Franck Todisoa Rabearisoa (au centre) attend une réponse des autorités mauriciennes pour rejoindre ses coéquipiers du CADA

Franck Todisoa Rabearisoa, médaillé d’or des derniers Jeux des îles de l’océan Indien et recordman du 400m de Madagascar, est contraint de rester dans la Grande Île, n’ayant pas eu le feu vert des autorités mauriciennes pour faire le déplacement. Pensionnaire du Centre africain de développement de l’athlétisme (CADA), le Malgache s’entraîne aux côtés de la Rodriguaise Amélie Anthony et a comme coach le recordman du 100m de Maurice, Stephan Buckland.

Alors qu’il devait atterrir à Maurice le 15 février, après avoir été à Madagascar pendant plus de quatre mois, dû à la pandémie de Covid-19, celui n’a pu faire le déplacement. « Le vol qui devait nous ramener a été annulé. En fait, l’avion n’a finalement pas pu décoller faute d’autorisation mauricienne. Nous devons attendre le prochain vol dont on ignore encore la date et l’heure », déclare le sprinter. Avec sa compatriote Claudia Nomenjanahary, ils devront donc prolonger leur séjour à Madagascar. « En janvier, nous avons déjà raté un vol reliant Maurice à Madagascar.

Et cette fois, c’est encore raté. Or, tous nos dossiers relatifs au voyage sont déjà au complet. Tout cela est démotivant », souligne Rabearisoa.
Du côté du CADA, Stephan Buckland fait ressortir que « je suis en constant contact avec Franck. Je peux affirmer qu’il continue son entraînement à Madagascar. C’est certes compliqué, mais à l’heure actuelle, je n’ai aucune idée de la situation pour leur retour. » Au niveau local, demain au stade Maryse-Justin à Réduit se tiendra une rencontre de préparation avec la participation des handisportifs. La compétition débutera à 9h.