Réputé à la fois pour ses coups de gueule mais aussi pour son humour, Finlay Salesse, qui en était dimanche dernier à sa 503e émission de Dimanche Culture sur Radio One, qu’il anime tous les dimanches de 11h à midi, revient une nouvelle fois au-devant de la scène pour la 16e édition de la conférence “A Table avec”, au Labourdonnais Waterfront Hotel, le 4 décembre à 18h. Il animera une conférence intitulée “A bon Port” en prenant appui sur Port-Louis pour conter des pans d’histoire autour de ses tribuns, ses places publiques, ses manifestations politiques et culturelles. Un dernier rendez-vous culturel pour 2020 à ne pas manquer. Finlay Salesse travaille aussi sur son autobiographie qui paraîtra en mars de l’année prochaine.

Né un 6 octobre tout comme Rémy Ollier, Finlay Salesse est un très bon orateur qui maîtrise l’essence de ses sujets. À bon Port est plus qu’une conférence mais apporte un souffle insulaire, une quête d’évasion comme un appel vers le large. Finlay Salesse nous contera à sa manière, et dans un langage à la fois descriptif et imagé, un pan de l’histoire de la capitale. Et surtout, il saura rendre un vibrant hommage à ces hommes illustres et ces institutions qui ont forgé sa personnalité et ont fait de lui ce brillant journaliste qui a su insuffler à d’autres sa passion de la culture. Dans sa quête de partage le vendredi 4 décembre, il se mettra à table pour raconter le parcours d’un enfant du Ward IV face à la mer et dos à la montagne, rêvant d’une vie meilleure ailleurs sous d’autres cieux. Il y a aussi les grandes tribulations politiques, les rassemblements, les élections municipales… Et pour les amoureux du septième art, cerise sur le gâteau, Finlay Salesse fera revivre la belle époque des années 50/60, les salles de ciné comme Majestic, Cinéma des familles, Rex, Luna Park et Vénus, en passant par les troupes lyriques.

Allier l’histoire à la haute gastronomie

Le concept “A table avec” est une initiative de Rolph Schmid, Managing Director du Labourdonnais Waterfront Hotel et du chef Nizam Peeroo qui a su allier la richesse culturelle de ses interlocuteurs avec cette cuisson qui se veut une fusion subtile des cultures et de la gastronomie. Ces effluves en provenance d’une cuisine du terroir, mêlés au savoir, ont vite fait de mettre le convive en appétit. Comme pris en « flagrant délice » de mordre dans un gâteau croustillant, la culture, au même titre que la gastronomie, reprend ses marques au Labourdonnais Waterfront Hotel. Ce concept d’A Table avec qui fait des émules vaut grandement le détour à tel point qu’on aimerait bien avoir un recueil d’A table en mains pour se replonger dans des anecdotes d’antan, tout en revisitant une recette remise au goût du jour. A Table avec pourrait aussi se décliner sous forme de balades dans les rues de Port-Louis, de découvertes du Champ-de-Mars, de ses écuries et de ces coins insolites méconnus des Port-Louisiens. Comme une vitrine ouverte sur Port-Louis, ce sera l’occasion de faire une plongée entre le passé et le présent en vue d’améliorer son futur.

Jeudi dernier, au cours de la conférence de presse au Labourdonnais Waterfront Hotel, Finlay Salesse a salué l’initiative de Rolf Schmid et s’est dit « séduit par cette trouvaille », ce produit nouveau du Labourdonnais qui tente d’allier l’histoire à la haute gastronomie. « C’est un produit qui correspond au profil du Labourdonnais. Je n’imaginais pas qu’on allait fidéliser une clientèle à travers ce concept et que cela allait prendre comme une mayonnaise. Là où j’ai pris le petit train du Labourdonnais en marche, ça a permis de déterminer le choix des conférenciers. Et choix a été fait sur la connaissance des sujets des interlocuteurs qui devaient se rattacher à l’histoire de la capitale, surtout que Mahé de Labourdonnais a été l’architecte de la ville de Port-Louis. Associer le Labourdonnais à l’histoire de la cathédrale, trouver les conférenciers qui connaissent le sujet et tenir un auditoire aussi avisé que le conférencier ont constitué des paris qui ont été relevés. Cette galerie d’illustres personnages comme Naresh Gajadhur, Tristan Bréville, Philippe Goupille et autres nous ont aidés à parfaire les prestations et à fidéliser la clientèle du Labourdonnais qui appartient à un club d’histoire et cela le flatte tous les mois de participer à l’événement A Table. »

