• Le président de la MFA ne voit pas l’importance de tenir une conférence de presse, mais pointe tout de même un doigt accusateur vers les médias !
  • De quelles « représailles » parle Samir Sobha pour que certains attendent la démission de Didier Pragassa avant d’aller de l’avant dans ce cas de voyeurisme allégué ?

Le président de la Mauritius Football Association (MFA), Samir Sobha, s’est longuement expliqué sur une radio privée, lors de la semaine écoulée, sur ce que nous appellerons désormais l’affaire du “Telephonegate” — portable « on video recording mode » dans les toilettes des dames à la MFA. Une interview qui interpelle à plus d’un titre en tenant compte de certaines révélations qui pourraient être qualifiées d’interpellantes.
Un élément est venu se greffer à l’affaire du téléphone, rapportée le 31 juillet.

Samir Sobha nous apprend, en effet, que sa fille de 9 ans aurait aussi utilisé ces toilettes lors de son passage à la MFA. C’est un membre du comité directeur qui lui aurait révélé ce détail le mercredi 4 août.

« Enn mamb komite inn telefonn mwa, o fet, li dir mwa, bon, nou kapav zwenn enn plas an deor la MFA. Mo dir li ok pa de problem. Nounn zwenn enn plas an deor la MFA, li vini li dir mwa pa kone kouma pou explik twa sa sitiasion la, li konplike, mo kone to pou reazir mal », déclare-t-il. D’où notre première interrogation quant à la décision de se rencontrer ailleurs que dans les bureaux de la MFA ! Samir Sobha ajoute que ce membre lui a ensuite indiqué : « To kone to tifi ti vinn MFA. To tifi inn rant dan twalet be dan twalet la ti ena enn telefonn ki ti an mod enrezistre. Mo soke parski mo zanfan inn rant ladan. E mo zanfan ena 9 an. »

La fille de Samir Sobha citée

Samir Sobha dit avoir été très agacé par cela. « Mo pa agase avek dimounn kinn met li la mwa. Mo agase parski le 28 sa finn pase e to vinn dir mwa sa le 4 (out) », fait-il remarquer. D’où la question de savoir pourquoi ce membre n’a pas été sanctionné face à son long silence devant la gravité de la situation ? Ce faisant, ce membre ne s’est-il rendu coupable, pour ne pas dire complice ? C’est ce que Samir ne dit pas malheureusement. En revanche, il dit avoir demandé à l’assistant secrétaire général, Nazeer Bowud, de se joindre à cette réunion afin d’avoir des éclaircissements.

Selon les propos de l’interview de Samir Sobha, l’ASG a fait part d’une rencontre tenue le 28 juillet. « Li explik mwa li dir mwa: to kone nou ti zwenn le 28. Sa kamarad la inn telefonn sa de dimounn kinn fer depozision ki ena enn kamera dan twalet. Se merkredi. Zedi zonn trouv telefonn la. Ok, zot kontinye al twalet. Vendredi ousi zonn trouve telefonn la. Selma zot pa finn ramas li », indique-t-il. Samir Sobha ajoute avoir appris qu’un membre de son comité et quatre employés ont décidé de se rencontrer samedi (Ndlr: 1er août ?) « dan enn restoran Flic en Flac e se la ki zot finn pran desizion pou pa dir mwa narien. » Qu’on ne veuille ou non, n’est-ce pas là une affirmation très grave la position adoptée par ces cinq personnes ?

Samir Sobha d’ajouter que ces cinq personnes ont décidé : « ki zot pou fer zot prop lanket. Zot finn met enn lot kamera dan twalet pou filme dimounn ki vinn met telefonn la » ! Forcément, cette situation prend une tournure encore plus grave en bien analysant les propos de Samir Sobha ? En somme, estime-t-il que ces personnes sont mieux placées que la police pour mener une enquête de cette gravité ? Ces personnes ont-elles été interrogées par la police pour avoir omis de l’informer aussitôt cette affaire connue ? Aussitôt avisé de la situation le 4 août, comme il le dit, Samir Sobha a-t-il pris les devants pour en informer la police à son tour ?

