• Un quatrième budget supplémentaire de Rs 17 milliards en première lecture
  • Des questions sur l’accident de Pailles qui a fait quatre morts

Comme toutes les motions de l’opposition, c’est en nocturne que sera débattue, ce mardi, la motion sur la Contribution sociale généralisée d’Arvin Boolell ainsi libellée “This Assembly resolves that the Contribution Sociale Genéralisée Regulations 2020 published under Government Notice No. 214 of 2020 and laid on the Table of the Assembly on 03 November 2020, be disallowed”. Cet item a, en effet, été placé en dernier après le Climate Change Bill qui devrait voir une vingtaine d’interventions des députés avant son adoption.

Un nouveau budget supplémentaire, le quatrième de cette année, de Rs 17 milliards cette fois, sera présenté par le ministre des Finances en première lecture, ce qui signifie que le Question Time sera probablement supprimé lors de la séance du mardi 24 novembre. Des Rs 17 milliards, Rs 12,490 milliards  sont destinées Le plus gros poste de ce budget supplémentaire est d’un montant de Rs 15 milliards avec une dotation pour les comptes courants de Rs 3,1 milliards et une somme de Rs  11 900 milliards pour les projets de développement. Ils sont décrits dans le terme bateau “central managed initiatives of government” sans autre précision.

Les dépenses supplémentaires sont aussi requises pour couvrir l’organisation des villageoises, Rs 175 millions pour le bureau de la commission électorale, Rs 190 millions pour l’imprimerie du gouvernement, Rs 400 millions pour le Logement et Rs 375 millions pour la sécurité sociale.

Seront aussi présentés en première lecture les textes sur la protection de l’enfant qui seront pilotés par la ministre de l’Egalité des Genres et du Bien-être de la Famille, Kalpana Kooonjoo-Shah. Ils sont le Children Bill, le Children’s Court Bill et le Child Sex Offender Register Bill.

Au Question Time, beaucoup de questions qui étaient à l’agenda la semaine dernière et qui reviennent ce mardi. Pour le Premier ministre, des questions de Xavier Duval sur le trafic de drogue dans une rue particulière de La Source, d’Osman Mahomed sur le projet Safe City, du Dr Aumeer sur le naufrage du Sir Gaëtan, de Reza Uteem sur les infractions aux règlements sur la Covid, d’Aadil Ameer Meea sur Anooj Ramsurrun et la MBC et sur la fusion de l’IBA et l’ICTA, de Salim Abbas Mamode sur les équipements de couleur orange de la Cargo Handling Corporation et la drogue saisie à l’aéroport.

Egalement pour Pravind Jugnauth, des questions de Stéphanie Anquetil sur la discrimination qui frappe les femmes enceintes à Air Mauritius, de Joanna Bérenger sur le Freedom of Information Bill et sur un décès suspect survenu le 18 octobre 2020, de Kushal Lobine sur la drogue synthétique, de Rajiv Woochit sur les accidents de la route provoqués par l’alcoolémie au volant et d’Arianne Navarre-Marie sur les Chagos.

Du côté de la majorité, deux questions pour le chef du gouvernement de la backbencher de la majorité Subashnee Luchmun-Roy sur la cybercriminalité et les réformes électorales et la représentation des femmes, de Kenny Dhunnoo sur les équipements permettant des tests sur les conducteurs sous influence et sur les caméras de Safe City à Curepipe

Pour les autres ministres, quelques questions bien d’actualité, comme sur l’accident survenu le 5 novembre dernier à Pailles et qui a coûté la vie à quatre ressortissants bangladais. Le député travailliste Eshan Juman interrogera le ministre du Transport et du Métro Alan Ganoo pour savoir si le chauffeur de l’autobus incriminé était bien détenteur d’un permis pour le transport d’employés. Son collègue Patrick Assirvaden veut, lui, obtenir du même ministre si l’autobus affichait un certificat de fitness et un permis pour transporter les travailleurs. Salim Abbas Mamode s’intéresse, lui, aux accidents dans lesquels des convoyeurs de travailleurs ont été impliqués et le nombre d’employés mauriciens et étrangers concernés. Sur le sujet des travailleurs étrangers, il y a aussi une autre question pour le ministre Soodesh Callychurn sur les inspections effectuées pour vérifier leurs conditions d’hébergement.

