Le journaliste Yaasin Pohrun, employé d’une radio privée au moment où l’affaire “Bal Kouler” a éclaté, a été appelé à donner sa version en cour sur la manière dont l’enregistrement sonore – sujet de contentieux –s’est retrouvé sur un ordinateur portable à l’étude du Senior Counsel Yousuf Mohamed. Le journaliste a expliqué qu’il lui avait été demandé de transférer le fichier audio sur l’ordinateur portable pour une meilleure qualité du son. Il devait ainsi affirmer n’avoir fait que transférer le fichier et qu’il « n’y a pas eu de manipulation de la bande sonore ».

En ce qui concerne le passage de Patrick Soobhany à l’étude de Me Yousuf Mohamed, SC, après qu’il a enregistré sa conversation avec l’ex-ministre Raj Dayal, le journaliste devait expliquer au représentant de la poursuite qu’il se trouvait au bureau du Senior Counsel à ce moment-là, soit dans l’après-midi. Yaasin Pohrun a alors expliqué que Me Yousuf Mohamed discutait avec Patrick Soobhany et qu’à un moment donné, Me Mohamed lui a demandé de transférer l’enregistrement audio sur un ordinateur portable, qui se trouvait à l’étude, afin d’avoir une meilleure qualité du son en vue de l’écouter. Il explique avoir par la suite transféré l’enregistrement audio sur un CD. Quant à savoir s’il y avait eu manipulation ou falsification de l’enregistrement audio, comme le soutient la défense, le témoin devait répondre par la négative.

Me Jacques Panglose, G.O.S.K, qui défend Raj Dayal, devait alors l’interroger sur sa présence à ce moment précis. Le témoin lui a répondu : « J’ai l’habitude de rendre visite à mes contacts dans le cadre de mon travail de journaliste. Ce jour-là, je suis aussi allé voir Me Yousuf Mohamed. »

Jacques Panglose (JP) : Si je vous dis que vous avez eu le contrôle de l’enregistrement audio !

Yaasin Pohrun (YP) : Non. Je n’ai fait que “copy-paste”. Pour le transfert, je n’ai pas besoin d’ouvrir l’enregistrement audio.

JP : Comment saviez-vous quel enregistrement il fallait transférer ? M. Soobhany a lui-même déclaré qu’il y avait d’autres enregistrements sur son téléphone.

YP : J’ai pris l’enregistrement qui avait été écouté.

Le témoin devait aussi préciser qu’il n’a rien transféré de l’ordinateur portable au téléphone de Patrick Soobhany. Ensuite, à une question de Me Panglose portant sur le fait que Patrick Soobhany aurait pu avoir utilisé un autre appareil pour enregistrer la conversation avec l’ex-ministre, le témoin a juste répondu : « Je ne sais pas ! ». Yaasin Pohrun devait aussi soutenir qu’il ne connaissait pas Patrick Soobhany avant ce jour-là.

Par la suite, le témoin a expliqué qu’il a quitté le bureau du Senior Counsel pour se rendre dans les bureaux de la radio qui l’employait avec une copie de l’enregistrement, et qu’il avait mise sur un port USB. Après quoi, poursuit-il, une fois à la radio, il a eu à extraire des parties de l’enregistrement afin de pouvoir passer les éléments saillants dans le bulletin d’information, prenant ainsi en compte le nombre de minutes qui lui était alloué.

Après l’audition du journaliste, le “voir-dire” reprendra vendredi prochain avec l’audition de l’enquêteur Mahomed de l’ICAC.