PHOTO ILLUSTRATION - PEXELS

Les accidents fatals impliquant des motocyclistes ces derniers jours ont poussé le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à réagir hier après-midi lors de l’inauguration d’un “Bypass” de Cap-Malheureux reliant le chemin Vingt-Pieds, à Grand-Baie, à Anse-La-Raie. « Ena boukou inprudans de lapar de sertin otomobiliss, sertin ki roul motosiklett. Nou finn trouv boukou de ka fatal kot dimounn perdi lavi », dit-il. Selon lui, s’il faut revoir les lois, le gouvernement étudiera la question.

Le Premier ministre estime d’emblée qu’avoir un “learner” ne devrait pas être suffisant pour rouler à motocyclette toute la vie. « Sa pe revwar ! » dit-il. Aussi rappelle-t-il que son gouvernement a voté une loi pour qu’il y ait « zéro tolérance concernant l’alcool » au volant. « Malheureusement, des gens sont imprudents et il faut les sensibiliser », poursuit-il, estimant ensuite que si les lois doivent être plus rigides, « cela se fera ». Concernant les accidents de ces derniers jours, Pravind Jugnauth avance que les fautifs seront poursuivis et traduits en cour. Et de poursuivre qu’au niveau du fonctionnement de la Traffic Branch, une enquête a été initiée concernant les permis falsifiés.

Revenant sur le projet du “Bypass” de Cap-Malheureux, qui relie le chemin Vingt-Pieds, à Grand-Baie, à Anse-La-Raie, et qui vient d’être inauguré, Pravind Jugnauth affirme que la vision de son gouvernement est « d’améliorer continuellement les infrastructures » routières. « Tous ceux qui sortaient de Grand-Baie ou de Cap-Malheureux pour aller à Anse-La-Raie devaient passer par la route côtière », rappelle-t-il. Le trafic augmentant sur nos routes « de jour en jour », dit-il, et la route côtière ayant « plusieurs courbes », il estime qu’il était en effet devenu « nécessaire » de construire ce “Bypass”.

La nouvelle route, longue de 2 kilomètres, est connectée au chemin Vingt-Pieds. « Dans notre projet, nous allons mettre à jour le chemin Vingt-Pieds. Nous ne pouvons pas le faire maintenant, mais c’est dans notre plan », assure-t-il. À travers ce chemin mis à jour, il sera « plus facile de connecter l’autoroute du nord jusqu’à Anse-La-Raie », estime le Premier ministre.

Le nouveau “Bypass”, ajoute-t-il, « améliorera grandement le trafic », les usagers n’ayant alors plus à passer par la route côtière pourront rejoindre leur destination. « C’est une grande amélioration », dit-il. Dans la foulée, il lance un appel aux usagers de la route de faire preuve de « beaucoup de prudence », avant de rappeler que cette route « a été construite selon les normes ».

D’autres “Bypass” sont “on-going” pour faciliter le déplacement « en toute sécurité », reprend-il, rappelant une fois encore que « ces routes sont faites suivant les normes internationales ». Il se dit également satisfait que le coût de ces projets ait été respecté. Aussi annonce-t-il que, dans les semaines qui viennent, d’autres projets seront inaugurés, et certains autres lancés.

Le projet du “Bypass” de Cap-Malheureux a nécessité des investissements de Rs 207 millions. Les travaux ont été réalisés par la compagnie Transinvest et ont duré 18 mois. Par ailleurs, des travaux d’embellissement du “Bypass” sont aussi prévus. À cet effet, 3 000 arbres seront mis en terre. De ce nombre, 1 130 ont déjà été obtenus du Forestry Service, tandis que des sponsors offriront les 1 870 restants. Les travaux devraient bientôt commencer.

Présent lors de l’inauguration, le ministre des Infrastructures publiques, Bobby Hurreeram, a pour sa part avancé que les projets routiers « visent à rendre le pays plus moderne, tout en renforçant la sécurité de la population ». Il rappelle également que « nos routes ont été construites autour de champs de cannes », poursuivant : « Pa finn ena enn Masterplan ! ». Raison pour laquelle un plan d’ensemble pour le pays a dû être élaboré, dit-il. Et de poursuivre, concernant le projet en cours, que des travaux de “sewerage” sont actuellement effectués et devraient prendre fin en décembre. « Une fois cela terminé, les travaux pourront débuter. »