Relatives load in a car the coffin of a victim of the August 26 twin suicide bombs, which killed scores of people including 13 US troops outside Kabul airport, at a hospital run by the Italian NGO Emergency in Kabul on August 27, 2021. (Photo by Aamir QURESHI / AFP)

Les répercussions désastreuses, tant sur le plan local qu’international, de l’attentat mortel revendiqué par l’Etat Islamique aux alentours de l’aéroport de Kaboul, en Afghanistan, le jeudi 26 août, augurent le commencement d’une ère de difficultés pour un peuple en proie au dictat des talibans, après leur récente prise de pouvoir.

« We will not forgive. We will not forget. We will hunt you down and make you pay », a déclare le président Joe Biden à la CNN, dénonçant l’attentat près de l’Abbey Gate qui a fait 85 morts, dont 13 soldats américains, de même que plusieurs blessés.

« Tout le monde est tendu » a confié Akram Lubega aux journalistes de 7 sur 7. Akram, 26 ans, est un Ougandais qui travaillait à l’aéroport. « Bien sûr qu’on a tous peur. Tout le monde est tendu, et des soldats se déploient tout autour de l’aéroport ». Ils sont inquiets à l’effet qu’une autre attaque ait lieu.

Le président Joe Biden a rendu hommage aux soldats ce dimanche, le 29 août. La main sur le coeur, relate le New York Times, il a été vu la tête baissée et les yeux fermés, comme s’il priait. Ce dernier et sa femme, Jill Biden ont rencontrés les familles endeuillées des soldats au milieu de la matinée du dimanche.

Entre-temps, les Américains se sont rassemblés sur les marches de l’Utah State Capitol, à Salt Lake City, Utah. Plusieurs personnes étaient debout avec des bougies pour rendre hommage aux martyrs. Des vétérans de l’armée américaine tenaient leurs drapeaux américain dans leur cérémonie à Edison Middle School, Berlin Heights, en Ohio.

Le choc.

« Il y a beaucoup de femmes et d’enfants parmi les victimes. La plupart des gens sont choqués, traumatisés« , a exprimé un dirigeant de l’ancien gouvernement d’Afghanistan. En effet, les Afghans s’étaient rassemblés à l’aéroport de Kaboul pour quitter leur pays. Et les soldats américains et ceux d’autres pays européens assistaient à l’évacuation quand a eu lieu l’explosion.

« C’était une énorme explosion au milieu de la foule qui attendait devant une des portes de l’aéroport », raconte un témoin à l’AFP sur Var-Matin. Cet attentat sollicité par le groupe djihad Islamique a laissé la capitale en choque.

Un autre témoin de l’explosion a raconté à L’AFP sur TVA Nouvelles qu’il a vu « un homme courir avec un bébé blessé dans les bras ». Il relate qu’il a perdu ses documents avec lesquels il allait quitter le pays avec sa femme et ses enfants. « Je ne veux plus jamais aller (à l’aéroport). Mort à l’Amérique, son évacuation et ses visas », confie-t-il.

Malgré cet attentat, l’évacuation continue. D’après Ouest-France, l’explosion n’a pas affecté l’évacuation en cours car des avions ont été vue décollés quelques heures après l’explosion. Selon Boris Johnson, l’évacuation ne cessera pas malgré la situation. De plus, l’administration américaine a aussi déclaré que l’évacuation sera maintenue.

En outre, dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et le ministre des Armées ont annoncés que La France a mis fin à l’évacuation. »En moins de deux semaines, les militaires français ont mis en sécurité près de 3 000 personnes, dont plus de 2 600 Afghans qui ont été accueillis en France » a publié Florence Parly, le ministre des armées sur Twitter.