Journée surréaliste lundi à Bambous, où une rixe entre bandes rivales a coûté la vie de Jean Kenny Jacquette, un père de famille de 31 ans. Des témoins ont en effet rapporté à la Western Division que deux groupes s’étaient donné rendez-vous près du réservoir de La Ferme armés de sabres. S’en serait suivie une course-poursuite impliquant plusieurs véhicules dans le quartier, pour finir Avenue Dragon, où des coups de feu ont été tirés, en attestent les quelques témoins ayant appelé le poste de police.

Cependant, lorsque les policiers sont arrivés, le quartier était calme et désert. Et pour cause : Jean Kenny Jacquette, atteint d’une balle, venait d’être transporté à la clinique Bon Pasteur, à Rose-Hill, où un médecin n’a pu que confirmer son décès. La direction a alors alerté la police avant que l’équipe de l’ASP Oomeer se rende Avenue Dragon afin de sécuriser le périmètre. D’autres unités sont ensuite arrivées, dont le Scene of Crime Office (Soco), en vue d’effectuer des prélèvements et de recueillir des indices.
Les enquêteurs ont par ailleurs demandé aux différents hôpitaux et centres de santé de la région de leur signaler si quelqu’un venait à se présenter avec des blessures à l’arme blanche et/ou portant des signes d’agressions. Quant au corps de la victime, un habitant de Camp-Levieux, il a été transporté à la morgue de l’hôpital Victoria, à Candos, en vue d’être autopsié.

La CID de la Western Division soupçonne un règlement de comptes sur fond de différend familial d’être à l’origine du drame. Les faits remonteraient à samedi dernier. Ce soir-là, vers 23h30, Nadeem L., un vigile de 34 ans, se serait rendu à Cité Barkly, plus précisément au domicile de sa petite amie, qui n’est nulle autre que la soeur de la victime. Après lui avoir parlé, l’agent de sécurité aurait alors pris le chemin du Plaza, à Rose-Hill. Et vers 1h dimanche matin, il a appelé Jean Kenny Jacquette pour trouver une solution au problème de sa sœur. Les choses auraient cependant vite dérapé, tous deux s’insultant et se menaçant par téléphone. C’est alors qu’une dizaine de minutes plus tard à peine, Jean Kenny Jacquette, qui avait déjà travaillé comme videur, aurait débarqué avec huit personnes à bord de deux voitures.
Dans une déposition consignée à la police dimanche, Nadeem L. déclare que la bande était armée de sabres. Et d’ajouter que le frère de son amie lui aurait donné « un coup au front ». Après quoi un autre membre du groupe, plus connu sous le sobriquet de Rudy, lui aurait assené des coups de sabre à la main droite, alors qu’il tentait de s’enfuir. Le vigile dit avoir saigné, ce qui n’aura pas empêché la bande de continuer à s’acharner sur lui, dit-il, en lui donnant « des coups de pieds sur le corps ».
Dans sa version, le vigile avance qu’un dénommé « Eddy Boul Rouz » se serait approché de lui et aurait pointé une arme à feu dans sa direction, avant de lancer : « To finn deza gagn kout bal dan to *** ? ». Nadeem L. a malgré tout réussi à s’enfuir après avoir été frappé à nouveau. Après quoi il dit s’être rendu à l’hôpital Victoria pour y recevoir les premiers soins, ce qui ne nécessitera pas qu’il soit mis en observation.
Les enquêteurs soupçonnent Nadeem L. d’être mêlé au drame qui s’est joué hier à Bambous. La police a d’ailleurs demandé au Police Main Command Centre d’Ébène de visionner les différentes caméras de la Safe City de la région de Bambous avec l’espoir de pouvoir identifier les différents protagonistes impliqués dans ce drame ainsi que leurs véhicules. Selon les enquêteurs, une dizaine de suspects aurait pris part à cette bagarre sanglante. Des arrestations imminentes sont prévues. L’enquête est menée sous la supervision du surintendant Bansoodeb.