L’Association des Boulangers de l’île Maurice (AMB) campe sur sa décision. Les boulangeries fermeront leurs portes et ne livreront pas le pain dans les boutiques durant toute la période de confinement. A l’origine de cette prise de position: la décision du gouvernement de ne pas autoriserlesboulangeriesàvendredirectementlepainaupublic pour des raisons sanitaires.

Pour le président de l’AMB, Nasser Moraby, une telle décision risque de créer du désordre chez les boulangers. “Pensez-vous que c’est une bonne chose livrer le pain aux boutiques sous les regards de ceux qui viennent s’approvisionner chez nous. C’est sûr que nos véhi- cules vont être endommagés par un public mécontent si cette politique du gouvernement est mise à exécution”, déclare-t-il.

Dans une tentative de décanter la situation, le ministre du Commerce, Yogida Sawminaden, a eu une rencontre hier avec les dirigeants de l’association. Au cours de cette rencontre, le président de l’AMB a expliqué que la situation sera tendue si on applique cette dé- cision car les “gens sont très affamés car ils sont à court de provisions”.

Le président de l’AMB a fait savoir que les boulangeries vont respecter toutes les conditions sanitaires et que les pains seront vendus dans des sacs et des préposés se chargeront à collecter la monnaie. En sus de cela, les boulangers ont promis de faire respecter le principe de Social Distancing. D’ailleurs, dit-il, beaucoup de boulangers avaient déjà commencé à délimiter le sol en prélude de la réouverture, dit-il.

Mais le ministre, après avoir consulté ses collègues, est venu “vers nous pour nous dire que nos propositions n’ont pas été acceptées. C’est pourquoi nous avons décidé de fermer boutique ce mercredi et qu’on va livrer le pain seulement aux hôpitaux et aux prisons”, a-t-il déclaré, A un certain moment donne il était question que le ministre du Commerce et les membres de l’AMB tiennent une conférence de presse conjointe si l’état-major du gouvernement devait accéder aux propositions de l’AMB.

“Le ministre nous a communiqués la décision du gouvernement après la réunion de ce matin (mercredi) et pourtant nous avons donné la garantie que nous allions contrôler la situation. Donc, nos propositions ont été rejetées. Nous n’allons pas pas travailler durant tout le long de la période de couvre-feu sanitaire. Ce n’est pas logique de refuser de vendre du pain directement au public car c’est les boulangers qui peuvent contrôler la propagation de ce virus car les gens n’auront pas la possibilité de manipuler le pain. Nous avons promis de respecter les mesures sanitaires mais le gouvernement a campé sur sa position. Cette position du gouvernement ne tient pas la route surtout lorsqu’on sait que seulement 10 % de notre production est vendue directement au grand public ”, a-t-il conclu.