Photo illustration

Au 30 juin 2020, le nombre d’accidents fatals a reculé de 19,3% par rapport à la même date en 2019, passant de 62 à 50. Conséquemment, le nombre de morts a baissé de 15 unités, soit de 22,5%, entre les mêmes périodes, passant de 67 à 52 morts sur nos routes. C’est la période du lockdown d’avril et mai qui a fortement influencé cette baisse.

Le lockdown moins meurtrier

En terme absolu, au courant de l’année, c’est bien les deux mois du lockdown, avril et mai, qui ont enregistré le moins de tués sur nos routes avec 4 et 5 accidents qui ont fait chacun une victime, totalisant 4 victimes pour avril et 5 pour mai 2020.

Si les mois d’avril et mai cumulés ont accusé un recul de 44%, passant de 16 à 9 morts (4 en avril et 5 en mai), ce qui est normal quand on réalise que cette période correspond au lockdown imposé par le gouvernement dans le cadre de la crise sanitaire de la Covid-19, il n’empêche qu’avec le faible taux de véhicules sur nos routes, les 16 accidents fatals enregistrés pendant cette période est relativement surprenant.

D’autant que pendant ces six premiers mois de l’année, c’est le mois de janvier 2020, comparativement à 2019, qui avait enregistré la baisse la plus conséquente avec 50%, passant de 18 à 9 morts.

Il faut également noter que pendant ces six premiers mois, ce sont les mois de février et de mars qui ont fait le plus grand nombre de victimes avec 11 et 13 morts respectivement.

Les motocyclistes les plus touchés

Ce sont les motocyclistes, comme l’an dernier, qui sont les plus touchés par ces accidents. Ils représentent 44% des morts sur nos routes, soit 23 des 52 tués lors de ces six premiers mois. Ils sont tous des hommes à avoir laissé leur vie sur la route.

Derrière, on retrouve parmi les décédés de la route 12 piétons, dont 8 messieurs et 4 dames, qui ont trouvé la mort en étant renversés par un véhicule. Ensuite, il y a 5 cyclistes (3 hommes et deux femmes), 4 chauffeurs de voiture (tous des hommes), 4 passagers de voiture (3 hommes et une femme), les passagers de moto (3 morts, dont deux femmes) et un helper masculin de camion.

Au total, 83% des morts sur nos routes à mi-2020 sont des hommes, alors que les femmes qui sont au nombre de 9 sont pour la plupart des piétons.
Les motos en pole position en 2020

Ce sont les motos qui ont été les plus impliquées dans les accidents de véhicules depuis le début de l’année avec 31%, c’est-à-dire 23 des 74 véhicules impliqués. On retrouve ensuite les voitures de maître (16 cas), puis les véhicules utilitaires (8 cas), les vans (7 cas) et les bicyclettes (5 cas). À noter que les bicyclettes électriques ont été mêlées à 2 accidents.

Il est intéressant de noter qu’en 2019, ce sont les voitures (27%) qui menaient la danse de très peu devant les motocyclistes (26%).

L’après-midi plus propice aux accidents

Enfin, les accidents meurtriers depuis le début de l’année interviennent surtout entre 18 heures et minuit (34%), devant 6h00 et midi (25%), et 20% entre midi et 18 heures. Par rapport à 2019, à la même date de juin, il y a une croissance de 64% pour la plage horaire de 18h à minuit et un recul des autres créneaux horaires.Casques pour les motos et bicyclettes électriques ?

De nombreux automobilistes se demandent quand est-ce que serait promulguée la loi pour le port obligatoire des casques pour les motos et bicyclettes électriques. Votée depuis janvier, il semblerait que cette loi ait été dangereusement oubliée.

Les motocyclistes, un danger sur l’autoroute ?
Ce n’est pas leur présence sur les autoroutes qui posent problème, c’est leur slalom permanent entre les voies qui sont source de stress des automobilistes qui peuvent les voir arriver aussi bien à droite qu’à gauche. Ne serait-il pas plus judicieux qu’ils soient cantonnés à la voie intérieure seulement pour leur sécurité ?