Wiki commons

C’est le branle-bas de combat au ministère du Tourisme après avoir appris, par des plongeurs et plaisanciers, la propagation dans nos lagons d’une espèce d’étoiles de mer géantes, plus connue sous le nom de couronne d’épines. Ces animaux voraces, qui, comme leur nom l’indique sont dotés d’épines, et qui ont aussi été repérés à Rodrigues, peuvent en effet décimer des barrières de corail entières. D’où l’inquiétude des autorités, qui craignent que ces étoiles de mer mettent en péril la beauté naturelle de nos lagons, en sus de représenter un danger pour les nageurs. D’où l’idée de contrôler rapidement la population de couronnes d’épines.

« The Ministry of Tourism has received representations from diving centres and pleasure craft operators regarding the presence of Crown of Thorns (COTs) at dive sites and snorkelling sites around Mauritius. These stakeholders have expressed their concern and apprehensions regarding the destructive impact of these marine species on the corals. The COTs is a large multi-armed coral eating starfish. It is a marine species with the capacity to decimate extensive areas of corals », souligne un document du ministère du Tourisme. Avant de poursuivre : « COTs also represent a danger to swimmers coming into contact with them as their venomous spikes cover their 8 to 21 arms. It is therefore essential that their population be controlled so as to protect our corals and the related marine ecosystem. »

Le ministère rappelle que, pour les touristes, le succès de la destination mauricienne repose sur le soleil, la mer et « ses magnifiques plages », D’où l’importance de préserver nos lagons. Raison pour laquelle le ministère, à travers le National Environment Fund (NEF), veut mettre en place une stratégie afin de « control the population outbreaks of COTs in the lagoon of Mauritius ». Objectif : identifier une organisation pouvant, outre contrôler la population de ces animaux marins, régénérer les coraux endommagés, augmenter le nombre de coraux et assurer que les sites de plongées soient sécurisés et les “snorking sites” mis hors de danger.

Un Steering Committee a été mis sur pied dans le cadre de ce projet, lequel comprend des représentants des ministères du Tourisme, de l’Économie Bleue, de l’Environnement et des Finances, ainsi que de la National Coast Guard, du Mauritius Oceanography Institute et de la Beach Authority. Présidé par le ministère du Tourisme, il aura objectif de donner des conseils appropriés pour faire appliquer un plan d’action. L’organisation qui sera choisie pour exécuter le projet devra avoir nécessairement au moins une dizaine d’années d’expérience dans la préservation de la diversité marine. Quant au Team leader, il devra posséder un Master Degree in Marine Science.

L’organisation qui sera choisie devra mettre en place un réseau d’observateurs pour collecter des données, car il a été observé que ces couronnes d’épines géantes ont la particularité de migrer dans différentes régions. « The presence of Crown of Thorns has been reported at some dive sites around Mauritius. These marine species do not stay for a long period of time at one location and move around to other sites. A network of observers will enable coverage and monitoring of a wider area around Mauritius », explique le document du ministère du Tourisme.

Du côté du ministère de l’Économie Bleu, on insiste sur le fait qu’un protocole est en préparation pour dresser un état des lieux des endroits infestés. Les données ayant trait aux endroits concernés seront ensuite soumises au Steering Committee pour décider de la marche à suivre. « A representative of the Ministry of Tourism or of the Ministry of Blue Economy, Marine Resources, Fisheries and Shipping will, as far as practicable, be present during the intervention exercises. The reporting requirements are listed in the Draft Protocol and each intervention and monitoring exercise as per the approved programme of works shall be duly recorded and a consolidated report shall be submitted to the Steering Committee on a quarterly basis », souligne encore le document.

Parallèlement, une campagne de sensibilisation sera lancée afin d’informer le public de la situation. « The Organisation shall submit reports of all activities, monitoring and intervention on a quarterly basis to the Steering Committee. The reports shall include photographic documentation prior and after the interventions. A Completion Report shall be submitted at the end of the project. The Report shall contain a summary of all the activities carried out under the project and recommendations on the way forward regarding the control of the Crown of Thorns in Mauritius », peut-on également lire dans le document.

BON A SAVOIR
Qu’est-ce que la couronne d’épines ?

L’Ancanthaster Planci, nom scientifique de la couronne d’épines, reconnaissable par ses couleurs vives, est très carnassière. Vivant particulièrement dans les écosystèmes coralliens des zones tropicales, elle se nourrit presque exclusivement de coraux. Ses épines provoquent la nécrose des tissus. Quant à sa capacité de reproduction, elle est très importante, les femelles pouvant même produire plusieurs dizaines de millions d’oeufs par saison. Ses larves planctoniques sont mobiles et peuvent dériver sur des centaines de kilomètres. À noter que cette espèce d’étoiles de mer consomme des polypes en grande quantité.