Une campagne de nettoyage a officiellement été lancée ce samedi 10 juillet sur la plage publique de Pointe-aux-Piments.

Cette initiative comprendra le nettoyage de la région Nord avec 12 sites identifiés, allant de Balaclava à Grand-Baie. Lors de ce lancement, deux autres sites ont été visités par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à savoir la plage de Mont-Choisy et celle de Grand-Baie.

Des travaux de nettoyage et d’embellissement seront toujours en cours dans les autres sites concernés. Le ministre de l’Environnement indique que des travaux préliminaires de nettoyage ont déjà été commencés par les autorités le 5 juillet.

Dans cet élan, le chef du gouvernement  Pravind Jugnauth espère que la population prenne conscience de l’importance de la préservation de l’environnement.

« Nous ne pouvons plus tolérer les personnes qui gâchent l’environnement. Avec cette initiative, nous donnons un signal au monde que notre pays souhaite devenir plus vert. Le gouvernement ne tolèrera plus les actions irréfléchies et irresponsables. Si on ne respecte pas la loi, le gouvernement va durcir la loi », a soutenu le PM.

Après le démarrage au Nord du pays, cette campagne sera étendue aux hôtels. Le 29 juillet, les sites désignés des régions côtières autour de Maurice et certains sites touristiques seront nettoyés.

Des sites désignés autour de l’île et quatre îlots, soit, l’îlot Gabriel, l’île Plate, l’îlot Bernache et l’île-aux-Bénitiers, seront nettoyés le 18 septembre.

D’autres endroits de la zone côtière ainsi que des sites touristiques seront nettoyés le 29 octobre.

La population est aussi invitée à participer aux initiatives de nettoyage et d’embellissement, tout en respectant les consignes sanitaires. Selon Kavy Ramano, ce nettoyage s’étendra dans d’autres régions du pays.

« La protection de l’environnement n’a aucun prix et il n’y a aucun compromis à faire. La propreté ne s’arrête pas uniquement dans notre cour. C’est l’affaire de tout un chacun. Il faut tous nous impliquer », a souligné le ministre de l’Environnement.

Pour Jean-Michel Pitot, président de l’Association des Hôteliers et des Restaurateurs de l’Île Maurice (AHRIM), ce n’est pas un choix anodin de commencer par les plages, car ce patrimoine nous définit en tant que peuple.

« Notre souhait à l’AHRIM est que notre action soit durable. Ce n’est plus possible de nettoyer un jour et de salir le lendemain. Les hôteliers et la grande famille du tourisme ont beaucoup à partager. La protection de l’environnement est notre affaire à tous. La propreté des espaces communs doit être une responsabilité partagée », a déclaré Jean-Michel Pitot.