Joyce Melvin Bibi, partenaire en affaires de Soopramanien Kistnen, a été le premier à être auditionné ce mardi 9 février en cour de Moka. Cet habitant de Quatre-Bornes, propriétaire majoritaire de Final Cleaning jusqu’en 2019, a indiqué avoir partagé ses parts de la compagnie avec Kistnen Soopramanien et Pooveden Subaroyen, soit à hauteur de 50% et 40% respectivement, contre la promesse de décrocher des contrats de nettoyage.

Toutefois, l’homme d’affaires a expliqué que « je n’ai jamais décroché de contrats avec Kistnen. Je ne l’ai rencontré qu’une fois en février 2019, et c’était la seule fois. Après cela, tout se faisait à travers Subaroyen ». Et de renchérir que « Subaroyen m’avait convaincu de rencontrer Kistnen, un proche de politiciens » qui aurait agi en tant que facillitateur dans l’octroi de contrats.

Questionné par le représentant du bureau du Directeur des poursuites publiques, Me Azam Neeroa, le témoin devait avancer qu’il n’était « pas au courant » que Kistnen utilisait Final Cleaning pour des exercices d’appel d’offres.

Par la suite, appelé une nouvelle fois à la barre, le SP Vijay Kumar Dawon, responsable du Control Room de Safe City, a indiqué que, des 96 business operators de St-Jean à La-Louise, 63 ont des CCTV cameras à leurs locaux. Or, « most of them stated that their recordings are kept on a period between one week and one month ».

La magistrate Vidya Mungroo-Jugurnath a, de fait, ordonné au SP Dawon de réquisitionner les caméras CCTV des guesthouses de la région et de les remettre à l’IT Unit à des fins d’analyses.

D’autre part, le directeur de Clear Ocean, Rocky Boodoo, a été auditionné pour la deuxième fois ce mardi. L’homme d’affaires a été questionné sur un Invoice signé de Soopramanien Kistnen, daté du 18 juin 2018, avec un paiement de Rs 4,5 millions.

La dernière à avoir été entendue a été l’hôtesse de l’air Neeta Nuckched, propriétaire de la compagnie Neetee Selec, qui a été créée en avril 2020. Cette habitante d’Ébène a décroché un contrat de décontamination des locaux et véhicules de la STC pendant la période de confinement.

Interrogé sur sa connaissance en matière de décontamination, le témoin a indiqué qu’elle avait « fait des recherches en ligne ».

À savoir que, selon ses dires, Neeta Nuchkched est l’ami d’enfance du ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden. Cette dernière explique, cependant, qu’elle n’était pas au courant que la STC se trouvait sous l’égide du ministère du Commerce. Elle ajoute n’avoir pas eu de conversation avec Yogida Sawmynaden concernant des contrats.

Interrogée sur ses liens avec le ministre du Commerce, Neeta Nuckched a invoqué, dans un premier temps, avoir vu pour la dernière fois son ami d’enfance il y a plus de six ans, soit à la mort du père de Yogida. Or, par la suite, elle a expliqué que c’est en décembre dernier quelle a été contact avec lui pour la dernière fois.

Me Azam Neerooa devait lui demander si elle connaissait Soopramanien Kistnen. « Mo konn Kaya, me pa Kistnen », a-t-elle rétorqué.

Elle a par la suite expliqué que ce dernier avait entrepris des travaux chez ses parents à Flic-en-Flac quelques années de cela.

« Comment avez-vous connu Kistnen Soopramanien », a demandé l’homme de loi à l’hôtesse de l’air, qui a répondu que « I got his number through my childhood friend, Mr Yogida ».

À savoir que le statement de Neeta Nuckched – à travers lequel elle a avancé à la police que « mwa mo pa konn sa missie Kistnen la ditou » – a été produit en cour par le représentant du DPP.

Me Dick Ng Sui Wa, représentant de Neeta Nuckched, a tenté d’objecter à plusieurs reprises aux questions du représentant du DPP. Toutefois, la Magistrate lui a fait comprendre qu’il lui revient de décider de la pertinence des questions pouvant mener à l’avancée de l’enquête judiciaire.