illustration

Après plus d’un mois de repos, la Super League reprend ses droits. En effet, la compétition phare de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB) reprendra le 24 janvier. Et pour une reprise, on a droit à un choc entre les Flippers et les Highlands Young Cadets, deux formations qui ont été vaincues une seule fois à l’aller.

Bernard Nuchedee, le coach des Young Cadets, en parlait justement à l’issue de la rencontre — perdue — contre les Roche-Bois Warriors. « Nous avons encore un gros match à jouer contre les Flippers. » Pour parvenir à contrer les Flippers, il va se baser sur l’expérience acquise au cours du jeu contre les Warriors. « Nous avons appris quelques leçons », ajoute-t-il.

L’effort constant, l’abnégation ou encore la discipline sur le parquet seront les maîtres-mots lors de leur prochaine sortie. D’autant qu’ils affronteront le vice-champion en exercice et un candidat au titre. « On n’était pas si mal. Mais il y a de quoi travailler pour s’améliorer. » Surtout la défense, où Bernard Nuchadee a remarqué quelques lacunes. « Ce sont de petits détails à revoir. Mais sinon, nous serons prêts pour la suite. »

Pour la reprise, les champions en titre seront eux aussi en action. Et ils auront pour adversaire l’AS Vacoas-Phœnix. Le mardi 26 janvier, place à l’explication entre les PAS Mates et les Hammers. Les Mates, qui tentent de retourner dans le Top 4, espèrent encore une fois jouer les play-offs. Trois jours plus tard, le CSSC, autre prétendant aux play-offs, affrontera le Forest Side BC dans un duel fratricide.

La neuvième journée, qui débutera le 31 janvier, verra deux rencontres ce jour-là. L’AS Vacoas-Phœnix et les Flippers ouvriront le bal, suivi du duel Plaisance SC/Roche-Bois Warriors. Le 2 février, place à l’explication entre les Highlands Young Cadets et les PAS Mates. Les deux dernières rencontres du premier tour opposeront les Harlems au CSSC et le Forest Side BC aux Hammers les 4 et 5 février respectivement.

8e journée

24 janvier

Hammers — Plaisance SC (14h30)

Roche-Bois Warriors — AS Vacoas-Phoenix (16h45)

Flippers — Highlands Young Cadets (19h)

26 janvier

PAS Mates — Harlems (19h15)

9e journée

31 janvier

AS Vacoas-Phoenix — Flippers (14h30)

Plaisance SC — Roche-Bois Warriors (16h45)

2 février

Highlands Young Cadets — PAS Mates (19h15)

4 février

Harlems — CSSC (19h15)

5 février

Forest Side BC — Hammers (19h15)

Malgré les démarches effectuées et les multiples demandes, le club de Trèfles/Rose-Hill ne peut bénéficier que d’un jour d’entraînement au Centre Guy Bazerque à Plaisance. « Nos demandes sont systématiquement rejetées au niveau de la municipalité et nous sommes alors contraints de nous entraîner dans d’autres centres qui ne comprennent pas de ring », concède Bruno Julie, qui a pris les rênes quatre ans de cela, après avoir demandé un temps de réflexion. Malgré les embûches, la persévérance a toujours été le maître-mot et les résultats ont logiquement suivi. « Même en période de confinement, les séances d’entraînement ont été tenues par vidéo et cette volonté a porté ses fruits, notamment avec le grand nombre de victoires enregistrées lors du gala face au reste de l’île et ensuite la prestation lors des deux compétitions de décembre », souligne celui qui peut être considéré comme un role model par les jeunes de ce club.

À l’heure des récompenses, Bruno Julie pense inévitablement à feu Guy Bazerque, qui a été son premier mentor. « Il m’a guidé depuis mon jeune âge et je suis heureux d’avoir obtenu cet award lors de la compétition organisée en sa mémoire. » Désormais, les pugilistes de Trèfles/Rose-Hill tenteront de se retrouver à l’avant-plan lors des championnats nationaux des différentes catégories d’âge la saison prochaine. Le médaillé olympique compte donc entre autres sur les vainqueurs de samedi dernier, et également sur Jordy Vadamootoo, Westley Rose, Steven Baptiste, Adel Mootien et Kewel Frontin, ce dernier étant le fils de Giovanni Frontin, premier médaillé d’or mauricien aux Jeux de la Francophonie et aujourd’hui établi en Angleterre. « Ils possèdent le potentiel voulu pour donner du fil à retordre à leurs adversaires et aujourd’hui, ils font honneur à leur région de par leur comportement et leur persévérance », affirme Bruno Julie.

Ce dernier se veut reconnaissant du support des membres du club, notamment du président Pierre Ah-Qune et de ses assistants. « Ils sont toujours présents pour nous encourager », laisse-t-il entendre. De quoi donc apporter la motivation voulue pour franchir d’autres paliers et de maintenir cette montée en puissance. Reste qu’une éventuelle aide des autorités concernées sera fortement appréciée par ceux qui se dévouent pour une discipline et qui éloignent dans le même temps les jeunes des fléaux de la société.