« Souvent les petites histoires font la grande histoire »

Parlant du concept de “A Table avec” de ce vendredi 4 décembre, Finlay Salesse a rappelé que le conférencier ne se contente pas de faire un cours magistral sur l’histoire de Port-Louis, mais l’idée est de venir avec des histoires, des anecdotes sur la capitale pour éveiller la curiosité de l’auditoire. Pour clôturer en apothéose cette soirée d’A Table avec, du 4 décembre, Finlay insiste :« Souvent les petites histoires font la grande Histoire et comme je suis un enfant du Ward IV, né le même jour que Rémy Ollier, j’ai un vécu de Port-Louis fin des années 40, 50 et 60. L’ADN de Port-Louis est totalement différent de l’ADN d’autres régions. Il y a des caractéristiques qui relèvent de Port-Louis et qu’on ne retrouve pas forcément ailleurs. C’est cette période qui a connu un foisonnement d’intellectuels extraordinaires dont le cercle Rémy Ollier que beaucoup d’intellectuels ont essayé de faire revivre par la suite. »

À quoi s’attendre lors de cette conférence du 4 décembre avec un intitulé accrocheur A bon Port ? Finlay Salesse dira qu’il va enrichir les histoires officielles par de petites anecdotes qui donneront un certain cachet à cette conférence. Et le choix du titre A bon Port a été choisi pour rendre hommage à Mahé de La Bourdonnais. Il sera aussi des migrations douloureuses à l’Aapravasi Ghat, du musée de l’esclavage, de tous ces hommes d’affaires qui ont investi dans la capitale et qui ont traversé ce port mythique de la capitale pour s’y installer. Il évoquera aussi les Mauriciens immigrés dans les années 50, 60, partis découvrir d’autres contrées et des départs douloureux des fils du sol avec l’indépendance, en raison de la campagne de peur. Finlay pense aussi à tous ceux qui ont le dos à la montagne et qui n’ont pu quitter leur île. « Il y a eu aussi cet écartèlement que nous a imposé notre insularité. »

À Table avec, c’est aussi, comme le dit si bien le chef Nizam, ramener cette cuisine mauricienne dans le troisième millénaire. « Une cuisine oubliée et dont on a encore une nostalgie. Je ne viens pas créer une nouvelle cuisine, je prends une cuisine existante avec ma nouvelle équipe pour apporter des plats d’enfance avec la nostalgie de Port-Louis. Le marché de Port-Louis renferme toute cette culture gastronomique. On se laisse inspirer par le conférencier qui est comme la Muse. Avec A Table, on a créé le briani qui a le goût du briani, mais pas présenté visuellement comme un briani. Il y a des halwa d’aubergine, têtes de poisson et bouillon de brède mouroum. À Table a su fédérer les amoureux des histoires qui viennent découvrir une facette de notre cuisine oubliée. »

Rolf Schmid, pour sa part, souhaite à travers A Table élargir l’audience et inciter les jeunes à s’intéresser à l’histoire de leur pays à travers des anecdotes, des expériences de divers conférenciers et des plats proposés par le chef Nizam qui, selon lui, pourrait à l’avenir figurer sur une carte de haute gastronomie.

À noter que ceux qui veulent assister au cocktail, à la conférence de presse suivie du dîner de gala avec Finlay Salesse peuvent faire des réservations sur le 202-4070 directement au Labourdonnais Waterfront Hotel. Le menu de quatre plats est à Rs 1 800 par personne et le même menu avec vins à Rs 2 500 par personne.