A noter aussi une question d’Eshan Juman sur Ken Poonoosamy, directeur par intérim de l’Economic Development Board, de Patrice Armance sur la révision des procédures d’achat d’urgence, et de Reza Uteem sur la fermeture de l’autopont de Decaen et son impact sur la circulation.

Subashnee Luchmun-Roy dézinguée sur les réseaux sociaux

“Eta retourne dan to karo sousou, to Wazaa, to Planet FM, to aimebaisser (MBC), to pli bon pou al fer animasyon dan shopping mall!” Ce sont là quelques mots d’internautes outrés par les propos tenus par la députée du MSM Subashnee Luchmun-Roy sur Joanna Bérenger à l’Assemblée nationale, mardi dernier, sur le Climate Change Bill. L’ancienne animatrice a été véritablement dézinguée. Le ton du discours de la représentante de cette supposée nouvelle génération d’élus a choqué.

Joanna Bérenger a été associée aux “capitalistes”. Pour quelle raison, la brillantissime députée ne l’a pas dit, mais tout le monde a bien compris que c’est parce qu’elle a la peau un peu pâle qu’elle s’est attirée les foudres de l’ancienne animatrice de radio.

Voici un échantillon de la prose de cette dame dont on ne sait si c’est elle-même qui l’a pondue ou si ce sont les écrivassiers du Sun Trust qui l’ont rédigée: “Cette auguste Assemblée a été malheureusement contrainte d’accueillir certains lobbyistes ayant habilement survécu à travers le temps et passant, en ce moment même sous nos yeux, le relais à d’autres lobbyistes ayant été élevés à en devenir…  L’honorable Joanna Bérenger est ici pour faire perdurer une tradition capitaliste et non servir le peuple comme elle le prétend, et pour moi, c’est une hypocrite.” Comme si les capitalistes étaient unicolores!

Cette bile déversée en l’absence de la principale concernée, partie s’occuper de son bébé, le Deputy Speaker lui-même en a été outré. Zahid Nazurally est intervenu avant même que les députés de l’opposition ne soulèvent des objections sur le qualificatif utilisé et il a invité la députée à retirer le mot “hypocrite” lancé à l’encontre de la député du MMM.

Après avoir résisté à la décision du Deputy Speaker et proclamé avec arrogance que “the truth can never be unparliamentarily”, l’ancienne animatrice, qui s’emmêle, on dirait, les micros, a dû se plier aux injonctions du président de séance. Subashnee Luchmun-Roy est le visage de cette nouvelle race de jeunes aussi, sinon plus, opportunistes que ceux qu’elle prétend dénoncer.

Cette dame, qui a fait le tour de pas mal de radios, est celle qui avait posté une caricature de Pravind Jugnauth avec un long nez de Pinocchio et qui disait, dans le temps, toute son admiration pour des personnalités de l’opposition comme Arvin Boolell.  C’était avant qu’un ticket orange ne lui soit offert. Et ce genre de girouettes ose donner des leçons aux autres.

Vive la jeunesse avec ces Nilen Vencadasmy, Oliver Thomas, Tania Diolle, Harshani Mahadoo et Rudy Veeramundur, grand précurseur des révélations sur l’Angus Gate finalement appâté par un poste de communicant officiel, ces Harshani Mahadoo, autre animatrice trop contente d’obtenir un ticket du Reform Party aux dernières élections avant de découvrir que c’était très dur de végéter dans l’opposition, extra-parlementaire avec çà.

Oui, il est beau le renouvellement. Il est surtout plus communaliste et plus sectaire que jamais!