres. Ils devront constituer une équipe de travail, animer des séances d’échanges et participer à des mises en commun.

Pour l’initiateur de cette nouvelle plateforme, Bruneau Laurette, « linion sitwayin sera un contre-pouvoir ».

« Il faut un véritable changement de gouverner et de système. Il faut que les citoyens prennent le pouvoir dans leurs mains. Tout changement commence par notre état d’esprit, de notre façon d’agir et de réagir. Ensuite le Mauricianisme primera », a déclaré l’activiste.

Comme première action pour 2021, Bruneau Laurette annonce « le projet de créer un resto du cœur à la Mauricienne » pour subvenir à ceux dans le besoin.

Messages des responsables des différents axes de développement :

Priya Deelchand, coaching : « Le changement doit être individuel d’abord pour que le pays devienne meilleur. Chaque citoyen doit faire l’effort nécessaire et travailler sur soi-même pour devenir meilleur. Pour que le pays avance, il faut savoir contrôler notre attention et arrêter de se focaliser sur le négatif afin d’adopter un chemin de vérité ».

Zanzak Arjoon, culture : « La musique n’est pas assez épanouie et développée. Malgré que nous ayons des centres culturels, où est notre National Art Council ».

Ivor Tan Yan, relation industrielle et formation : « Les dirigeants de ce pays ne changeront pas tant que nous ne changerons pas. Il nous faut pouvoir dépasser notre contraction de classe. Cette plateforme a été créée afin de changer cette mentalité qui nous empêche d’être une seule nation. Il nous faut regarder au-delà de nos différences ».


Gilbert Ducasse, éducation : « Avec mon parcours, je réalise que pour éradiquer la pauvreté, il fait passer par l’éducation.  Il nous faut travailler sur un système éducatif où l’enfant se rend à l’école pour apprendre et non entrer en compétition avec les autres. Je n’ai aucun intérêt  personnel dans cette démarche. Je le fais pour les enfants des autres ».

Aman Ramchurn, agriculture bio : « Il est l’heure de commencer une révolution et cesser d’avoir peur. Je n’ai pas peur de marcher avec Bruneau Laurette. Notre vision est de changer le concept de l’agricole. Lorsque nous n’avons plus peur, nous pouvons amener les changements qu’il faut ».

Mervyn Anthony, handicapé et pauvreté : « Je suis là pour défendre les handicapés et la démocratie. Il nous faut l’égalité des genres dans notre société. Il est important de renforcer notre démocratie. Tôt ou tard, il nous faut mettre la main ensemble. Il faut réformer notre système et ne pas laisser les politiciens prendre le pouvoir. Linion Sitwayin est là pour provoquer ce changement ».

Sébastien Lenette, informatique : « Il ne faut pas utiliser l’informatique pour faire de la propagande, mais pour diffuser de l’information. Avec Linion Sitwayin, je mets à disposition ma connaissance pour aider le peuple ».

Denis Grandport, social : « Nous avons tous le même droit. Avec le problème de la pauvreté, Linion Sitwayin fera un relevé sans regarder votre communauté ou votre religion. Il prendra connaissance de comment vous en êtes arrivé là et comment vous en sortir. Et ce travail, c’est ensemble que nous le ferons ».

Laurent Brummell, écologie marine : « Il y a des lacunes dans la protection de l’environnement à Maurice. Il faut une action du peuple pour convaincre les autorités. La solution n’est pas uniquement scientifique, mais cela implique également notre conscience ».