Roche-Bois Bolton City s’est retrouvé en difficulté en championnat

L e 8 mars, la Mauritius Football Association (MFA) a annoncé l’arrêt des championnats à la suite de l’apparition de différents cas de Covid-19, et après un communiqué du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MAJSL). Après que le gouvernement a repoussé la sortie du confinement au 30 juin, la reprise des activités footballistiques, déjà compliquée, risque cette fois d’être compromise. Si du côté de la MFA une saison blanche, sans promotion ni relégation, ne serait pas à écarter, au niveau des clubs, les avis sont mitigés.

Si la MFA déclare à la fin du mois que les trois championnats , la Super League, la National Division 1 et la National Division 2, doivent être déclarés nuls et non ave- nus, cela fera deux saisons consécutives que les clubs affiliés ne connaîtront pas de promotion ou de relégation. Un coup dur pour plusieurs équipes qui ont joué le haut de tableau durant les deux dernières années.

Plusieurs clubs de Super League, à l’instar de Roche- Bois Bolton City, La Cure Sylvester SC, le Cercle de Joachim SC (les deux dernières se trouvant dans la zone de relégation), ont déclaré à travers nos colonnes qu’ils souhaitaient l’arrêt de ce championnat et cela suite aux problèmes financiers liés aux salaires des joueurs étrangers. D’autres, comme l’Association Sportive de Port-Louis 2000 et le GRSE Wanderers SC, deux équipes du haut du tableau, militent afin qu’un plan d’action puisse être trouvé très rapidement.

Pour le trésorier du GRSE Wanderers SC, Jayesh Rampadarath, une nouvelle réforme doit être entreprise afin de donner toutes les chances aux différentes équipes. « C’est vraiment triste de voir cette situation. Deux ans ont passé et aucun champion n’a été déclaré. Certes, la Covid-19 est venue une nouvelle fois gâcher la fête, mais je me demande si le MAJSL et la MFA ont fait l’effort de trouver une solution pour les disciplines sportives ». Pour Jayesh Rampadarath, il faudrait refaire le système des trois championnats et s’adapter à cette pandémie. Afin de clore la saison, « il faudrait mettre en place un système de play-offs pour que les équipes de National Divisions 1 et 2 puissent se hisser dans une division supérieure. »

Selon le dirigeant des Rastas, surnom du GRSE Wanderers SC, une Super League avec 12 équipes pourrait relancer le championnat pour la saison 2021-22. « Les deux équipes se trouvant dans la zone de relégation de la Super League ne souhaiteront certainement pas descendre en D1. Mais par contre, les deux premiers de D1 pourraient intégrer la Super League, et même scénario pour la D2 sans prendre en compte la relégation. »

Un avis que partage Anwar Elahee, président de l’ASPL 2000. « Avant tout, il faut être réaliste, car la Covid-19 ne disparaîtra pas aussi vite que ça. Si les autorités prennent la même décision chaque année, que deviendront les sports collectifs ? Je souhaite que le championnat continue, mais sans plan de relance, sachant qu’un club aligne des joueurs se trouvant des différentes régions de l’île, la suite du football à Maurice semble compromise. ».

Alors que la dernière coupe nationale a été soulevée par le Pamplemousses SC lors de la saison 2018-19, Roopesh Neerunjun, Team Manager des Nordistes, sou- haite quant à lui l’arrêt définitif de la saison 2020-21, et cela même si sa formation se trouve à la troisième place de la Super League. « Chaque jour apporte son lot de nouveaux cas qui sont recensés et cela devient très inquiétant pour la suite. Si le 30 juin la MFA a le feu vert pour reprendre les activités,il faudrait donner un mois de préparation à chaque équipe, et enchaîner les76rencontres, matches de coupe inclus. » Une situation très compli- quée pour les dirigeants de clubs, même si les avis sont mitigés. En ce qu’il s’agit des footballeurs, plusieurs d’entre eux souhaiteraient plus d’unité.Sachant qu’avec le statut d’amateur que porte le football à Maurice les foot- balleurs ne perçoivent pas le Wage Assistance Scheme de la Mauritius Revenue Authority (MRA) ence temps de Covid-19.