Democratic Presidential candidate and former US Vice President Joe Biden gestures after speaking during a Drive-In Rally at Heinz Field in Pittsburgh, Pennsylvania, on November 2, 2020. (Photo by JIM WATSON / AFP)

Joe Biden a été élu samedi président des Etats-Unis, l’emportant face à Donald Trump et mettant fin à une séquence politique inédite qui a secoué l’Amérique et le monde.

Après quatre jours de suspense dans un pays à fleur de peau, l’ancien vice-président de Barack Obama a, selon les projections des grands médias, franchi le seuil « magique » de 270 grands électeurs.

Quelques minutes après l’annonce, des milliers de personne affluaient vers la Maison Blanche pour fêter la victoire du candidat démocrate.

Celui qui deviendra, le 20 janvier 2021, le 46e président des Etats-Unis, a promis, dans un tweet, d’être le président « de tous les Américains ». « Il est temps de laisser derrière nous la colère et la rhétorique enflammée et nous rassembler », a-t-il ajouté.

Donald Trump, qui briguait un second mandat de quatre ans, n’a, à ce stade, pas reconnu sa défaite.

Dans un bref communiqué publié peu après l’annonce des résultats, il a accusé Joe Biden de se « précipiter pour se présenter faussement » en vainqueur.

Il a dès mardi soir adopté une posture très belliqueuse, promettant une véritable guérilla judiciaire.

A l’issue d’une campagne d’une agressivité inouïe, chamboulée par la pandémie de Covid-19, le tempétueux président de 74 ans a échoué à se faire réélire, contrairement à ses trois prédécesseurs Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton.

A la fois révélateur et amplificateur des profondes fractures de l’Amérique, il aura, pendant quatre ans, provocations et tweets à l’appui, brisé tous les codes et piétiné tous les usages.

– Consécration tardive –

Pour Joseph Robinette Biden Jr., 77 ans, « lion de l’histoire américaine » selon les termes de Barack Obama, la consécration suprême sera arrivée tard, à l’issue d’une riche vie en politique jalonnée de tragédies.

Les drames personnels qu’il a traversés ont façonné cet homme au ton chaleureux. Ses douleurs et ses doutes, qu’il n’hésite pas à partager en public sur le ton de la confidence, font partie intégrante de son personnage.

Après avoir échoué en 1988 et 2008, puis hésité en 2016, celui qui a débuté sa carrière politique nationale au Sénat il y a près d’un demi-siècle – et connaît le fonctionnement de Washington sur le bout des doigts – obtient enfin les clés de la Maison Blanche.

A la faveur d’une campagne inédite, le démocrate a pris l’avantage sur l’ancien homme d’affaires en se contentant d’apparitions limitées et en faisant à l’Amérique une promesse de calme.

« Nous pouvons mettre fin à cette présidence qui, depuis le début, a cherché à nous diviser, à nous déchirer », martelait-il dans les dernières heures de la campagne.

Sa colistière, Kamala Harris, entrera dans l’Histoire en devenant la première femme noire à accéder à la vice-présidence. « Mettons nous au travail » pour restaurer « l’âme de l’Amérique », a-t-elle déclaré samedi en phase avec Joe Biden.

Ce dernier sera le président le plus âgé de l’histoire des Etats-Unis au début de son mandat.

Dans un contraste saisissant avec l’énergie déployée sur les estrades de campagne par Donald Trump, celui que le président a affublé du surnom moqueur de « Joe l’endormi » a parfois donné l’image d’un homme frêle, fragile.

En fin stratège, il a réussi son pari en remportant la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin, trois Etats industriels traditionnellement démocrates que Donald Trump avait arrachés à Hillary Clinton en 2016.

Mais dans une Amérique profondément divisée, et face à un Sénat qui pourrait rester aux mains des républicains, il devra trouver le ton juste.

– L’ombre de la pandémie –