C’est à Chamouny, à l’entrée de la Vallée des Couleurs que Scope a été à la rencontre d’Ashwin Mussai. Depuis 2013, cet ancien directeur d’une branche d’IKEA et l’ex-financier à la banque Nationale et Royale au Canada a rangé sa cravatte pour un retour aux sources et à la nature. Pour cela, il a mis plusieurs arpents de terre sous la plantation bio. Il s’attelle à la reforestation des abords de la rivière Patate traversant son terrain, et à l’aménagement d’un espace de réinterprétation de la nature qu’il prévoit d’ouvrir au public.

Il l’a expérimenté son fameux rêve américain : “comme j’avais pu en rêver en regardant la série Beverley 90210”. Rien ne l’obligeait à rentrer au bercail après seize ans. Que ce soit sur les plans personnel et professionnel, Ashwin Mussai avait brillamment coché toutes les cases. D’autres belles opportunités auraient pu encore se présenter à lui. Or, cette petite phrase anodine dite un jour à son père : “j’aimerais construire une maison sur ce terrain et y vivre” s’est finalement transformée en quelque chose de bien réel. Depuis 2010, à Chamouny où son père travaillait comme directeur d’une usine de thé, Ashwin Mussai a construit sa demeure et sa nouvelle vie. Il s’est lancé dans la plantation raisonnée et bio de bananes, de gingembre, de safran, de patates douces, de manioc, d’agrumes et dans production de miel d’eucalyptus rouge. Il écoule principalement sa production à travers Farm Basket.

“Au début tout le monde me prenait pour un fou. Aujourd’hui plusieurs personnes qui ont des terrains avoisinants me demandent conseil”. Faut dire que rien ne le prédestiner à prendre cette direction. À 18 ans et 1 jour, juste après sa HSC, ce Curepipien s’est envolé pour le Canada pour y étudier l’économie et la finance dans la prestigieuse Université de McGrill. Il se fit ensuite employer par les banques Nationales et Royales avant d’être recruté par IKEA “Cette boîte était à la recherche de jeune dynamique pour faire grandir IKEA au Canada. À cette époque, il y avait que 4 ou 5 magasins. J’ai fait le saut sans rien connaitre du retailing et design. C’est de là aussi que j’ai compris tout ce qui était le socio-démocrate. J’y suis resté pendant douze ans où j’ai fini comme directeur pour la région de Montréal et j’étais aussi sur le board financier de IKEA pour le Canada et l’Est des États-Unis. Je gérais toutes les stratégies financières et planning”.

Aujourd’hui point de regret : “Ca m’a pris du temps mais je peux dire que je suis un homme de la nature.” Il est d’autant plus fier en voyant le résultat car l’ancien champ de cannes s’est complètement transformé : “J’ai beaucoup appris de mon père qui m’emmenait souvent lors des réunions avec des agronomes. J’accompagnais toujours mes parents et mes grands-parents. Ils avaient définitivement la main verte et donc ça fait partie de mon ADN”. De ce fait, lorsque ses parents ont décidé de prendre leur retraite, Ashwin Mussai, alors âgé de 35 ans, a ressenti le besoin de reprendre les choses en main et de préserver ce bien familial : “Sans prétention je peux me considérer comme un vrai patriote car malgré le fait que j’ai vécu ce fameux rêve américain, je n’ai pas hésité à revenir au pays. Je suis très attaché à ma terre et à mes racines”.

Ashwin Mussai fit son apprentissage sur le tas tout en se faisant aider par une petite équipe de trois personnes. Il a aussi demandé de l’aide à la Mauritius Wildlife Foundation, a suivi des cours sur la culture organique de la FAREI, et a retenu le moindre conseil des aînés. Sa nouvelle mission lui tient vraiment à coeur : « Je pense que les gens ont besoin de retourner vers la terre. C’est important de connaitre la source de ce que l’on mange. C’est en me posant ces questions que je me suis dirigé vers la plantation bio. J’espère transmettre cela à mes deux enfants et inspirer d’autres jeunes à prendre la même direction car dans l’agriculture, la nature, il y a de l’avenir”.

N’empêche, il ne cache s’être plusieurs fois « cassé la gueule » et que les choses n’ont pas été faciles au départ. Avec persévérance, il s’est donné le temps pour apprendre à planter en pente et à préserver sa terre : “L’agriculture reste un domaine très saisonnier, il y a des hauts et des bas”. D’où l’importance, selon lui, de développer de nouveaux projets sur son terrain ainsi se faire d’autres revenues. Outre sa plantation bio, Ashwin Mussai produit aussi du miel d’eucalyptus rouge et d’ici l’année prochaine, il ouvrira un espace au public dédié à la réinterprétation de la nature ainsi que des ballades aux abords de la rivière Patate traversant son terrain. “Ce serait une façon de partager mon expérience et permettre aux gens de vivre des expériences en pleine nature, de gouter sur place les produits bio et d’avoir un coin pique-nique ou camping”.