The American Campus (TAC) s’installe à Jin Fei pour la rentrée 2021/22. C’est au cœur du Noah Wealth & Business Centre que TAC propose aux étudiants souhaitant obtenir de diplômes d’une université partenaire américaine de démarrer leurs études afin de décrocher un Associate Degree en deux ans à Maurice, avant de s’envoler pour les États-Unis ou l’Australie pour compléter ce cursus. Des cours professionnels pour les détenteurs d’un School Certificate sont également proposés. Pour que l’expérience d’immersion soit la plus complète possible, Spalding Juganaikloo, fondateur et président de l’institution, inaugure un campus doté de facilités d’hébergement pour étudiants mauriciens et étrangers.

Comment est né The American Campus ?
Après une longue carrière en informatique dans plusieurs universités américaines, dont certaines sont des partenaires du TAC, j’ai décidé de fonder cette institution à Maurice, car le pays se positionne pour devenir un Education hub. Nous avons accueilli notre première promotion internationale en 2019 dans nos locaux, à Belle-Rose. L’accroissement de la demande d’étudiants étrangers, mais aussi locaux, nous a motivés à investir dans un grand campus à Jin Fei.
Notre Diploma in Cruise Hospitality Services, d’une durée d’un an, ouvert aux détenteurs d’un SC, rencontre un vif succès, et ce, car il est reconnu par la Confederation of Tourism and Hospitality (CTH Level 2 et NQF Level 6) et la MQA. Et nous nous sommes assurés que nos étudiants décrochent le STCW (Standards of Training, Certification, and Watchkeeping), certification de la Mauritius Maritime Training Academy (MMTA). C’est leur sésame pour obtenir leur Sea Man Passport, requis par l’IMO (International Maritime Organisation). Cela fait la différence pour assurer que les étudiants soient directement employables au bout d’un an de cours.

Un campus à l’américaine à Jin Fei, cela peut surprendre, n’est-ce pas, vu l’état des relations Etats-Unis/Chine ?
On me pose souvent cette question. Ce qu’il faut savoir, c’est que TAC opère à partir du Noah Wealth Centre, situé à quelques centaines de mètres du Centre culturel iconique de Jin Fei. Le Noah Wealth Centre abrite des entreprises du monde entier et emploie du personnel international opérant dans des domaines d’activités très variés. C’est un lieu moderne avec accès sécurisé et doté de facilités de restauration et de parking, entre autres.
Donc, d’emblée, les étudiants et professionnels qui viendront suivre les cours à Jin Fei seront plongés dans une atmosphère cosmopolite et professionnelle, bien loin des clichés. L’emplacement de Jin Fei a été choisi par TAC après mure réflexion, car il rassemble les conditions idéales pour l’épanouissement des élèves mauriciens et étrangers qui viendront y vivre et s’y instruire.

Les facilités d’hébergement sur le campus sont donc ouvertes aux Mauriciens également ?
L’objectif premier de TAC est d’acclimater les étudiants désirant rejoindre les États-Unis pour compléter leurs cours à l’éducation à l’américaine, qui est exigeante et qui demande une grande part d’autonomie. Vous serez étonnée d’apprendre que nous accueillons déjà un étudiant mauricien en hébergement et que nous avons ouvert cette option, car il y a des demandes en ce sens.
Toutefois, l’interaction avec les élèves internationaux se fera en classe et à travers les projets de groupe. Donc, que l’étudiant réside à Jin Fei ou chez lui, il aura une expérience éducative qui lui permettra de voir le monde en grand et de prendre de la maturité et de l’autonomie. Nous comprenons que la pandémie fasse hésiter les parents à envoyer leurs enfants à l’étranger. Donc, TAC leur offre une alternative plus économique et tout aussi enrichissante.

Qu’y a-t-il de différent avec l’éducation américaine ?
Chaque système éducatif permet de développer des valeurs, des connaissances et des aptitudes pour pénétrer le marché du travail à l’issu des études. Les États-Unis sont marqués par une forte culture entrepreneuriale et valorisent le développement autodidacte. Naturellement le système éducatif est imprégné par ces valeurs.
L’éducation américaine prône la confiance en soi, la créativité, la recherche individuelle, de hauts standards de professionnalisme, entre autres. Nous sommes très loin de l’apprentissage par bachotage. Dans le système universitaire américain, un étudiant qui a fini un exercice ne reste pas les bras croisés à attendre le prochain devoir.