Certes, Samir Sobha attire l’attention sur le fait pourquoi la police n’a-t-elle pas été prévenue. Mais s’est-il au moins demandé si les personnes concernées n’ont pas commis un délit en décidant de ne rien révéler, ni à lui, ni à la police ? En revanche, il trouve le moyen de déclarer : « Malerezman, petet la personn inn soke. Li pann fer li e linn zis les li dan panie linn sorti. Konpran. E petet la personn kinn met li, apre par la swit, inn ramas li. E sa, mo pa kone », indique-t-il. Ce qui est sûr désormais et confirmé, qui plus est, par Samir Sobha, c’est que le téléphone a bien disparu. Etrangement, après que l’affaire a éclaté dans l’après-midi du 31 juillet après les révélations de la préposée à Nazeer Bowud !
Contradiction

L’autre fait qui interpelle demeure la démission de Didier Pragassa que Samir Sobha dit être au courant depuis un bon moment. Sauf que plusieurs questions s’imposent. Pourquoi l’annonce de la démission de l’ancien SG par la MFA intervient-elle tout juste après l’éclatement de ce cas allégué de voyeurisme ? Pourquoi la MFA ne précise-t-il pas la date exacte de sa démission dans son communiqué officiel et la nature de ce départ ? Alors que ce même Samir Sobha dit pourtant être au courant de l’état de santé de Didier Pragassa depuis un moment ! Il ajoutera que Didier Pragassa a soumis sa démission mercredi (Quel mercredi ?). Selon Samir Sobha : « Par la swit kan linn donn so demision, nounn aprann boukou kitsoz apre. Kot ena bann dimounn inn vinn de lavan inn donn bann statement. Kot zot inn mem dir nou ki zot ti pe atann kili ale pou donn zot statement. Parski zot ti per reprezay tousa » ! N’est-ce là des propos très graves tenus par Samir Sobha ?

Aussi, apprenons-nous de Samir Sobha toujours qu’il est entré dans un bureau à la MFA jeudi (5 août ?) et a surpris un groupe de personnes en réunion. Sauf que Samir Sobha semble se perdre dans les dates. Une contradiction par rapport surtout à la rencontre du 4 août ? Qui plus est, il semble s’embrouiller et se tourne vers la chronologie des évènements. « Monn konn sa merkredi. Zedi, monn aprann sa avek enn mamb komite, apreler. Zedi mo vinn a la MFA, personn pa dir mwa narien. Monn rant dan enn biro ek mo trouve ena enn ti renion dan biro la. Se la a 5 (pm) ki mo apprann ki wi ti ena enn telefon dan enn twalet » !

Aussi, il dira avoir discuté avec ces personnes pour aller de l’avant avec cette affaire, jeudi toujours, et appeler Nazeer Bowud pour lui demander de contacter l’homme de loi de la fédération pour connaître la marche à suivre. Il parle de l’institution d’une Fact Finding Committee (FFC) pour savoir ce qui s’est réellement passé. « Lindi (Ndlr: 9 août) lom de lwa inn dir koum sa bizin met enn urgent managing committee e fer tou bann mamb kone. Se efektivman seki nounn fer…pou nou fer tou dimounn kone ki la sitiasion a la MFA. Me entretan mwa mo ti deza fini telefon enn-de mamb. Mo ti met zot, voila la sitiasion li koum sa. Zafer inn pase tel tel zafer, ki monn tande, ki sa bann madam la inn dir mwa tel zafer…»

Alors que Samir Sobha dit avoir convoqué une rencontre urgente, il avoue tout de même en avoir déjà informé quelques membres au préalable ! Décidément, le président de la MFA semble avoir une drôle façon de traiter un dossier aussi sensible que cela ! Et il trouverait ensuite bizarre que certains membres s’élèvent contre les conditions de la tenue de la réunion du 10 août.

Pour conclure, on déplore le fait que Samir Sobha a voulu tout mettre sur le dos de presse. « Ena boukou kitsoz ki pa vre ki pe raporte dan la pres », dit-il. Pourquoi alors n’a-t-il pas jugé nécessaire de venir s’expliquer publiquement dans pareil cas et comme le veut la logique ? C’est plutôt à lui et à sa façon de fonctionner qu’il devra s’en prendre notamment pour avoir omis de donner informations importantes à la presse sur un communiqué que la MFA estimait pourtant officiel !