• Le centre de vaccination ouvert jusqu’à 23h pour permettre à ceux qui avaient rendez-vous dimanche d’obtenir leur dose d’AstraZeneca

La décision du gouvernement d’arrêter d’administrer le vaccin AstraZeneca ce lundi, pour être remplacé par le Covaxin, en a froissé plus d’un à la clinique Darné samedi soir. Après avoir pris connaissance de cette décision, la clinique Darné avait pris la décision d’appeler ceux qui avaient rendez-vous dimanche pour qu’ils viennent recevoir leur vaccin samedi soir. Sauf que d’autres, qui, eux, n’avaient pas rendez-vous, se sont mis à attendre jusqu’à fort tard devant la clinique, et ont fini eux aussi par obtenir le vaccin AstraZeneca.

Cette décision a froissé les habitués de la clinique, surtout ceux qui avaient déjà pris rendez-vous pour lundi. Et pour cause : ils n’ont été informés que dimanche que l’heure du rendez-vous avait été renvoyée pour l’après-midi, la clinique attendant de recevoir les doses de Covaxin du ministère. Contrairement à ceux ayant pris rendez-vous dimanche, qui, eux, ont été appelés à se déplacer samedi soir. À cette décision viennent également s’ajouter leurs frustrations d’apprendre que des personnes n’ayant pas pris rendez-vous avaient finalement reçu leur dose de vaccin, alors que « la clinique aurait dû donner priorité à ceux qui avaient rendez-vous et qui étaient en possession de leur WAP », disent-ils. « Les gens ont appris que la clinique vaccinait jusqu’à fort tard. Le centre de vaccination, qui est ouvert jusqu’à 20h, était resté ouvert samedi jusqu’à 23h. Des personnes sont venues faire la queue pour avoir le vaccin alors que ceux qui avaient déjà pris rendez-vous n’étaient même pas au courant. C’est inacceptable ! », poursuivent-ils.

Contactée par Le Mauricien, une responsable de la clinique admet que le centre de vaccination était en effet ouvert jusqu’à fort samedi soir afin de permettre à ceux qui devaient faire le vaccin le dimanche de le faire samedi soir. « Nous avons reçu des directives pour appeler ceux qui étaient sur la liste des rendez-vous de dimanche et de leur demander de venir samedi soir suite à la décision du gouvernement d’arrêter l’administration de l’AstraZeneca. Des “walking patients” sont venus faire la queue pour voir s’ils pouvaient obtenir le vaccin, c’est uniquement après avoir donné le vaccin à ceux qui avaient rendez-vous dimanche que nous avons donné ce qui restait à ces autres personnes qui attendaient sans rendez-vous. Le délai était trop court pour informer ceux qui avaient rendez-vous lundi », déclare la responsable.