« Le Premier ministre a ‘mislead the house’ par connaissance de cause ou par ignorance. Il a fait fi de la section 47 (3) du Prevention of Corruption Act et c’est malhonnête ». C’est ce qu’a déclaré le leader de l’opposition, Arvin Boolell, suivant la PNQ, une nouvelle fois suspendue, sur l’affaire Angus Road.

En conférence de presse, ce mardi, Arvin Boolell a souligné que le scénario qui s’est joué lors de la séance parlementaire était « déjà écrit » depuis la semaine dernière.

« Je prends toutes mes responsabilité. Soit le Speaker comprend ce qu’est la démocratie parlementaire, soit, avec le soutient du gouvernement, il continue d’asphyxier la démocratie », a lancé Arvin Boolell.

Ce dernier a rappelé que, selon la loi, nul ne pouvait faire de paiement en liquide au-delà de Rs 350 000 – montant désormais ramené à Rs 500 000. La peine prescrite pour ce délit, a-t-il souligné, est une amende de Rs 2 millions et 10 ans de prison.

« Nous avons un Premier ministre qui, hors de la vue du notaire, a fait un paiement de Rs 4 millions en cash », a affirmé Arvin Boolell.

Le leader de l’opposition se demande, à cet effet, pourquoi le chef du gouvernement n’a pas encore été convoqué par les institutions enquêtant sur cette affaire.

« Quel pays qui se respecte laisse cette situation perdurer? Nous ne pouvons nous laisser basculer vers une République bananière », a lancé Arvin Boolell.

Commentant l’expulsion et la suspension de Shakeel Mohamed et de Patrick Assirvaden, le leader de l’opposition a déclaré que cette décision « n’a aucune justification ».