Le malaise qui prévaut entre le ML et le MSM à la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill est à son paroxysme. Pour preuve, les échanges musclés qui se sont déroulés entre les conseillers des deux partis le 30 octobre, au Conseil, autour d’un bâtiment à étage censé abriter un centre social et de loisirs à la rue de l’Indépendance à Roches-Brunes. Le MSM tente de faire obstacle à ce projet après que des habitants de la localité auraient exprimé des réserves sur l’aménagement d’un tel centre de loisirs « susceptible d’être investi par des toxicomanes ». En face, le ML ne l’entend pas de cette oreille et défend bec et ongles le maintien du projet de centre social approuvé au Conseil en avril 2018.

ll faut remonter à juin 2019, lors de l’élection mairale qui a consacré pour un troisième mandat consécutif Ken Fong (ML), pour comprendre la genèse du malaise qui s’est installé entre les deux partenaires d’alliance, « Ce mandat de trop » suscite alors l’incompréhension dans les rangs du MSM. Les dissensions s’exacerbent entre les alliés, en septembre dernier, dans le cadre des négociations visant à désigner le successeur de Ken Fong. Un scrutin qui a vu le ML conserver les rênes de la mairie suite à la consécration de David Utile. Au grand dam des postulants orange qui se voyaient déjà arborer le collier mairal.

C’est le 28 février dernier qu’a eu lieu le précédent débat autour du bâtiment de la discorde, relayé par Week-End dans son édition du 1er mars. La missive envoyée en janvier par la ministre de la Sécurité sociale, Fazila Jeewa-Daureeawoo à l’ex-maire, Ken Fong afin que le Conseil fasse marche arrière et privilégie l’aménagement d’un centre de soins pour les personnes âgées dans le bâtiment, a donné lieu à un débat acharné entre Mahen Choolun (ML) et Nazir Jungee (MSM).

En guise de réponse à la proposition du dernier nommé d’abroger la motion entérinée en avril 2018, Mahen Choolun lance alors ceci : « This money has been dedicated for a municipal project not a ministry project ». Ce qui en dit long sur les relations conflictuelles qui subsistent entre le parti d’Ivan Collendavelloo et le MSM aux Villes sœurs. Un vote à main levée avait finalement conclu au maintien du projet de centre social.

« To nepli le maire aster ta »

Le MSM, avec Alain Cerveaux et l’adjoint au maire Nazir Jungee en première ligne, est revenu à la charge sur ce dossier lors du dernier Conseil qui s’est tenu le 30 octobre. La tension était palpable au moment où David Utile dévoilait une lettre que lui a fait parvenir les membres de deux clubs de troisième âge, dans laquelle ils suggèrent de «convertir le centre social en un lieu de soin pour les vieux et que le projet soit géré par le ministère de la Sécurité sociale». Ken Fong et ses deux acolytes, Mahen Coolun et Vishwamitra Ramjee, montent alors au créneau et mettent en doute l’authenticité de la lettre, malgré l’intervention du conseiller du PMSD Olivier Barbe, qui confirme que la lettre est bien « recevable». Puis, il y a eu de longues minutes de vociférations entre les protagonistes des deux camps, les doigts pointés les uns vers les autres. Les trois élus du ML disent ne pas comprendre «kifer pe bizin revinn enkor lor enn dossier ki fini approuvé depi 2018 ek confirmé par vote an fevrier sa lané la».

Des répliques cinglantes, telles que «to nepli le maire aster ta-nou kone ki to miniss pe anvi», ou encore «to nek blaguer nanien to pa fer» ont été entendus lors des débats. Incapable de faire entendre raisons à ses conseillers, David Utile n’a eu d’autres choix que de procéder à l’ajournement du Conseil. Compte tenu des circonstances, tout porte à croire que le bâtiment flambant neuf de Roches-Brunes n’est pas près d’accueillir ses premiers locataires de sitôt.