Le préjudice porte sur 400 sacs de pommes de terre d’une valeur de Rs 300 000

Avec la collaboration de l’Anti Robbery Squad, la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Nord a démantelé un réseau qui volait des pommes de terre destinées à la vente à l’encan. Selon la police, 400 sacs de ce féculent valant Rs 300 000 ont quitté illégalement un entrepôt, route Abattoir à Port-Louis. La police a monté une opération de surveillance jeudi soir aboutissant à l’arrestation de quatre suspects dont un mineur de 16 ans.

C’est un des responsables de l’entrepôt (47 ans) qui a sollicité la police de Fanfaron hier matin en soutenant que des maraîchers se sont plaint qu’on ne leur livre plus de pommes de terre, surtout en cette période de carême religieux où la demande est grandissante. Or, le plaignant dit qu’il s’est procuré un bon stock récemment auprès d’un grand groupe sucrier dans le Nord. Lors d’une inspection dans un immeuble qui est utilisé comme chambre froide, il a noté que la majorité des sacs de pommes de terre de type Spunta avaient disparu. Le plaignant a conversé avec les encanteurs qui lui ont confié que ce féculent s’est fait rare subitement. Le quadragénaire a également visionné les images des caméras de surveillance du bâtiment montrant des individus embarquant des sacs sur un camion.

Le cas a été référé à la CID de Port-Louis. Dans la soirée, l’équipe de l’inspecteur Seewoo, assisté du sergent Mungroo, a monté la garde près du bâtiment. Dans un premier temps, les enquêteurs ont remarqué la présence d’un habitant de Bois-Marchand, âgé de 33 ans et qui faisait le guet. Il faisait signe avec ses mains dans le noir en direction de la chambre froide qui était censée être fermée. Puis, deux individus, âgés de 47 et 15 ans, sont sortis avec des caisses renfermant des pommes de terre. La police les a cernés et immédiatement, le quadragénaire a avoué qu’il était en train de voler et qu’il avait agi sous les directives du trentenaire. Et d’ajouter qu’il devait embarquer les pommes de terre dans un van qui attendait un peu plus loin. L’adolescent a nié toute connaissance du vol et il a déclaré : « Mo pe zis travay mwa. Mo pa konn nanyen. » Les trois suspects ont été embarqués jusqu’aux Casernes centrales où ils ont déclaré que c’est un maraîcher de 35 ans qui prenait possession des pommes de terre volées. Après la vente au marché noir, il remettait une commission à ses complices.

Les enquêteurs se sont rendus au domicile du maraîcher à Camp-Laboue, Terre-Rouge, pour une perquisition où 30 sacs de pommes de terre volés valant Rs 12 000 ont été récupérés. La police a également saisi son van pour les besoins de l’enquête. Après leur interrogatoire, les suspects ont été placés en détention aux postes de police de Vallée-Pitot et au centre de détention de Vacoas alors que le mineur a été relâché sur parole. Tous les suspects ont été traduits devant le tribunal de Port-Louis vendredi pour leur inculpation provisoire. Les enquêteurs prévoient d’autres arrestations dans cette affaire.