Photo illustration

Le promoteur, un ancien propriétaire très connu dans les milieux hippiques, veut tirer profit d’un vide juridique dans ce domaine pour démarrer ses activités

Alors que l’incertitude plane toujours par rapport aux conditions des bookmakers traditionnels dans le contexte de la reprise de la nouvelle saison à huis clos, certains parmi cette communauté se mobilisent afin de pouvoir offrir des paris dès le démarrage. Ainsi, on a appris qu’un petit groupe développe actuellement une application en ligne qui permettrait aux parieurs de miser en ligne. Son promoteur n’est autre qu’une figure très connu du Champ de Mars, notamment dans le domaine du betting.

L’idée de créer une application en ligne permettant de parier sur les courses locales germait depuis quelque temps déjà dans la tête de cet homme d’affaires et ex-bookmaker connu pour ses frasques au Champ de Mars. Son souhait est de concurrencer les différents organisateurs de paris sur les courses hippiques locales déjà implantés à Maurice, dont son principal rival SMS Pariaz qui offre déjà le  fixed odd betting. Le confinement lié à la Covid-19 n’aurait fait qu’accélérer les choses et une application a été développée à l’intention des parieurs locaux. Plusieurs bookmakers ont même été appelés à se joindre à ce projet. Ainsi, pour leurs paris, les parieurs auront le choix parmi une demie douzaine de bookmakers qui offriront des cotes différentes (fixed odds) comme c’est le cas pour ceux exerçant au Champ de Mars.

Toutefois, ce projet fait déjà froncer les sourcils des plus avisés parce qu’il donne l’impression au promoteur de vouloir tirer profit d’un vide juridique à ce niveau pour faire du business. Ce qu’il faut savoir, c’est que selon les dispositions de la Gambling Regulatory Authority Act (GRAA), la règle est que « No person shall operate fixed odds betting unless he holds the appropriate bookmaker licence».

Nouveau mano à mano entre les frères ennemis

Or, cette loi ne fait pas mention des compagnies qui sont incorporées à l’étranger et qui s’aventurent à proposer des paris en ligne sur les courses mauriciennes. Dans le cas qui nous concerne, il se trouve que toutes les procédures administratives de cette entité qui proposera des paris, sont faites à l’étranger. Selon nos informations, la compagnie en question aurait été incorporée aux États Unis, contrairement à son promoteur.

Ce qu’il faut bien mettre en lumière, c’est que ce promoteur mauricien ressemble quelque peu au modèle Bet 365 basée en Angleterre. Cette dernière compagnie propose déjà des paris fixed odd et aussi en mode in play sur internet sur le produit mauricien sans qu’elle ait des comptes à rendre à la GRA et sans quelle ne verse aucune taxe à la MRA et par définition, à l’État mauricien. Est-ce ce un vide juridique que les promoteurs veulent en profiter ?

Ce vide juridique est-il aussi en train de profiter au frère ennemi qui, lui, pratique maintenant en streaming les courses australiennes, hongkongaises et autres pour inciter les Mauriciens à parier sur les courses étrangères en direct.Comment réagira la GRA à ces deux nouveautés dans le monde hippique qui offre aux parieurs mauriciens de jouer sur des courses étrangères et des cours locales.

Par ailleurs, la plupart des bookamakers traditionnels a souhaité, dans un premier temps, ne pas opérer à huis clos jugeant qu’ils ne pourront recouvrir leurs frais.  Cela en raison du fait qu’ils ne seront pas présents sur l’hippodrome lors d’une journée de course, n’étant pas autorisés à travailler pendant les deux jours précédant un rendez-vous hippique. Aussi, le contexte du huis clos offre à SMS Pariaz et aux deux opérateurs de Tote le monopole le jour des courses, puisqu’ils sont les seuls à posséder le logiciel approprié. Afin de se retrouver sur le même pied d’égalité que ces deux opérateurs, les bookmakers se démènent afin de pouvoir se procurer le même programme informatique qui leur donnerait également l’opportunité d’opérer dans ce contexte très précis.

Studios du MTC : Lobby pour recruter un nouveau commentateur

Un ancien commentateur hippique qui avait émigré sur une planète déjà évaporée et actuellement très actif sur un site de paris, pourrait bien se retrouver aux premières loges lors des retransmissions en direct des courses dans les studios du Mauritius Turf Club. Selon nos informations, un fort lobby est exercé pour que sa nomination se concrétise dans les plus brefs délais. En coulisses, on évoque évidemment l’ombre de cet incontournable magnat des paris, devenu depuis peu négociant en légumes, tâche qu’il a aussi délégué à ses plus fines plumes.