L’allocation de Rs 100 000 aux propriétaires de taxis a été au centre de discussions mardi entre le ministre des Infrastructures publiques et du Transport intérieur, Alan Ganoo, et la Taxi Proprietors Union (TPU). Au cours de cette rencontre, Raffick Bahadoor, président de la TPU, a pro- posé au ministre de changer les modalités de l’application de cette mesure. Ainsi, au lieu d’accorder un abattement fiscal maximal de Rs 100 000 pour l’achat d’une voiture, il a été demandé au ministre de créer un Taxi Welfare Fund, avec le regroupement de la somme due aux propriétaires.

C’est à travers ce fonds, dit-il, que les chauffeurs de taxi pourront bénéficier de cet abattement fiscal et, dans le même temps, de donner la possibilité aux familles des chauffeurs de taxi d’obtenir un “grant” en cas de décès. Interrogé à l’issue de cette rencontre, il devait affirmer que le ministre Ganoo a été « très attentif » à cette proposition, promettant d’en dis- cuter avec ses collègues ministres avant de soulever la question au Cabinet.

« J’ai dit au ministre que les taximens n’ont pas besoin d’un “one off payement” mais d’un fonds de bien-être, incluant cette allocation, mais aussi dans le même temps l’amélioration des conditions de travail des chauffeurs de taxis à long terme. À travers ce fonds, ils pourront également payer l’enregistrement de leur véhicule. Ce faisant, le gouvernement saura alors combien de vrais chauffeurs de taxis opèrent à Maurice. Personnellement, je connais un détenteur de permis de taxi travaillant en Angleterre mais dont les véhicules sont utilisés par d’autres personnes », a-t-il dit.

La TPU, selon lui, n’est pas à la recherche de « larzan fasil pou bangole » mais de mesures visant à améliorer le quotidien des taximans. « Depuis quatre ans, je lutte pour la mise sur pied de ce fonds de bien-être ». Il poursuit : « Je comprends qu’après la pro- messe électorale de Rs 100 000 à tous les chauffeurs de taxi, le gouvernement veuille aller vite avec cette mesure. C’est pourquoi je demande aux politiciens de cesser de faire des annonces populistes et électoralistes, mais de venir de l’avant avec des mesures sur le long terme », a-t-il fait ressortir.