Quels sont les parcours d’études proposés par TAC et de quelles universités américaines parlons-nous ?
TAC a suivi toutes les procédures requises de part et d’autre, c’est-à-dire auprès des universités partenaires aux États-Unis, comme l’University of Arizona, le Dawson Community College et l’Utah State University, mais aussi les autorités mauriciennes, dans l’élaboration de son programme d’études. Chaque diplôme obtenu est reconnu dans les grilles mauriciennes de la Higher Education Commission.
TAC propose des parcours d’études initiales pour ceux qui viennent de quitter l’école et, en parallèle, des parcours de formation continue pour les professionnels. Parmi les cours, il y a des études hôtelières, mais aussi des cours de gestion et d’informatique. Les Universités américaines ont chacune leurs critères d’admission. Pour les étudiants, il y a des cours professionnels pouvant démarrer avec un School Certificate, et pour d’autres, le Higher School Certificate (Baccalaureat) est exigé.
A savoir que TAC propose l’obtention d’un Associate Degree, qui valide deux années de cours à Maurice. Ensuite, l’étudiant peut partir poursuivre les deux années supplémentaires qui complètent la formation aux États-Unis. Et pour certains cours, la suite des études est également possible en Australie.

Pourquoi compléter les études en Australie au lieu des États-Unis ?
Il y a une forte communauté mauricienne en Australie et beaucoup d’étudiants souhaitent y vivre et y étudier. Et nous avons un partenariat avec l’Université de Torrens en Australie. Dans le contexte actuel, un étudiant peut démarrer des cours avec TAC en attendant que les frontières australiennes soient rouvertes et de poser leur candidature auprès de la Torrens University.

En termes de financement des études, la dévaluation de la roupie face au dollar ne risque-t-elle pas de compromettre les rêves des étudiants qui visent l’Amérique ou l’Australie ?
Effectivement, la dévaluation de la roupie a un fort impact sur le pouvoir d’achat des ménages. TAC soutient les parents mauriciens et leurs enfants en s’engageant sur des frais d’inscription à régler en roupies, et non en dollars. Cela permet à tous d’avancer de manière sereine et, surtout, aux étudiants de poursuivre les cours sans la crainte de devoir tout stopper en plein vol.
D’ailleurs, en ces temps d’instabilité des cours des devises, TAC permet d’étudier à Maurice en toute tranquillité d’esprit pour parents et enfants. Surtout que nous choisissons notre corps professoral de manière minutieuse, car ils doivent correspondre au niveau et profil exigés par les universités partenaires. Nombre de nos intervenants ont eux-mêmes étudié aux États-Unis. Et avant le démarrage des cours, ils reçoivent tous une formation préalable sur le système éducatif américain.

Le Covid-19 a profondément bouleversé le monde. Est-ce que le curriculum développé en 2019 est encore d’actualité ?
Notre curriculum vise plusieurs objectifs, tant au niveau du développement personnel que de l’employabilité. Et je rajouterais volontiers : l’entrepreneuriat. Le Covid-19 a provoqué un électrochoc dans l’organisation des vies et les études proposées par TAC doivent répondre aux nouveaux besoins.
Pourquoi les Hospitality Studies et le Cruise Studies par exemple ? Les Mauriciens sont bilingues et le continent africain est en train de se développer à vitesse grand V. Nos professionnels jouissent d’une excellente réputation et nos diplômés peuvent jouer un grand rôle dans la transformation du secteur hôtelier en Afrique.
En ce qui concerne l’industrie des croisières, nous avons vu la résilience du secteur portuaire partout autour du monde. Et les croisières commencent à embaucher de nouveau. De même, TAC reste à l’écoute du secteur de l’innovation et de l’informatique, et l’intelligence artificielle ainsi que la Data Science font partie des sujets prioritaires que nous souhaitons proposer à nos élèves et aux professionnels.

De quels pays viennent les étudiants étrangers ?
Le campus de TAC peut accueillir jusqu’à 300 étudiants et nous avons des demandes de pays asiatiques, comme l’Inde, la Chine et la Malaisie, mais aussi du Kenya et du Nigeria, entre autres. Pour certains, un séjour linguistique est nécessaire pour pouvoir maîtriser la langue anglaise. Donc, cela fait partie des propositions à venir de TAC pour accueillir des étudiants internationaux et les préparer à concourir pour entrer dans le cursus des universités américaines. Les étudiants mauriciens bénéficieront de cette ambiance internationale, car l’échange d’idées et de culture ainsi que le réseautage ouvrira de nouveaux horizons à Maurice ou ailleurs.