La Fédération mauricienne de boxe française savate et des disciplines associées organisera un gala des élites le 23 janvier au Caudan Waterfront. Cinq tireurs rodriguais, dont deux éléments féminins, ont été invités. Cette compétition sera réservée aux champions d’Afrique locaux et aux champions et vice-champions de Maurice. En effet, même si c’est l’année de l’assaut pour la boxe française, la première rencontre de cette saison se fera en assaut et en combat. Une dizaine de matches sont prévus.

Aucune éliminatoire n’aura lieu pour la prochaine rencontre de boxe française savate au Caudan. Comme le décrit Kersley Visanjoue, ce sera une rencontre avec les meilleurs qui se défendront lors d’une finale directe. L’objectif de cette rencontre sera de poursuivre la collaboration qui a débuté avec Rodrigues le mois dernier et de permettre aux tireurs élites de maintenir le haut niveau malgré le manque de compétitions internationales.

« J’ai pu voir quelques bons éléments rodriguais en vidéo lors d’une compétition sur l’île le mois dernier. J’ai fait le choix des invitations en fonction de cela. Il y aura évidemment des éléments incontournables tels que Jean-Louis Polimon et Bryan Fils », fait ressortir Kersley Visanjoue. Des démonstrations de canne de combat et d’autres surprises viendront animer cette rencontre ouverte au public. L’entraînement pour les tireurs reprendra d’ailleurs dès le 7 du mois courant.

Le Caudan Waterfront a été choisi cette année après longtemps pour deux raisons. D’abord, la municipalité de Port-Louis n’a pas de disponibilité dans l’immédiat, alors que la rencontre annuelle dans la capitale n’a pu se tenir l’année dernière. Ensuite, pour une meilleure visibilité de la discipline. Ce sera l’occasion de toucher un grand nombre de jeunes. De plus, avec un plus grand public, la motivation et l’ampleur même de cette rencontre seront plus grandes. « Il faut que l’on redonne l’envie de gagner à nos tireurs et trouvions le moyen de les motiver en attendant l’ouverture des frontières. Nous commencerons la préparation avant même que les centres ne s’ouvrent, car il faut une préparation et mettre les tireurs dans cet élan avant la compétition », soutient Kersley Visanjoue.

En effet, la majorité de ces tireurs avait commencé la préparation pour les prochains championnats d’Afrique, parmi Olivier Lafleur, Akhilesh Bantoah ou encore Didier Brasse. Kersley Visanjoue souligne que l’objectif est d’abord de ne pas perdre le niveau continental, mais aussi d’aller au-delà de ce niveau en attendant les prochains championnats du monde.