• Plus d’une centaine de personnes sans masque et ne pratiquant pas de distanciation sociale se trouvaient à cette célébration nuptiale
  • Des sanctions sont néanmoins prévues sous peu, avec un OB ouvert

La police a prévenu qu’elle allait sévir si le protocole sanitaire n’est pas appliqué dans les mariages. Et elle a initié une enquête pour “Breach of Quarantine” contre un habitant de Petite-Rivière. Depuis le week-end, les policiers avaient eu des renseignements à l’effet qu’une cérémonie de mariage allait se dérouler lundi soir rue Macnamara. Cependant, cette même police a procédé de la manière la plus diplomatique qui soit pour désamorcer la situation.

Les Casernes centrales avaient émis une circulaire la semaine dernière pour demander à l’organisateur de respecter le nombre de 50 personnes, incluant les employés du “catering service”. Cette décision a été prise après la tenue d’un mariage à Vallée-des-Prêtres du 25 au 27 juin, où environ 250 invités étaient présents. Cet événement avait entraîné la hausse de cas de Covid-19, plusieurs localités ayant été placées en zone rouge, à l’instar de Vallée-des-Prêtres, Cité-Martial, une partie de Plaine-Verte, le Morcellement Foondun, à Terre-Rouge, et une partie de Riche-Terre. Le commissaire de police, Khemraj Servansing, avait demandé aux Divisional Commanders d’effectuer des contrôles dans leur région, dans les lieux où les cérémonies de mariage se déroulent.

Aux alentours de 20h lundi, un constable s’est ainsi rendu à Petite-Rivière en apprenant qu’un mariage s’y déroulait. Un retraité de 67 ans, dont un de ses enfants convolait en justes noces, avait installé une tente verte devant sa maison, où il avait convié ses invités. Une fois sur place, la police a noté qu’il y avait plus d’une centaine de personnes présentes, dont des enfants. La majorité des personnes ne portaient pas de masque, alors que la distanciation sociale était difficile à respecter, car le mariage se déroulait dans une impasse donnant sur la maison de l’hôte. Le gel hydroalcoolique était par ailleurs inexistant sur place.

Comme le policier ne voulait pas créer de désordre dans une telle situation, il a eu une conversation en aparté avec le sexagénaire pour l’informer qu’il y avait plus de 50 personnes sur place. Le constable lui a demandé de faire le nécessaire pour remédier à la situation car, au cas contraire, il appellerait des renforts. Le sexagénaire a coopéré et a demandé à une certaine partie de l’assistance de rentrer, au risque de faire l’objet d’une enquête pour “breach of Quarantine”.

La police a aidé le retraité en expliquant aux personnes concernées les risques sanitaires encore présents dans le pays. Finalement, le mariage s’est déroulé en présence de moins de 50 personnes. Néanmoins, la police a informé le sexagénaire qu’il avait commis une infraction et il a été “cautioned”. Il est resté silencieux, ne voulant pas dire comment il y a eu plus d’une centaine d’invités chez lui.

Au vu de la situation, la police ne l’a pas embarqué pour l’interroger. Cet exercice se déroulera plus tard. Mais un OB a été ouvert sur le déroulement du mariage. La police a confirmé que c’est seulement l’organisateur du mariage qui est concerné par cette enquête pour le moment, et non les invités.