Une architecture unique

Dans la zone de la Smart City de Jin fei, s’il y a bien une infrastructure qui attire les regards à des kilomètres à la ronde c’est bien cette toiture en métal blanc similaire à sept voiliers. Depuis quelques semaines, la salle de réception atypique de l’Eden Garden a été reprise par la société LaLife. Suite à un rebranding, elle est désormais connue comme le Château des Rêves. La mission et la vision des nouveaux promoteurs étant de faire rêver les Mauriciens et d’accomplir ces rêves.

Dans l’antre du Château des Rêves

A proximité de la plage du Goulet à Baie du Tombeau, se dresse l’Eden Garden Square. Autour, c’est un grand chantier, avec les travaux d’un hôtel 5-étoiles et d’autres développements en cours. Presque imperturbable et dominant l’horizon, sept voiles semblent poser sur l’eau. Elles ont été inspirées des voiliers mauriciens. De face, l’édifice fait penser à la rampe de lancement d’une fusée. De profil, on l’associerait bien à des pyramides en acier. En perspective, à des châteaux de glace d’un dessin animé de Disney. Ce bâtiment à la façade vitrée s’entoure d’un plan d’eau qui forme un coeur vu du ciel. Et d’ici, la vue est imprenable sur la Baie du Tombeau et le paysage côtier autour. “De quoi faire rêver les Mauriciens, surtout avec le magnifique coucher de soleil”, souligne Nidhi Chooromoney de LaLife, qui compte cinq ans d’expérience dans l’événementiel et qui est membre du barreau. Son associé, Saad Abdoollah est d’avis que “l’architecture parle de lui-même”.

Souffle magique

Etendus sur 14 000 mètres carrés, l’Eden Garden Square devait comprendre à la base des magasins, des restaurants, une salle de cinéma et d’autres facilités. Depuis la complétion du bâtiment, ce n’est toujours pas d’actualité. En revanche, sa salle de réception à l’étage, connu aujourd’hui comme Le Château des Rêves, a accueilli quelques événements depuis son ouverture l’année dernière. Toutefois, les nouveaux promoteurs soulignent qu’en terme d’accessibilité, les avenues étaient restreintes. Et si cet édifice renvoyait auparavant une image d’inaccessibilité, Nidhi Chooromoney et Saad Abdoollah ont à cœur de changer cette perception.

Vue aérienne du Château des Rêves

Saad Abdoolah, qui s’occupe du volet Marketing et Communication pour le Château des Rêves, estime qu’un rebranding était nécessaire pour donner un nouveau souffle au lieu. “Si ce n’était qu’un bâtiment naguère, aujourd’hui c’est un lieu qui a une vie. Où les gens peuvent venir pour réaliser leurs rêves. C’est dans cette optique que nous gérons nos projets, en veillant à nous plier aux demandes les plus magiques des clients”. En effet, le Château des Rêves ouvre ses portes à différents événements. Entre autres, Corporate évents, End of year party, exposition d’art, Fashion show et surtout des mariages. “Notre but est de faire rêver les Mauriciens avec une salle de mariage différente des autres”.

La fontaine offre un beau spectacle en soirée

Un « One stop shop » pour le mariage

Selon les deux associés, Le Château des Rêves a comme caractéristique principale de pouvoir accueillir des événements de 600 à 800 personnes (à l’intérieur de la salle) et à 1500 personnes (répartis sur tout l’étage supérieur). Les tables et les agencements de sièges peuvent être configurés de différentes manières. De jour comme de nuit, l’espace se plie à tous types d’événements. “Le spectacle des fontaines est un autre point fort de cette salle. C’est un divertissement fascinant où les invités peuvent admirer les jeux de lumière et des images projetées sur le jet d’eau à l’entrée principale du bâtiment”, avance Saad Abdoolah. LaLife collabore avec plusieurs prestataires pour des services de catering, de décoration, de sonorisation, etc. Le Château des Rêves se veut ainsi un “One stop shop”, pour l’organisation de vos événements.

Le Château des Rêves by Night

Les associés comptent aussi apporter une touche mauricienne et tropicale à cette architecture asiatique en optimisant les espaces verts et en proposant beaucoup plus de coin cosy. “Nous parlons de Jardin d’Eden, mais le béton domine à l’horizon. Une équipe de paysagiste sera mise àç contribution”, relate Nidhi Chooromoney.