Un des témoins de l’enquête judiciaire sur l’affaire Kistnen, Parsuramen Arian, entendu par la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnath, ce vendredi 18 décembre, allègue avoir été intimidé par la MCIT, lundi dernier durant un interrogatoire.

« Zot pe dire mwa dir li’nn mor kot mwa, mo’nn panike mo’nn al poz li dan karo kann », a-t-il déclaré à sortie du tribunal de Moka.

Cet ami de la victime est d’avis que Soopramanien Kistnen ne se serait pas suicidé. « Li ti enn bon traser, li’nn pas par enn moman difisil me li ti pe sorti », dit-il.

Pour rappel, Soopramanien Kistnen s’était rendu au domicile de Parsuramen Arian à Telfair, le 16 octobre dernier. « Li ti pe vinn kot mwa preske toulezour apre so loperasion en out. Sa zour-la li ti vini vers 8h ek nou’nn kas enn poz », a expliqué Parsuramen Arian. Cependant, le défunt l’aurait informé, ce jour-là, qu’il devait se rendre à Rose-Hill.

« Mo pa’nn akompagn li, me li ti ena enn demars pou fer e li’nn dir mwa li pou fini revinn kot mwa vers 15h », a-t-il déclaré. Parsuramen Arian a indiqué, toutefois, que Soopramanien Kistnen n’était jamais revenu. Il avait tenté de l’appeler « au moins à huit reprises » mais son téléphone était éteint.

La magistrate a ainsi demandé à ce que l’independent police complaints commission ouvre une enquête sur ses allégations.