Si l’année dernière lors du premier confinement, il siégeait en sa capacité de ministre de Affaires Etrangères sur le National Covid Committee, et pouvait être partie prenante des décision prise par l’Etat pour lutter contre la propagation du coronavirus, Nando Bodha se retrouve, cette fois de l’autre côté de la barrière. Néanmoins, le député de la circonscription No 16 souhaite apporter sa contribution en vue de l’élaboration d’un plan urgent de vaccination nationale visant à lutter de manière efficace contre la Covid-19. Dans un document détaillé, il énumère une série de mesures qui dit-il « mobiliseraient toutes les énergies du pays et qui rassembleraient la nation autour d’un projet de lutte commune ». Il y a urgence, dit-il, faisant ressortir que « mon souhait c’est une réponse non partisane et nationale à cette urgence. »

En premier lieu, il est impératif que le vaccin soit accessible au plus grand nombre et au plus vite, dit-il, estimant que la philosophie doit être d’amener le vaccin au citoyen dans un rayon pratique de 500m et non que ce soit le citoyen qui se déplace. Pour ce faire, selon Nando Bodha, il faut au préalable disposé d’une logistique rodée pour pouvoir d’une part prendre les bonnes décisions au plus haut niveau et d’autre part réaliser l’exercice de vaccination dans les meilleures onctions, avec un personnel dédié et formé, tout en misant sur une campagne de communication appropriée et intensive, sur une base régionale et nationale.

« Il s’agit de tirer la leçon des expériences des autres pays qui ont réussi dans cette stratégie de lutte contre la Covid-19 à travers une campagne de vaccination ambitieuse et agressive », explique le député en citant en exemple, Grande Bretagne, Les Seychelles, Israël… « Nous devons utiliser les structures et l’encadrement des Disciplined Forces qui complémenteraient les moyens sanitaires existants et classiques du ministère et département de la Santé », suggère-t-il.

L’ex-ministre propose de faire appel à quelque 10,000 personnes, incluant le personnel médical et paramédical, du public comme du privé, mais aussi les professionnels de la santé à la retraite ou encore les étudiants en médecine et nursing, pour collaboration à l’administration des 400,000 doses de vaccin qui seraient disponibles pour la population afin que cet exercice se déroule dans les plus brefs délais.

En outre, selon Nando Bodha, « il s’agit de vacciner un total de 750 000 personnes en 30 jours c’est-à-dire un total de 25,000 vaccinations par jour. » Dans le contexte, pour que cet exercice se déroule en toute sécurité, il faudrait 300 centres avec une moyenne de 100 vaccinations par centre et par jour, suggère-t-il, proposant le recours aux hôpitaux, medi-cliniques, dispensaires, community Health Centres, centres communautaires, centres sociaux, centres mobiles, mais aussi les polling centres… comme centre de vaccination.

Pour faciliter la tâche, Nando Bodha suggère d’établir un calendrier de vaccination national et un calendrier pour chaque centre de vaccination entre autres, avec une campagne de sensibilisation assidue, et une communication quotidienne qui ferait le point sur la campagne de vaccination et qui inciterait la population à se faire vacciner.