« Nous continuons d’enquêter », a confié à lemauricien.com la cellule de communication de la police, contactée concernant les interrogatoires ayant eu lieu hier dans le sillage de l’enquête initiée sur le défilé du 2 novembre, durant lequel des « armes » auraient été brandies.

Hier, lundi 9 novembre, six suspects ont été interrogés aux Casernes centrales, dont l’organisateur de l’évènement. Ils ont avancé avoir utilisé « des sabres en plastique » lors de cet évènement. Après leur interrogatoire, les suspects ont été autorisés à regagner leur domicile.

Les enquêteurs s’intéressent désormais aux plaques d’immatriculation des véhicules ayant participé au défilé. Ainsi, nous indique-t-on, des interpellations sont attendues.

Organisé le dimanche 2 novembre par un regroupement, le défilé avait pour objectif de rendre hommage aux aïeux dans le sillage de l’arrivée des travailleurs engagés à Maurice.

Les participants s’étaient rassemblés au Ganga Talao pour converger vers l’Aapravasi Ghat. Toutefois, des vidéos de participants « armés » ont été publiées sur les réseaux sociaux.

L’activiste Bruneau Laurette, dans « un soucis de sécurité », dit-il, s’est déplacé aux Casernes centrales pour déposer une lettre destinée au Commissaire de police, Kemraj Servansing, afin de demander qu’une enquête soit initiée sur cette affaire.