Richarno Colin tentera de boucler cette compétition qualificative en apothéose face au Namibien Jonas Jonas, médaillé d’or aux derniers Jeux du Commonwealth

Les deux qualifiés olympiques mauriciens, nommément Richarno Colin (-64 kg) et Merven Clair (-69 kg), reprennent les entraînements cette semaine au centre national de Vacoas. Cela, après une coupure longue de 20 jours en raison du confinement lié à la Covid-19. Le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs a agréé à la demande de l’Association mauricienne de boxe (AMB) pour une reprise rapide en vue de la préparation menant aux Jeux olympiques, qui se dérouleront du 23 juillet au 8 août à Tokyo.

C’est vendredi après-midi que le président de l’AMB, Indiren Ramsamy, a été contacté par un officier du ministère pour lui annoncer la bonne nouvelle. « Nous tenons à remercier le ministère pour avoir réagi positivement et rapidement. Il était très important qu’on prenne les devants étant donné qu’une préparation olympique ne peut attendre. Elle ne peut aussi se faire à domicile, car rien n’est comparable à ce qui se fait au centre national, sous l’œil de notre direction technique nationale », déclare-t-il.

Ainsi, les entraînements devaient reprendre ce matin et à raison d’une séance matinale quotidienne. Le problème de Merven Clair, résidant à Rose-Hill, soit hors de la zone rouge qu’est Vacoas, a aussi été réglé, affirme Indiren Ramsamy. « Nous sommes en contact régulier avec le ministère et tout a été mis en œuvre pour que les boxeurs soient présents à cette reprise. Sauf imprévu, ils reprendront mardi (Nldr : demain) », nous expliquait-il pendant le week-end.

Hormis les deux boxeurs, le directeur technique national, le Cubain Roberto Ibanez Chavez, aussi bien que l’entraîneur national, Judex Bazile, ont également obtenu l’autorisation du ministère pour avoir accès au gymnase. Dans un deuxième temps, remarque le président de l’AMB, un groupe composé d’une dizaine de boxeurs élite, y compris quelques sparring-partners, intégreront graduellement l’entraînement. « Il ne nous reste qu’à avoir l’autorisation du ministère. À notre niveau, tout sera mis en œuvre afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur », souligne Indiren Ramsamy.

Pour l’heure donc, la priorité sera de permettre aux boxeurs de retrouver un bon niveau physique qui était le leur avant le lockdown du 10 mars. Il sera ensuite question de trouver des camps d’entraînement, couplés de compétitions à l’étranger. « Nous espérons pouvoir enclencher cette phase à partir de mai, le temps aussi de permettre à nos boxeurs et entraîneurs d’avoir leur deuxième dose de vaccin. Entre-temps, nous discuterons avec le ministère afin de faciliter nos démarches », fait ressortir Indiren Ramsamy. L’important sera aussi d’établir une feuille de route. Car l’idéal sera, précise-t-il, de faire bouger Richarno Colin et Merven Clair de stages en compétitions et directement ensuite à Tokyo en juillet.

Éviter la quarantaine

Il précise que ce serait une perte de temps si les deux boxeurs devaient rentrer au pays et observer ensuite une quarantaine. « Qui dit quarantaine dit aussi arrêt de la préparation. Or, c’est justement cela que nous voulons éviter », avance notre interlocuteur. Ce billet direct pour Tokyo, en passant par des compétitions à l’étranger, doit cependant être une action mûrement réfléchie, explique-t-il. « Les pays ciblés devront offrir une certaine garantie au niveau sanitaire. Nous n’allons pas opter pour un pays où la situation est au rouge tout en étant conscients des risques d’y être ensuite bloqué. C’est la raison pour laquelle nous allons nous asseoir et prendre le temps de bien discuter avant d’établir notre plan de sortie », avance-t-il.

Pour conclure, Indiren Ramsamy se réjouit de la nouvelle configuration, notamment de la reprise des entraînements et de la vaccination de ceux concernés. D’autant, affirme-t-il une fois encore, que l’objectif est d’aller à Tokyo pour viser une médaille olympique après celle remportée par Bruno Julie (bronze) en 2008 en Chine. « Richarno Colin a retrouvé la forme qui était la sienne lorsqu’il était en course pour une qualification aux Jeux de Rio (Brésil) en 2016. Malheureusement, il s’était blessé au genou et avait dû faire une croix sur ces Jeux », explique le président de l’AMB.

Selon lui, Richarno Colin avait de bonnes chances d’atteindre cet objectif l’année dernière encore, mais les JO ont été reportés. « Si tout se passe bien, nous sommes convaincus que Richarno peut aller chercher cette médaille cette fois. Merven a également les qualités pour bien faire et viser un podium. En prenant toutefois en compte la montée en puissance de Richarno Colin au cours de ces derniers mois, je suis d’avis que c’est lui qui a la meilleure chance de briller », conclut Indiren Ramsamy.