PHOTO ILLUSTRATION

Pradeep Roopun, le président de la République, a demandé aux Mauriciens de considérer chaque enfant de Maurice « comme notre enfant ».

C’était samedi dernier à l’occasion de la Journée internationale des enfants célébrée par la Cyril Dalais Early Childhood Foundation, à Albion. Celle-ci était jusqu’à peu connue comme la Fondation pour l’enfance Terre de Paix. Selon Pradeep Roopun, en cas de maltraitance des enfants, il ne faut pas rester passif, mais intervenir. « Il faut dénoncer avant que la situation ne vire au drame. Il y a des institutions et de mécanismes pour cela. Chaque personne a sa part de responsabilité », a déclaré Pradeep Roopun. Il a félicité Noshreen Beeharry, la tante du petit Aryaan tué à deux ans, qui a dénoncé Ashaar Soobratee et sa concubine Nawshreen Beeharry. « C’est grâce à Noshreen que la police a pu déterminer qu’il y avait eu “foul play” dans ce crime atroce et a pu arrêter les deux suspects. Elle n’a pas hésité à aller de l’avant pour dénoncer sa sœur. Il faut la saluer pour son courage. Il faut sensibiliser la population, les proches, les familles, les voisins. Li nou devwar pou protez nou ban zanfan. »

Pour sa part, Alain Muneean, directeur de la fondation, a parlé de la nécessité d’introduire le Children Bill au Parlement pour protéger les enfants. « C’est un pas immense », a-t-il dit. Il a fait éloge de Cyril Dalais, décédé en 2014, qui avait fait « un excellent travail » en faveur des enfants tant qu’à Maurice qu’à l’étranger. « Un fils du sol dont nous pouvons être fiers pour sa grande contribution à l’avancement de notre fondation. Cyril is world-class Mauritian citizen who indeed pionneered the very setting-up of this early childhood centre. Cyril Dalais, c’est une bibliothèque dans le domaine de la petite enfance. Il a beaucoup travaillé avec les enfants en difficulté à travers le monde. Le centre sera désormais connu comme la Cyril Dalais Early Childhood Foundation. »

Rajendra Coomar Reedha, président de la fondation, croit lui aussi qu’il faudrait engager un débat national sur la responsabilité des parents. Il a parlé de Cyril Dalais qui avait travaillé pour l’Unicef où il a été conseiller en matière de développement intégral de l’enfant. « Il travaillait sans relâche pour donner la chance à tous les enfants, surtout ceux issus de milieux défavorisés. »