Photo d'illustration

Le Shravani, une des fêtes les plus importantes de l’hindouisme, sera célébré à partir du 24 juillet à Maurice, même si le contexte sera différent cette année. « Avec le Covid-19, nous ne pouvons organiser de grands rassemblements de Mahayajnas (grande prière), mais les familles peuvent célébrer chez eux », explique Harrydev Ramdhony, président de l’Arya Sabha Mauritius, lors d’un point de presse à son siège mercredi.

Il rappelle : « Cette fête est liée aux récitations des vedas (livres sacrés) qui ont été donnés aux humains. Ces livres sont la base même de tout développement matériel et spirituel. » Et d’ajouter que selon la tradition, « des gurus (précepteurs) allaient enseigner ces livres aux familles pour maintenir la connaissance divine ». Ainsi, l’Arya Sabha célébera le Sharvani au niveau national samedi à son siège, à Port-Louis, même s’il ne pourra accueillir plus de 50 personnes, afin de respecter les consignes sanitaires, précise Harrydev Ramdhony. « Les membres pourront cependant nous suivre en direct sur notre page Facebook et, plus tard, nous partagerons la vidéo sur WhatsApp. »

Il rappelle que l’un des objectifs du Shravani demeure la récitation des versets du Veda. Et de demander aux dévots de « ne pas la négliger », même s’ils ne pourront se rassembler en nombre. « Nous devons garder vivante cette tradition et propager cette connaissance des Vedas au sein de la famille. Surtout auprès de la jeune génération. » Le président de l’Arya Sabha souligne que « les prières comportent des éléments purificateurs » et que « cela peut nous aider dans la lutte contre le Covid-19 ».

De son côté, le Dr Oudaye Gangoo, Arya Neta à l’Arya Sabha, explique l’importance de cette fête et, surtout, des prières. « Nous portons trois cordes sur les épaules lors de ces prières pour nous rappeler les devoirs envers nos parents, nos précepteurs et l’environnement pollué, que nous devons purifier. »