Le constable Nuckcheddy a été arrêté lundi par le CCID, après un interrogatoire “under warning”, où il a dû expliquer pourquoi il a signé le Bail Caller Register du poste de police de Flacq à la place de l’homme d’affaires Reza Foolah. Le policier n’a donné aucune raison à son acte et devait faire valoir son droit au silence. Il a adopté la même attitude quand les enquêteurs lui ont montré les différentes images des caméras CCTV du poste de police au moment où il manipulait le Bail Caller Register.

Le constable Nuckcheddy n’a aussi rien dit sur sa relation avec Reza Foolah ou toute autre personne dans le milieu politique. Finalement, c’est en début d’après-midi hier que la police l’a informé qu’il était en état d’arrestation. Il a été conduit au tribunal de Flacq, où une accusation provisoire de faux et usage de faux a été retenue contre lui. Le CCID n’ayant pas objecté à sa motion de remise en liberté conditionnelle, le policier s’est acquitté d’une caution de Rs 15 000 et a signé une reconnaissance de dette de Rs 50 000.

Suite à ce développement, le constable Nuckcheddy a été suspendu de ses fonctions. Il devra plus tard retourner aux Casernes centrales, où les enquêteurs examineront son cellulaire pour établir une éventuelle communication entre Reza Foolah et lui. D’ailleurs, l’homme d’affaires sera convoqué au CCID sous peu et devra lui aussi faire face à un interrogatoire “under warning”. Officiellement, il est souffrant. Les enquêteurs attendent qu’il se rétablisse pour écouter sa version des faits.

Reza Foolah, ami proche d’un ministre, est en liberté conditionnelle depuis le 7 janvier, suite à son arrestation pour « larceny for obligatory writing ». Il devait signaler sa présence au poste de police de Flacq, comme stipulé dans ses Bail Conditions. Sauf qu’en visionnant les caméras du poste de police, un chef inspecteur a noté son absence et soupçonne que ce serait le constable Nuckcheddy qui signait le Bail Caller Register à sa place.