Photo d'illustration

La quarantaine, c’est loin d’être une partie de plaisir pour certains. De nombreux admis doivent s’accommoder comme ils le peuvent jusqu’à leur sortie. Les conditions pour certains laissent à déplorer, racontent des patients, surtout nécessitant les soins de dialyse à l’hôpital de Souillac. Alors que d’autres se réjouissent du traitement accordé.

À l’hôpital de Souillac où sont admis des patient sous dialyse, l’horaire pour les repas « n’est pas respecté », déplore un patient. À 10h ce matin, « nous n’avions pas encore eu de petit déjeuner ». Une situation qui a également eu lieu la veille.

Beaucoup de patients attendaient toujours leur déjeuner à 13h hier. Alors que, selon nos renseignements, il n’y a pour l’heure pas de cuisinier à l’hôpital de Souillac, tous les services étant fermés, les repas arriveraient de l’hôpital de Rose-Belle.

« Eski nou bann pasian dializ pe mor ek maltretans? », se demande la fille d’un patient.

Un tout autre son de cloche émane d’un centre de quarantaine du nord du pays. Notre interlocutrice, qui y était admise vers mi-mars, confie que sa quarantaine s’est plutôt bien passée.

« Nous avons eu une chambre confortable. Les infirmiers étaient très accueillants. Ils faisaient régulièrement des ‘check-up’ avec les patients. Le médecin en chef nous faisait tous les jours un compte rendu de nos conditions. D’ailleurs, tous les repas étaient à l’heure », explique-t-elle.

Dans un autre centre du nord, une patiente, âgée de 17 ans, a été testée positive. Elle s’y trouve depuis 21 jours. Son frère s’y trouve également, mais il n’a pas contracté le virus.

« On m’a d’abord emmenée dans un centre de quarantaine dans le nord de l’île. Le lendemain, lorsqu’on m’a annoncé que j’étais positive, on m’a admise à l’hôpital ENT où je suis restée un jour seulement. J’ai ensuite été transférée dans un autre centre de quarantaine, toujours dans le nord du pays », relate-t-elle.

« En général, tout se passe bien. Tous les matins, les infirmiers prennent notre température. Si en soirée, j’ai un soucis, on me met directement en contact avec un médecin. Mon frère et moi avons fait un test ce matin. Nous attendons désormais les résultats dans la soirée. S’ils sont négatifs, nous seront autorisés à regagner notre domicile ».

Concernant les repas, il n’y a « aucun retard » du côté de l’établissement hôtelier, convertit en centre de quarantaine, se réjouit-elle.

Pour rappel, 29 cas de contamination locale à la COVID-19 ont été enregistrés lors de ces dernières 24 heures. Outre les six cas annoncés lors du Press Briefing du 29 mars, 23 autres cas ont été détectés dans la soirée. Ainsi, le nombre de contaminations locales détectées à Maurice depuis le 5 mars 2021 passe à 350.