photo illustration

Une personne a été tuée et au moins cinq autres blessées samedi lors d’une attaque à l’arme blanche près d’une bibliothèque publique de Vancouver (ouest du Canada) et un suspect a été interpellé, ont indiqué la police et les services d’urgence.

Six personnes ont été hospitalisées après l’attaque, menée apparemment par un homme isolé dont on ignore les motivations, selon les mêmes sources.

« L’un des victimes est décédée », a annoncé à l’AFP Frank Chang, de la brigade criminelle de Vancouver, indiquant ne pas connaître à ce stade les identités de toutes les victimes.

« Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est absolument choquant », a-t-il ajouté. « C’est un choc pour tout le monde y compris pour les policiers eux-mêmes ».

En début d’après-midi, plusieurs personnes ont été poignardées à l’intérieur et à proximité d’une bibliothèque publique, avait annoncé la gendarmerie royale du Canada (GRC) dans un tweet. Elle n’a pas donné d’indications sur leur état de santé.

La chaîne CTV montrait samedi soir une vidéo présentée comme l’arrestation du suspect, qui semble se poignarder lui-même la jambe avant de s’écrouler et d’être arrêté par plusieurs policiers.

La police a estimé que le suspect avait agi seul et qu’il n’y avait plus de danger pour le public. Les autorités ont indiqué être à la recherche d’autres victimes éventuelles.

Un porte-parole des services d’urgence de Colombie-Britannique a indiqué à l’AFP que six personnes avaient été hospitalisées et que onze ambulances avaient été envoyées sur les lieux de l’attaque, qui s’est produite en début d’après-midi sur la côte pacifique canadienne.

Un témoin, Justin Prasad, cité par la chaîne CBC, a dit avoir vu l’arrestation du suspect qui a été évacué dans une ambulance. Selon lui la police aurait tiré sur lui avec des balles en caoutchouc.

Un autre témoin, Sheila Dyson, a dit à la chaîne CTV avoir vu un homme poignarder une femme. Selon elle, il ne semblait pas y avoir de rapport entre les victimes et l’agresseur semblait frapper « au hasard ».

Andrew Cocking, un entrepreneur qui vit a 500 mètres de la bibliothèque, a indiqué à l’AFP que l’attaque s’était produite dans un quartier généralement très tranquille.

« J’ai vu des gens soignés par les secouristes et placés sur des civières. C’était triste, d’autant qu’une des victimes semblait être un enfant », a-t-il confié.

« Ca s’est passé tout près. Mon père était à la bibliothèque 30 minutes avant l’attaque et mon père songeait à aller y chercher un livre. C’est triste que ces gens se soient trouvés au mauvais endroit au mauvais moment », a-t-il ajouté.

str-ps-et/plh